Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

L'atelier des apprentis
P.217

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer




L'atelier des apprentis




12
Les liens de parenté des primates (⇧)

Analyser des matrices de caractères afin de construire un arbre phylogénétique
Retrouvez cet exercice en version initié en cliquant ici
.

Caractères étudiés \rightarrow
\downarrow Espèces
Griffes ou ongles plats Narines Appendice nasal Queue
Koala (extra-groupe) Griffes Écartées Truffe Présence
Indri Ongles Écartées Truffe Présence
Tarsier Ongles Écartées Nez Présence
Babouin Ongles Rapprochées Nez Présence
Orang-outang Ongles Rapprochées Nez Absence

1
Matrice de caractères de cinq mammifères.

tarsier des Philippines

2
Le tarsier des Philippines.
C’est l’un des plus petits primates existants. Il mesure environ 10 cm.

Le groupe des primates présente une grande diversité avec plus de cent quatre-vingts espèces répertoriées. Au sein du groupe, la phylogénie permet de préciser les liens de parenté par l’étude des caractères qu’ils possèdent.

Questions

1. Construire l’arbre phylogénétique des espèces présentées, en ne retenant comme caractères que les innovations évolutives et en précisant bien les caractères partagés.
Couleurs
Formes
Dessinez ici

2. Entourer le groupe des catarhiniens sur l’arbre phylogénétique, sachant que ce groupe est constitué de primates ayant notamment des narines rapprochées.
Voir les réponses

13
Homo naledi, espèce humaine ? (⇧)

Analyser des arguments scientifiques afin de préciser la parenté d’espèces avec le genre Homo

Pour classer les fossiles parmi la lignée humaine, les scientifiques étudient notamment leurs caractéristiques crâniennes. Des ossements datés de moins de 300 000 ans ont été découverts entre 2013 et 2017 dans une grotte en Afrique du Sud. Ils ont été attribués à une nouvelle espèce, Homo naledi, mais cette attribution est très discutée actuellement.

crânes

Crânes d’Homo naledi a, d’Australopithecus africanus b et d’Homo erectus c.

Capacité crânienne maximale des fossiles : H. naledi : 550 cm3 ; A. africanus : 500 cm3 ; H. erectus : 1 100 cm3.

Question

À partir de l’étude comparative des crânes, discuter (ou débattre) l’appartenance d’H. naledi au genre Homo ou au genre Australopithecus.
Voir les réponses

A
Une phylogénie des primates précisée à l’aide de données moléculaires (⇧)

Analyser des matrices de caractères afin de construire un arbre phylogénétique
Retrouvez cet exercice en version initiale cliquant ici
.

Séquence étudiée Chimpanzé Macaque Gorille
Opsines bleues (protéines) 100 % 96 % 99,7 %
Gène MYH16 97,7 % 96,6 % 97,7 %
Gène ASPM 99,5 % 97,3 % 99,1 %


1
Résultats de comparaison de quelques séquences peptidiques et nucléotidiques entre l’être humain et d’autres primates.


Macaque japonnais

2
Macaque japonnais

L’être humain se situe phylogénétiquement au sein des hominidés et, plus largement, au sein des primates. Une phylogénie établie à partir de critères morpho-anatomiques peut être précisée avec des données moléculaires.


Questions

1. Indiquer quelle est l’espèce dont la séquence des opsines se rapproche le plus de celle de l’humain. Faire de même pour la séquence des gènes MYH16 et ASPM.


2. Commencer à construire un arbre phylogénétique basé sur ces données moléculaires, à partir de votre réponse à la question 1 et sachant que la proximité génétique doit se traduire par une plus forte parenté sur le plan phylogénétique.
Couleurs
Formes
Dessinez ici

3. À partir des données de comparaison des autres espèces au tableau, compléter votre arbre phylogénétique en appliquant le même raisonnement qu’aux questions 1 et 2.
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.