Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

« Sac à vin ! »

DYS

« Sac à vin ! »

Sganarelle, un bucheron, et sa femme Martine entrent sur scène en se disputant. Martine se demande comment elle a pu épouser un homme pareil, qui boit et qui dépense tout l’argent de la famille.
1
S
GANARELLE. – Ma femme, vous savez que je n’ai pas l’âme endurante1, et que j’ai le bras assez bon.
  MARTINE. – Je me moque de tes menaces.
  SGANARELLE. – Ma petite femme, ma mie2, votre peau vous démange, à votre ordinaire3.
  MARTINE. – Je te montrerai bien que je ne te crains nullement. [...] Crois-tu que je m’épouvante de tes paroles ?
  SGANARELLE. – Doux objet de mes voeux, je vous frotterai les oreilles.
  MARTINE. – Ivrogne que tu es !
  SGANARELLE. – Je vous battrai.
  MARTINE. – Sac à vin !
  SGANARELLE. – Je vous rosserai4.
  MARTINE. – Infâme !
  SGANARELLE. – Je vous étrillerai4.
  MARTINE. – Traître, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, belître, fripon, maraud5, voleur… !
  SGANARELLE. - Il prend un bâton, et lui en donne. – Ah ! vous en voulez donc ?
  MARTINE. – Ah ! ah ! ah ! ah !
  SGANARELLE. – Voilà le vrai moyen de vous apaiser.

  [Martine réfléchit au meilleur moyen de se venger de son mari. Deux hommes arrivent.]

  MARTINE. – Oui, il faut que je m’en venge à quelque prix que ce soit : ces coups de bâton me reviennent au coeur, je ne les saurais digérer, et... (Elle dit tout ceci en rêvant, de sorte que, ne prenant pas garde à ces deux hommes, elle les heurte en se retournant, et leur dit) Ah ! Messieurs, je vous demande pardon, je ne vous voyais pas et cherchais dans ma tête quelque chose qui m’embarrasse.
  VALÈRE. – Chacun a ses soins6 dans le monde et nous cherchons aussi ce que nous voudrions bien trouver.
  MARTINE. – Serait-ce quelque chose, où je vous puisse aider ?
  VALÈRE. – Cela se pourrait faire, et no