Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Antigone ou l'exigence absolue
P.null--1

Synthèse


Antigone ou l'exigence absolue




A. Aux sources du mythe

  • L’intrigue d’Antigone d’Anouilh puise dans les textes fondateurs de l’Antiquité. L’histoire reprend pour une part l’œuvre théâtrale de Sophocle. Les pièces du dramaturge s’appuyaient également sur des mythes et des histoires de deux familles : les Labdacides (Œdipe et sa descendance) et les Atrides (Agamemnon, son épouse Clytemnestre et leurs enfants).
  • Cette matière grecque renait d’abord au XVIIe siècle, notamment avec les tragédies de Racine telles Andromaque, Iphigénie, Phèdre, puis dans la première moitié du XXe siècle. Les auteurs reprennent les mythes en les adaptant à leur époque ; les metteurs en scène font évoluer les acteurs dans une scénographie (costume et décor) moderne : le mythe, intemporel, demeure d’actualité.

Un mythe antique

L’Antiquité, source d’inspiration

B. Liberté de conscience et pouvoir

  • Le mythe traverse les âges et véhicule des idées essentielles sur notre humanité. À l’origine, la tragédie antique a pour but d’éduquer les citoyens en les amenant à réfléchir sur des questions religieuses, politiques et philosophiques. Antigone chez Sophocle met le devoir sacré au-dessus de l’ordre de la cité et de ce fait s’oppose au pouvoir absolu de Créon.
  • La dimension religieuse disparaitra dans les pièces ou romans modernes mais Antigone incarne plus que jamais la figure du doute, de l’exigence et de l’opposition. Dans une époque secouée par deux guerres mondiales puis de multiples conflits, elle exprime les rapports de force et les interrogations de l’homme sur l’exercice de l’autorité, sur la liberté de conscience, sur l’engagement.

Éduquer – questionner

Antigone, un symbole d’opposition
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.