Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Le récit autobiographique
P.null--1

Synthèse


Le récit autobiographique




A. Pourquoi se raconter ?

     Pour essayer de mieux se connaitre, comme Montaigne dans ses Essais.
     Pour partager ses sentiments et échapper à la solitude, telle Anne Frank qui se confie à une amie imaginaire, Kitty, dans son Journal, alors que la guerre l’oblige à rester cachée. 
     Pour avouer ses fautes et se justifier, comme Jean-Jacques Rousseau dans Les Confessions.
     Pour apporter un témoignage sur un évènement ou un personnage historique, tel Alexandre Dumas qui décrit Napoléon dans ses Mémoires.
     Pour lutter contre l’oubli, raviver les souvenirs, comme Patrick Modiano dans Livret de famille.

    Partir à la découverte de soi-même

    Témoigner et lutter contre l’oubli

B. Comment se raconter ?

     L’écrivain peut chercher l’authenticité, la franchise : Montaigne, Rousseau ou George Sand en témoignent dans leurs œuvres. L’image donnée d’eux-mêmes est complexe, parfois peu valorisante, mais finalement très humaine. Ainsi s’installe une réelle proximité entre le narrateur et le lecteur. Cette franchise peut aussi être une stratégie et le lecteur doit être conscient qu’écrire sa vie c’est toujours un peu la réécrire.
     Mais l’écriture de soi peut aussi faire appel à l’imaginaire : Anne Frank crée le personnage de Kitty ; le narrateur de Livret de famille ne porte pas de nom et Modiano semble mêler éléments autobiographiques et souvenirs imaginaires. Le lecteur est alors entrainé, dans le cas de l’œuvre de Modiano, dans le roman autobiographique où les limites entre vérité et fiction deviennent floues.

    Authenticité

    Imaginaire

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.