Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

1792-1794 : la République et la Terreur
P.68-69

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Dossier


1792-1794 : la République et la Terreur




Problématique

Pourquoi la Terreur est-elle mise en place pendant la Première République ?

Introduction

En juin 1791, le roi Louis XVI tente de fuir. Il est arrêté à Varennes. Convaincu qu’il tente de trahir la france, le peuple parisien le renverse le 10 aout 1792. En septembre, la Première République est proclamée. Face à la guerre des états voisins et aux menaces intérieures, la « patrie en danger » prend des mesures radicales : c’est la Terreur.


Compétence

J'identifie les grandes ruptures et les évolutions

Doc. 1
La République en danger (1792-1794)

La République en danger (1792-1794)

Doc. 2
Le manifeste de Brunswick

Le duc de Brunswick dirige les armées du roi de Prusse et de l’empereur d’Autriche (dont Louis XVI a épousé la sœur, Marie-Antoinette). Il soutient donc le roi Louis XVI.

La ville de Paris et tous ses habitants seront tenus de se soumettre sur-le-champ et sans délai au roi, de lui rendre sa pleine et entière liberté, et de lui assurer, ainsi qu’à toutes les personnes royales, le respect que doivent les sujets à leur souverain. Si le château des Tuileries est attaqué, s’il est fait la moindre violence, le moindre outrage au Roi, à la Reine ou à la famille royale, alors leurs majestés impériale et royale en tireront une vengeance exemplaire et à jamais mémorables.


Duc de Brunswick, manifeste donné au quartier général de Coblence, 25 juillet 1792.

Doc. 3
La prise des Tuileries, le 10 aout 1792

<stamp theme='his-green2'>Doc. 3</stamp> La prise des Tuileries, le 10 aout 1792

Le 10 aout, le peuple parisien prend le palais du roi aux Tuileries puis se rend à la salle du Manège, où se réunit l’Assemblée législative. Louis XVI et sa famille (1) y sont retranchés. cette journée met fin à la monarchie. La République est proclamée le 22 septembre.

Doc. 4
La Terreur pour sauver la République, selon Robespierre

Pour fonder et pour consolider parmi nous la démocratie, pour arriver au règne paisible des lois constitutionnelles, il faut terminer la guerre de la liberté contre la tyrannie [...]. Il faut étouffer les ennemis intérieurs et extérieurs de la République, ou périr avec elle [...]. La protection sociale n’est due qu’aux citoyens paisibles : il n’y a de citoyens dans la République que les républicains. Les royalistes, les conspirateurs ne sont, pour elle, que des étranger, ou plutôt des ennemis. Le tribunal révolutionnaire est institué pour punir les ennemis du peuple. Sont réputés ennemis du peuple ceux qui auront provoqué le rétablissement de la royauté [...] ; ceux qui auront secondé les projets des ennemis de la France [...]. La peine portée contre tous les délits est la mort.


Discours de Robespierre, 5 février 1794.

Doc. 4
La Terreur pour sauver la République, selon Robespierre

<stamp theme='his-green2'>Doc. 4</stamp> La Terreur pour sauver la République, selon Robespierre

Avocat, Robespierre devient député du tiers état aux États généraux, puis député à la Convention. Il soutient les demandes des sans-culottes. Il entre au Comité de salut public en juillet 1793 et met en place la terreur. Accusé de vouloir imposer son pouvoir personnel,  il est arrêté et guillotiné en juillet 1794.

Doc. 5
Les critiques de la Terreur

Citoyens, il faut concilier la politique avec la saine raison [...]. Je demande l’économie du sang des hommes ; je demande que la Convention soit juste envers ceux qui ne sont pas signalés comme ennemis du peuple [...]. Soyez justes, politiques, grands comme le peuple : au milieu de sa fureur vengeresse, il ne s’écarte jamais de la justice ; il la veut.


Discours de Danton, 22 novembre 1793.

Doc. 5
Les critiques de la Terreur

<stamp theme='his-green2'>Doc. 5</stamp> Les critiques de la Terreur

Avocat, Danton fréquente les clubs politiques. Il joue un grand rôle dans la journée révolutionnaire du 10 aout 1792. Membre de la convention au début de la République, il organise la défense de la France envahie. Il contribue à la mise en place de la terreur, avant d’en dénoncer les excès. Il est arrêté et guillotiné en 1794.


Doc. 5
Les critiques de la Terreur

<stamp theme='his-green2'>Doc. 5</stamp> Les critiques de la Terreur

Vocabulaire

  • Le Comité de salut public : comité chargé de prendre des mesures rapides face aux menaces intérieures et extérieures (neuf membres élus par la Convention). 
  • La Convention : assemblée élue, de 1792 à 1795, qui fonde la Première République. 
  • Un sans-culotte : révolutionnaire issu du peuple parisien et défenseur de la République. 
  • La Terreur : suppression des libertés et utilisation de la violence afin d’éliminer les « ennemis de la République ».
Voir les réponses

Exercice 1

1
Doc. 1 (⇧) Identifiez les menaces qui pèsent sur la France. Aide : Présentez les menaces intérieures et extérieures au royaume. Citez des exemples précis.



2
Doc. 2 (⇧) Par qui et à qui les menaces sont-elles adressées ?



3
Doc. 3 (⇧) Contextualisez et décrivez la scène : lieu, date, attitudes et gestes des personnages, étendard.



4
Doc. 4 (⇧) Que demande Robespierre ? Contre qui ?



5
Doc. 5 (⇧) Quelles critiques apparaissent contre la Terreur ? Avec quels arguments ?



6
Doc. 1 à 5 (⇧) Vous êtes un député de la Convention. Vous écrivez un article de presse pour raconter la Terreur, à la fin du mois de juillet 1794.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.