Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

DOSSIER 1



Berlin, capitale de la Guerre froide





Depuis 1949, la capitale allemande est un point de contact unique entre les deux blocs. La partie ouest de la ville est une vitrine du modèle capitaliste. Berlin devient la porte de sortie de centaines de milliers de citoyens est-allemands, qui fuient un régime politique autoritaire – surtout après la répression des manifestations de juin 1953 – et une économie stagnante. Cette situation pousse le gouvernement de la RDA à bâtir en août 1961 un mur coupant les communications entre les deux parties de la ville.

HIS.T.5.INF6_v1-01

❯ Comment la ville de Berlin devient-elle le symbole de la division de l’Europe et du monde ?


1
À l’Ouest : la vitrine du capitalisme

Grande rue commerçante de Berlin-Ouest, 1964, photographie

2
À l’Est : le modèle socialiste

Affiche annonçant le défilé du 1er mai 1953 sur la Stalinallee, Berlin-Est, Deutsch Historisches Museum, Berlin

3
Une ville ordinaire ?

[Berlin-Ouest] est aussi tapageuse que si les gens avaient découvert du pétrole, remplie de voitures hors de prix et de boutiques de luxe, et les Berlinois ne sont pas des héros du front : ils adorent leur ville, gagnent bien leur vie, aiment qu’on parle d’eux dans les journaux, qu’on les juge importants [...]. Il est sans doute pratique – ou vital –, pour des raisons politiques, de faire en sorte que la partie libre de Berlin continue de tourner à plein régime, mais agir comme si cet endroit était le bastion de notre foi et la nouvelle Jérusalem, c’est n’importe quoi ! Nous devrions également cesser de la qualifier, en reprenant ce slogan imbécile, de « vitrine de l’Occident ». L’Occident, quel que soit ce qu’on entend par là, vaut bien mieux que cette ville surdramatisée.

Martha Gelhorn, « Is there a New Germany ? », The Atlantic Monthly, février 1964.

4
La construction du mur

Construction du mur sur la Lindenstrasse, 13 août 1961, photographie

5
L’objectif du mur : empêcher les départs vers l’Ouest

L’objectif du mur : empêcher les départs vers l’Ouest

6
Ich bin ein Berliner

De nombreuses personnes dans le monde ne comprennent pas, ou disent qu’elles ne comprennent pas, où se situe le problème entre le monde libre et le monde communiste. Qu’ils viennent à Berlin. Il y en a qui disent que le communisme est le futur. Qu’ils viennent à Berlin. [...] La liberté rencontre de nombreux obstacles et la démocratie n’est pas parfaite, mais nous n’avons jamais eu à construire un mur pour garder notre peuple, pour l'empêcher de nous quitter. […] Même si le mur est la preuve la plus éclatante et la plus convaincante des échecs du système communiste, comme le monde entier peut le voir, nous n’en tirons aucune satisfaction, car il est, comme l’a dit votre maire [Willy Brandt], un crime non seulement contre l’histoire mais aussi contre l’humanité, séparant des familles, divisant des maris et des femmes, des frères et des sœurs, et divisant un peuple qui désire être unifié. […] Tous les hommes libres, où qu’ils vivent, sont citoyens de Berlin, et par conséquent, en tant qu’homme libre, je dis fièrement : Ich bin ein Berliner.

Discours de John F. Kennedy, Berlin-Ouest, 26 juin 1963.

Questions

Analyser des documents

1
Doc. 1 (⇧) et Doc. 2 (⇧) Décrivez les deux documents et comparez les modèles de société promus en RFA et en RDA.


2
Doc. 3 (⇧) Expliquez pourquoi lʼauteure pense que Berlin est une ville « surdramatisée ».


3
Doc. 4 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Identifiez les fonctions du mur de Berlin.


4
Doc. 4 (⇧) , Doc. 5 (⇧) et Doc. 6 (⇧) Montrez quelles sont les conséquences de la construction du mur sur la vie des Berlinois.


5
Doc. 6 (⇧) Relevez les arguments utilisés par Kennedy pour critiquer le mur.


Question de synthèse

6
Justifiez l’affirmation suivante : la ville de Berlin est un enjeu central de la rivalité entre les deux blocs et devient un symbole de la Guerre froide.
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.