Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

Prendre le large

DYS

Prendre le large

Ishmaël et Queequeg se sont fait embaucher sur un baleinier comme simple matelot pour l’un et harponneur pour l’autre. C’est le jour du départ et, comme le veut la tradition, le baleinier est accompagné par un bateau qui le guide jusqu’à la pleine mer.
1
E
nfin, l’ancre levée et les voiles hissées, nous partîmes, glissant sur l’eau. C’était Noël, il faisait froid et les journées, dans le Nord, étaient courtes. Tandis que la nuit se mêlait au jour, nous nous trouvions presque en plein océan hivernal et les embruns1 gelés nous enserraient dans la glace comme dans une armure étincelante. Les longues rangées de dents qui avaient poussé sur le bastingage2 luisaient au clair de lune et, comme les défenses d’ivoire d’un gigantesque éléphant, d’immenses glaçons recourbés étaient suspendus à la proue3.
  En tant que pilote, le maigre Bildad était chef du premier quart et de temps à autre, quand le vieux navire plongeait profondément dans les eaux vertes et qu’il se recouvrait d’écume4 frissonnante, quand les vents hurlaient et que les cordages sifflaient, on l’entendait chanter d’une voix ferme […]. Malgré cette nuit d’hiver glaciale dans l’Atlantique déchainé, malgré mes pieds mouillés et ma veste trempée, il y avait pourtant, me semblait-il alors, de nombreux ports accueillants qui m’attendaient, des prairies et des clairières si pures que l’herbe du printemps demeurait verte et intacte jusqu’au cœur de l’été.
  Parvenus en pleine mer, nous n’avions plus besoin de pilote. Le solide bateau à voiles qui nous avait conduits jusque-là vint se ranger à côté de nous.
  Il était curieux et touchant de voir combien Peleg et Bildad étaient émus par ce moment particulier, surtout le capitaine Bildad. Il avait du mal à partir, beaucoup de mal à laisser pour de bon un bateau en route pour un si long et périlleux voyage, au-delà des deux caps tempétueux […], un bateau qui avait pour capitaine un ancien compagnon de bord, un homme presque aussi vieux que lui et qui, une fois encore, partait affronter ces mâchoires terribles et impitoyables. Il avait du mal à dire au revoir à ce qui, pour lui, débordait d’intérêt. Le pauvre vieux Bildad s’attarda longtemps, arpenta le pont avec anxiété, courut jusqu’à la cabine pour y dire un dernier mot d’adieu, retourna sur le pont et regarda en direction du vent, regarda l’océan vaste et infini, borné seulement par les continents de l’Est, lointains et invisibles, regarda vers la côte, regarda vers le ciel, regarda à droite et à gauche, regarda partout et nulle part. […]
  Quant à Peleg, il prenait la chose avec plus de philosophie, mais malgré toute sa sagesse, on vit une larme briller dans son œil quand la lanterne s’approcha un peu trop près. Lui aussi courut de la cabine au pont, dit un mot en bas, puis un mot à Starbuck, le second5.
  Enfin, après un dernier regard autour de lui, il se tourna vers son camarade :
  – Capitaine Bildad, vieux compagnon, allez, faut qu’on parte. […] Adieu et bonne chance à tous. Et dans trois ans jour pour jour un souper bien chaud fumera pour vous dans le vieux Nantucket. Hourra, et en route !
Les textes principaux
  • 1851
    . Prendre le large
    HERMAN MELVILLE
    9 questions associées
Les images
  • 1863
    . L’Erebus et le Terror
    Richard Brydges Beechey
    1 question associée
  • 1990
    . Le Lexington et l’Omega
    Louis Dodd
    1 question associée
100% numérique
Retrouvez l'exposition en ligne de la BnF « La mer, terreur et fascination ».
CACHER LES INFORMATIONS

L’Erebus et le Terror

Richard Brydges Beechey, L’Erebus et le Terror, 1863, huile sur toile (université de Cambridge).

Bridgeman

L’Erebus et le Terror
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

INFORMATIONS SUR LE DOCUMENT
Chargement de l'image haute définition
loader
Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?