Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Fiche grammaire

19 - Les propositions subordonnées complétives

DYS

a. Définition

  • Une proposition subordonnée complétive a pour fonction d’être COD du verbe de la proposition principale.
> Je te dis que c’est vrai. : la proposition subordonnée complétive que j’ai compris est COD du verbe crois.
  • Elle fait donc partie du groupe verbal prédicat et ne peut pas être supprimée.
> Je te dis.
  • Parmi les complétives, on distingue les propositions subordonnées conjonctives et les propositions subordonnées interrogatives indirectes.

(Voir p. 449 pour les compléments essentiels du verbe)

b. La proposition subordonnée conjonctive en que

  • Elle est introduite par la conjonction de subordination que.
  • Elle complète un verbe de pensée (Jpense que tout ira bien), de sentiment (J'aime qu'on passe notre temps ensemble), de parole (Je lui avoue que je l'aime.), de perception (J'ai vu qu'il était gêné.).
  • Plus rarement, elle peut aussi être :
    • sujet   
Qu’il soit désolé ne change rien.
    • COI   
Je doute qu’il s’excuse.
    • attribut du sujet   
Mon souhait est que tu viennes.
  • Le verbe est généralement à l’indicatif. Cependant, le mode subjonctif est utilisé :
    • lorsque la principale exprime une incertitude (doute, souhait, crainte, regret)
> Je doute qu’il vienne.
    • lorsque la principale est à la forme négative ou qu’elle pose une question
> Je ne crois pas qu’il vienne.   
> Crois-tu qu’il vienne ?
    • lorsque la complétive est sujet   
Qu’il fasse froid ne me dérange pas.

(Voir p. 445 pour les mots de coordination et de subordination
et p. 449 pour les compléments essentiels du verbe)

c. La proposition subordonnée infinitive

  •  La proposition infinitive est un type spécial de subordonnée conjonctive. Elle dépend d’une proposition principale mais elle n’est pas introduite par un mot subordonnant.
  •  Elle s’organise autour d’un verbe à l’infinitif qui a son propre sujet (différent de celui de la principale).
> Il regarde [les joueurs s’entrainer].
(proposition principale + proposition subordonnée infinitive)
> Il aime s’entrainer.
Il s’agit d’une phrase simple, s’entrainer n’a pas son propre sujet.
  •  Elle est COD de verbes de perception (entendre, voir, etc.) ou de verbes comme emmener, envoyer, conduire.

d. La proposition subordonnée interrogative indirecte

  • Elle complète un verbe exprimant l’interrogation (se demander) ou l’ignorance (ignorer, ne pas savoir).
  • Elle peut exprimer une interrogation totale ou partielle :
    • l’interrogation totale est introduite par la conjonction de subordination si.
> Je me demande [si elle viendra].
    • l’interrogation partielle est introduite par un mot interrogatif comme : quand, comment, combien, pourquoi, lequel, etc.
> Je me demande [qui sera là].  
> J’ignore [combien nous serons].

(Voir p. 445 pour les mots de coordination et de subordination)
Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?