Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

L'amour, la mort

DYS

L'amour, la mort

1
J
e l’avais aimée éperdument ! Pourquoi aime-t-on ? Est-ce bizarre de ne plus voir dans le monde qu’un être, de n’avoir plus dans l’esprit qu’une pensée, dans le cœur qu’un désir, et dans la bouche qu’un nom : un nom qui monte incessamment, qui monte, comme l’eau d’une source, des profondeurs de l’âme, qui monte aux lèvres, et qu’on dit, qu’on redit, qu’on murmure sans cesse, partout, ainsi qu’une prière.
  Je ne conterai point notre histoire. L’amour n’en a qu’une, toujours la même. Je l’avais rencontrée et aimée. Voilà tout. Et j’avais vécu pendant un an dans sa tendresse, dans ses bras, dans sa caresse, dans son regard, dans ses robes, dans sa parole, enveloppé, lié, emprisonné dans tout ce qui venait d’elle, d’une façon si complète que je ne savais plus s’il faisait jour ou nuit, si j’étais mort ou vivant, sur la vieille terre ou ailleurs.
  Et voilà qu’elle mourut. Comment ? Je ne sais pas, je ne sais plus.
  Elle rentra mouillée, un soir de pluie, et le lendemain, elle toussait. Elle toussa pendant une semaine environ et prit le lit.
  Que s’est-il passé ? Je ne sais plus.
  Des médecins venaient, écrivaient, s’en allaient. On apportait des remèdes ; une femme les lui faisait boire. Ses mains étaient chaudes, son front brûlant et humide, son regard brillant et triste. Je lui parlais, elle me répondait. Que nous sommes-nous dit ? Je ne sais plus. J’ai tout oublié, tout, tout ! Elle mourut, je me rappelle très bien son petit soupir, son petit soupir si faible, le dernier.
  La garde dit : « Ah ! » Je compris, je compris ! Je n’ai plus rien su. Rien. Je vis un prêtre qui prononça ce mot : « Votre maîtresse. » Il me sembla qu’il l’insultait. Puisqu’elle était morte on n’avait plus le droit de savoir cela. Je le chassai. Un autre vint qui fut très bon, très doux. Je pleurai quand il me parla d’elle.
  On me consulta sur mille choses pour l’enterrement. Je ne sais plus. Je me rappelle cependant très bien le cercueil, le bruit des coups de marteau quand on la cloua dedans. Ah ! Mon Dieu !
  Elle fut enterrée ! Enterrée ! Elle ! Dans ce trou ! Quelques personnes étaient venues, des amies. Je me sauvai. Je courus.
  Je marchai longtemps à travers des rues. Puis je rentrai chez moi. Le lendemain je partis pour un voyage.
Les textes principaux
  • 1887
    . L'amour, la mort
    GUY DE MAUPASSANT
    9 questions associées
Les images
  • 1895
    . Allégorie de l’amour
    Gustave Klimt
    1 question associée
  • 1808
    . Les Funérailles d’Atala,
    Anne-Louis Girodet
    1 question associée
Le genre fantastique
Le fantastique ne doit pas être confondu avec la fantasy ou le merveilleux, que vous avez vus l’année dernière car il a pour cadre le monde réel, celui dans lequel nous vivons, que nous connaissons ou croyons connaitre. Un évènement surnaturel, s’y produit, qui sème la confusion dans l’esprit du personnage et du lecteur. Est-ce vrai ? Est-ce un cauchemar ?
Ci-dessous quelques contenus proches qui peuvent vous intéresser :
CACHER LES INFORMATIONS

Allégorie de l’amour

Gustave Klimt, Allégorie de l’amour, 1895, huile sur toile, 60 x 44 cm (Musée d’histoire de l’art, Vienne).

Bridgeman

Allégorie de l’amour
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

INFORMATIONS SUR LE DOCUMENT
Chargement de l'image haute définition
loader
Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?