Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

La fuite face aux Lestrygons

DYS

La fuite face aux Lestrygons

Ulysse et ses compagnons ont échappé aux Cyclopes mais la colère de Poséidon pèse maintenant sur eux. Ils sont contraints d’errer, ballotés par les vents contraires qu’ils ont libérés, sans le vouloir, du sac que leur avait confié le dieu Éole.
1
D
urant six jours, six nuits, nous voguons sans relâche. Nous touchons, le septième, au pays Lestrygon [...].
  Nous entrons dans ce port bien connu des marins : une double falaise, à pic et sans coupure, se dresse tout autour, et deux caps allongés, qui se font vis-à-vis au-devant de l’entrée, en étranglent la bouche. Ma flotte s’y engage et s’en va jusqu’au fond, gaillards1 contre gaillards, s’amarrer côte à côte : pas de houle en ce creux, pas de flot, pas de ride ; partout un calme blanc. Seul je reste au-dehors, avec mon noir vaisseau ; sous le cap de l’entrée, je mets l’amarre en roche : me voici sur le roc de la guette, au sommet ; de troupeaux ou d’humains, on ne voyait pas la trace ; il ne montait du sol, au loin, qu’une fumée.
  J’envoie pour reconnaître à quels mangeurs de pain appartient cette terre ; les deux hommes choisis, auxquels j’avais adjoint un troisième en héraut2, s’en vont prendre sur la grève3 une piste battue, sur laquelle les chars descendent vers la ville le bois du haut des monts. En s’approchant du bourg, ils voient une géante qui s’en venait puiser à la Source de l’Ours, à la claire fontaine où la ville s’abreuve : d’Antiphatès4 le Lestrygon c’était la fille. On s&rsq