Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La guerre d’Algérie et ses mémoires
P.208-209

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

POINT DE PASSAGE 1


La guerre d’Algérie et ses mémoires





Officiellement, le terme de « guerre dʼAlgérie » nʼest reconnu quʼen 1999. Durant le conflit, le gouvernement français parle « dʼévénements » ou « dʼopérations de maintien de lʼordre ». Après lʼindépendance de lʼAlgérie, de nombreuses mémoires du conflit se constituent : celle des pieds-noirs, des harkis, des immigrés algériens ayant soutenu le Front de libération nationale, des soldats français envoyés en Algérie, du gouvernement français et du nouveau gouvernement algérien, etc. Les revendications mémorielles de ces différents groupes entrent souvent en confrontation.

Algérie

❯ Pourquoi est-il si difficile en France dʼélaborer un récit commun de la guerre dʼAlgérie ?


1
La guerre d’Algérie (1954‑1962) : une violence multiforme 
Cliquez ici pour télécharger cette carte.

Fond de carte

I. Une colonie française
Présence d’une population d’origine européenne :

Très forte
Moyenne
Très faible

II. Une guerre d’indépendance
Insurrections
Principales zones de guérilla
Bases du FLN à l’étranger
Barrages de l’armée française

III. La violence contre les civils
Répressions de l’armée française sur les civils
Massacres de harkis par le FLN
Principaux attentats de l’OAS
Exil des pieds-noirs

Frise interactive 
Télécharger la frise en pdf.


2
La guerre d’Algérie et ses enjeux mémoriels


Politique algérienne de la France
Enjeux mémoriels

Eras

    Évènements

    1. 1954 - 1958 : <strong class="sc-gxMtzJ erPzkS lls-viewer-b">Assimilation</strong> |
    2. 1958 - 1961 : <strong class="sc-gxMtzJ erPzkS lls-viewer-b">Autodétermination</strong> |
    3. 1961 - 1962 : <strong class="sc-gxMtzJ erPzkS lls-viewer-b">Indépendance</strong> |
    4. 1954 - 1957 : <strong class="sc-gxMtzJ jZtOh lls-viewer-b">Violence de la domination coloniale</strong> |
    5. 1957 - 1961 : <strong class="sc-gxMtzJ jZtOh lls-viewer-b">Violences de guerre / Torture</strong> |
    6. 1961 - 1962 : <strong class="sc-gxMtzJ jZtOh lls-viewer-b">Harkis / Pieds-noirs</strong> |
    7. 1954 - : <strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">Toussaint rouge</strong> |
    8. 1955 - : <strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">État d’urgence</strong> |
    9. 1956 - : <strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">Indépendance du Maroc et de la Tunisie</strong> |
    10. 1957 - : <strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">Bataille d’Alger</strong> |
    11. 1958 - : <span class="sc-dqBHgY kPvnvm lls-viewer-color"><strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">De Gaulle au pouvoir</strong></span> |
    12. 1962 - : <strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">Accords d’Évian</strong> |
    13. 1962 - : <div class="sc-jwKygS ixyiOR lls-viewer-stamp"><div class="sc-lhVmIH hGGYsZ"><strong class="sc-gxMtzJ laeoih lls-viewer-b">Indépendance de l’Algérie</strong></div></div> |

    3
    Le 17 octobre 1961, un crime d’État

    Le 17 octobre 1961, un crime d’État

    À l’appel du FLN, les Algériens de la région parisienne boycottent le couvre-feu le 17 octobre 1961. La répression fait environ 200 morts.

    4
    Djamila Boupacha, combattante du FLN devenue une icône

    Arrêtée le 10 février [...] et inculpée seulement le 15 mars, Djamila est demeurée 33 jours séquestrée dans un de ces locaux de torture qu’on baptise « centres de tri ». Pendant tout ce temps, rien, aucune autorité, aucun contrôle ne l’a défendue contre les violences qu’il plaisait à ses bourreaux d’exercer contre elle. [...] Quand des dirigeants d’un pays acceptent que des crimes se commettent en son nom, tous les citoyens appartiennent à une nation criminelle. Consentirons-nous à ce que ce soit le nôtre ? L’affaire de Djamila Boupacha concerne tous les Français. Si le gouvernement atermoie, c’est à l’opinion de faire pression sur lui, d’exiger impérieusement le renvoi du procès de Djamila, l’aboutissement de l’enquête qu’elle réclame, une sûre protection pour sa famille et ses amis, et pour ses bourreaux les rigueurs de la loi.

    Simone de Beauvoir, « Pour Djamila Boupacha », Le Monde, 2 juin 1960.

    5
    L’exil douloureux des pieds-noirs

    Juif d'Algérie, le guitariste Enrico Macias quitte l’Algérie à l’été 1961 à la suite de l’assassinat par le FLN de son beau-père. Même s'il n'est pas pied-noir, ses textes deviennent le symbole de l'exil des Français d'Algérie.


    J’ai quitté mon pays
    J’ai quitté ma maison
    Ma vie, ma triste vie
    Se traîne sans raison

    J’ai quitté mon soleil
    J’ai quitté ma mer bleue
    Leurs souvenirs se réveillent
    Bien après mon adieu

    J’ai quitté une amie
    Je vois encore ses yeux
    Ses yeux mouillés de pluie
    De la pluie de l’adieu

    Je revois son sourire
    Si près de mon visage
    Il faisait resplendir
    Les soirs de mon village

    Mais du bord du bateau
    Qui m’éloignait du quai
    Une chaîne dans l’eau
    A claqué comme un fouet

    Enrico Macias, Adieu mon pays, 1962.

    6
    Une « guerre des mémoires »

    En France, cette guerre des mémoires est l’expression de groupes pour lesquels les drames de la guerre d’Algérie constituent un facteur d’identité d’autant plus significatif qu’ils constituent des minorités (harkis, pieds-noirs, immigrés algériens…). Elle prend la forme de revendications concurrentes, qui se sont amplifiées surtout depuis la fin des années 1990. Dans une inflation des propositions commémoratives, chaque groupe se mobilise autour de l’événement qui cristallise ses griefs. [...] Il est ainsi impossible d’accorder les acteurs sur une date, car les positions sont largement irréconciliables.

    Juliette Guilbaud et Rodolphe Keller, « La guerre d’Algérie dans les mémoires française et algérienne », Revue de lʼIFHA, 2011.

    Questions

    Analyse des documents

    1
    Doc. 1 (⇧) , Doc. 3 (⇧) et Doc. 4 (⇧) Relevez les différentes violences commises durant la guerre d’Algérie et identifiez leurs cibles.


    2
    Doc. 5 (⇧) Présentez le document : date, auteur, contexte, objectif.


    3
    Doc. 2 (⇧) et Doc. 6 (⇧) Expliquez pourquoi on peut parler de « guerre des mémoires ».


    Question de synthèse

    4
    Par petits groupes, faites une recherche sur lʼune des mémoires de la guerre dʼAlgérie. Présentez ensuite votre travail à votre classe.
    Enregistreur audio
    Voir les réponses
    Utilisation des cookies
    En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
    Pour plus d’informations, cliquez ici.