Couverture

Histoire-Géographie 1re

Feuilleter la version papier






























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2


2
Les villes petites et moyennes face à la métropolisation




La métropolisation est‑elle un atout ou une contrainte pour le développement des villes petites et moyennes en France ?


A
Des composantes essentielles du tissu urbain français

Une mosaïque de petites villes et de villes moyennes. Les petites villes (de 5 000 à 20 000 habitants) et les villes moyennes (de 20 000 à 200 000 habitants) sont nombreuses en France. Un citadin sur deux vit dans une ville de moins de 100 000 habitants. Les plus petites d’entre elles bénéficient le plus souvent d’une croissance démographique supérieures aux autres.


Un maillon essentiel pour la cohésion des territoires. Les villes petites et moyennes ont en commun d’être perçues comme un facteur de cohésion, particulièrement dans les régions où le réseau urbain est moins dense. Pour le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), ces « villes à taille humaine », largement appréciées des Français, constituent « un trait d’union qui connecte les territoires entre eux », et servent notamment de maillon intermédiaire entre les métropoles et les territoires ruraux. Ce semis de petites villes polarise et organise les espaces ruraux.

B
De nombreux signes de fragilisation

Des villes affaiblies face à la métropolisation. Perte d’attractivité, désindustrialisation, déficit migratoire voire démographique, chômage et pauvreté, fermeture des équipements publics (hôpitaux, tribunaux, etc.) sont autant de réalités qui affectent aujourd’hui nombre de ces villes, en particulier dans le Nord et l’Est de la France, en net déclin démographique (Doc. 2). La plupart d’entre elles s’estiment sacrifiées par l’État au profit des métropoles.


Une métropolisation qui ne s’oppose pas aux petites villes. L’idée selon laquelle la métropole ne fait que dominer et se développer aux dépens des autres villes est cependant à nuancer ; le dynamisme de Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes ou encore Montpellier est notamment lié à l’importance et à l’enrichissement des relations que ces métropoles entretiennent avec les villes environnantes qui présentent leurs propres dynamiques, à l’image des pôles d’excellence rurale et de certains pôles de compétitivité, par exemple.

C
Des trajectoires variées

Des villes dynamiques bien connectées. Les villes bien desservies par les réseaux de communication et de transport, et situées dans la zone d’influence d’une métropole, peuvent tirer profit de l’économie résidentielle. Certaines peuvent même connaître un renouveau porté par une dynamique économique locale, par la valorisation du cadre de vie mais aussi par la mobilisation de leurs acteurs.


Des villes fragilisées qui se mobilisent pour changer leur image. Le Havre, mise à mal par la désindustrialisation, a beaucoup investi ces dernières années pour gagner un second souffle : nouvelle bibliothèque, palais des congrès, évènements festifs, tramway, réhabilitation de quais, nouvelles activités (voir Dossier). Il en va de même pour Amiens (voir Étude de cas).


Des actions en faveur de ces villes. Dans le cadre de l’aménagement du territoire, l’État et les collectivités locales se mobilisent. Lancé en décembre 2017, le plan gouvernemental « Action Coeur de Ville » devrait aider 222 villes moyennes à redynamiser leur centre-ville (Doc. 1).

Chiffres-clés

20 %

de la population vit dans une ville moyenne

5 milliards

d’euros investis pour rénover les centres‑villes de

222

villes moyennes entre 2017 et 2022

Vocabulaire

  • Aménagement du territoire : ensemble de mesures prises pour organiser la répartition des hommes, des activités et des équipements dans un espace.
  • Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) : service de l’État qui appuie le gouvernement dans la lutte contre les inégalités territoriales et le soutien aux dynamiques territoriales, avec les acteurs locaux et les citoyens.
  • Économie résidentielle : ensemble des activités économiques destinées à satisfaire les besoins des individus résidant sur un territoire.

Tous les territoires sont potentiellement détenteurs de savoirs stratégiques et créateurs de richesse.
Frédéric Gilli, économiste et géographe français


1
Le plan « Action Cœur de ville »

Le plan « Action Cœur de ville »

222 villes de France métropolitaine et d’outre‑mer sont concernées par le plan national « Action Cœur de ville ». Ce grand plan d’investissement public sur 5 ans (2018‑2022) a pour objectif de redynamiser les centres‑villes qui connaissent un déclin démographique et une fuite des activités commerciales vers les périphéries.

2
Le renouveau de certaines villes moyennes

Les locaux commerciaux à vendre et les rideaux de fer baissés ne sont pas toujours une fatalité. Alors que le gouvernement a fait de la désertification des centres des petites et moyennes villes une quasi‑cause nationale en débloquant une enveloppe de cinq milliards d’euros, la fédération de commerces spécialisés Procos a choisi cette année de mettre en avant les performances plutôt que les carences. Dans son palmarès 2018 publié fin janvier, cette fédération qui regroupe 260 enseignes a passé au crible 233 villes de différentes tailles en étudiant, entre‑autres, l’évolution entre 2015 et 2017 du taux de vacance commerciale, ou encore le chiffre d’affaires des enseignes, des indices révélateurs de la bonne santé d’un territoire. […] Procos s’est penché sur 62 villes moyennes (entre 200 et 500 000 habitants dans leur zone d’influence) dont Le Havre, ville classée première devant Reims et Orléans. Leurs points communs et atouts ? Ces villes ont une population aisée, un bon ratio activité/emplois, un taux de chômage en baisse, plus de 550 commerces en centre‑ville. […] Une ville comme Le Havre a par exemple réalisé de « lourds investissements ces dernières années, comme l’ouverture d’une bibliothèque, d’un palais des congrès, le réaménagement de quais, la réhabilitation de logements ou encore un tramway », souligne l’étude.

Clémentine Maligorne, « Non, tous les centres des villes moyennes ne sont pas moribonds ! », Le Figaro, 3 février 2018

Acteur du changement

Smartseille, un écoquartier en plein coeur de la métropole

Smartseille, un écoquartier en plein coeur de la métropole

Situé dans les quartiers Nord (fragilisés socialement) de la métropole, ce quartier, piloté par la société Eiffage, participe au projet Euroméditerranée qui vise à faire de Marseille une métropole de dimension européenne. Cet écoquartier devrait offrir à terme 60 000 m² de bureaux, logements – dont une résidence intergénérationnelle –, commerces, services et équipements divers. Se voulant résolument tourné vers la solidarité et l’échange, le quartier mêlera mobilité et usages partagés (parking souterrain mutualisé, covoiturage), performances thermiques des constructions avec notamment une « boucle énergétique » s’appuyant sur l’eau de mer et mixité sociale et fonctionnelle (cohabitation de différents types d’activités).
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?