Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La France de Charles de Gaulle : moderniser le pays
P.210-211

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 2


La France de Charles de Gaulle : moderniser le pays





❯ Comment Charles de Gaulle cherche-t-il à réformer le pays pour assurer la grandeur de la France ?

A
Résoudre la crise algérienne


1
La tragédie algérienne

Une guerre de libération nationale. Au début des années 1950, une nouvelle génération de nationalistes algériens choisit la lutte armée et fonde le FLN. Le gouvernement français, pour qui l’Algérie fait partie du territoire national, répond par une politique répressive et déclare lʼétat dʼurgence à partir de 1955. Dès 1956, le gouvernement de Guy Mollet intensifie la guerre : envoi du contingent, usage systématique de la torture pour briser le FLN.

Une guerre franco-française. Le conflit domine la vie politique française, les gouvernements se succèdent faute de consensus. La peur dʼune guerre civile entretenue par les attentats de lʼOAS, bloque toute possibilité de négociation avec le FLN. En métropole, des intellectuels comme Germaine Tillion, Simone de Beauvoir ou Pierre Vidal-Naquet se mobilisent contre les exactions commises par lʼarmée française.

Une guerre civile algérienne. Tous les Algériens ne soutiennent pas le FLN. Certains, les harkis, combattent dans les rangs de lʼarmée française. Les nationalistes sont divisés entre plusieurs organisations dont le FLN et le MNA qui se font mutuellement la guerre.

2
La difficile sortie du conflit

La fin de la IVe République. Le régime dʼassemblée, impuissant, subit les événements algériens. Le 13 mai 1958, des manifestations ont lieu à Alger et un Comité de salut public réclame le retour de Charles de Gaulle au pouvoir. Le 15 mai, ce dernier se dit prêt à « assumer les pouvoirs de la République » : il est investi président du Conseil le 1er juin, obtient les pleins pouvoirs pour six mois et le droit de réviser la Constitution.

Un changement de politique. Dans un premier temps, Charles de Gaulle poursuit lʼengagement militaire contre le FLN. À partir de 1959, il change d’avis et accepte le principe de lʼindépendance de lʼAlgérie. Cette décision est perçue comme une trahison par les Français dʼAlgérie, ce qui entraîne des émeutes à Alger et une tentative de putsch militaire en avril 1961.

L’indépendance de l’Algérie. Les accords dʼÉvian en mars 1962 mettent fin à la guerre et sont ratifiés par un référendum en France (90 % de oui) et en Algérie (99,7 % de oui). Un million de rapatriés arrivent en métropole. Juifs et pieds-noirs quittent l’Algérie dans la précipitation, tandis que les harkis, majoritairement abandonnés en Algérie, sont victimes de massacres.

Biographie

Germaine Tillion

Germaine Tillion (1907‑2008)

Ethnologue, historienne et résistante déportée à Ravensbrück en 1943. Elle étudie les sociétés algériennes en se rendant sur place dans le cadre de missions d’ethnologie, depuis 1934 jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie.

Vocabulaire


FLN


Harkis


MNA


OAS


Pieds-noirs


Torture


  • FLN : Front de libération nationale. Parti politique algérien créé en 1954 pour obtenir lʼindépendance, notamment par la lutte armée contre la métropole.

  • Harkis : Algériens des forces supplétives de l’armée française.

  • MNA : Mouvement national algérien. Organisation politique algérienne créée en 1954 qui revendique lʼindépendance de lʼAlgérie mais sʼoppose au FLN.

  • OAS : Organisation de lʼarmée secrète. Mouvement clandestin terroriste créé en 1961 qui regroupe des Français d’Algérie et des militaires.

  • Pieds-noirs : terme apparu vers 1950, désignant les Français dʼorigine européenne installés ou nés en Algérie.

  • Torture : souffrances physiques infligées à quelquʼun, souvent pour obtenir des informations ou des aveux.


B
« Restaurer l’État »


1
Un pouvoir exécutif renforcé

De Gaulle au pouvoir. En novembre 1958, le Parti gaulliste (lʼUNR) devient le premier parti de France ; le 21 décembre, Charles de Gaulle est élu président de la République. Il est réélu président en 1965 et le reste jusquʼà sa démission en avril 1969.

Un nouveau régime : la Ve République. La nouvelle Constitution, préparée notamment par Michel Debré, est adoptée par référendum le 28 septembre 1958. Elle réorganise en profondeur les institutions politiques françaises.

Un régime semi-présidentiel. Dans la Ve République, le président de la République a de grands pouvoirs : il définit les grandes orientations politiques, nomme le Premier ministre, peut dissoudre lʼAssemblée nationale et même, via lʼarticle 16, gouverner directement en cas de situation grave. Le Gouvernement nʼest plus soumis à lʼinvestiture de lʼAssemblée, qui ne peut le renverser quʼà la majorité absolue des voix (motion de censure).

2
La République selon Charles de Gaulle

La pratique gaullienne du pouvoir. Le président se constitue un domaine réservé sur les questions de défense et de politique étrangère. Il fonde sa légitimité sur une relation directe avec les citoyens, à travers lʼusage du référendum, lʼutilisation des médias et, après la réforme constitutionnelle de 1962, lʼélection présidentielle au suffrage universel direct.

Vocabulaire


Motion de censure


  • Motion de censure : vote de défiance du parlement vis-à-vis du gouvernement, qui doit démissionner si la majorité des suffrages est obtenue.

Repères

Charles de Gaulle et les médias

Charles de Gaulle et les médias

Charles de Gaulle est le premier président à utiliser la télévision, alors placée sous monopole d’État. Ses conférences de presse et ses interventions sont transmises en direct et suivies par des millions de téléspectateurs. La télévision devient un puissant relais de la parole présidentielle.


C
Poursuivre la modernisation du pays


1
Des réformes économiques

Assainir lʼéconomie. Le nouveau gouvernement lutte contre lʼinflation et cherche à stabiliser lʼéconomie en augmentant les impôts, en dévaluant le franc et enfin créant le nouveau franc, qui vaut cent anciens francs (▶ doc 1). Ces mesures contribuent à consolider le commerce extérieur et facilitent lʼinsertion de la France dans le marché européen.

L’État soutient la croissance économique. Charles de Gaulle lance dʼambitieux plans de modernisation et une politique de grands travaux (barrages hydroélectriques, aéroports, etc.). Le gouvernement soutient le développement de l'éducation ainsi que la recherche scientifique et technologique : les dépenses de recherche et développement passent ainsi de 2,46 % du budget de l’État en 1958 à 6,2 % en 1967.

2
Lʼaménagement du territoire

Construire une France plus moderne. La priorité est aux logements et aux transports. Lʼaéroport de Paris-Orly est agrandi en 1961, le réseau routier est entièrement repensé pour faire face à lʼexplosion du nombre de voitures individuelles. La DATAR, créée en 1963, est chargée dʼimpulser et de coordonner les actions dʼaménagement du territoire.

Vocabulaire


DATAR


Dévaluation


Plan de modernisation


  • DATAR : Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale.

  • Dévaluation : diminution volontaire de la valeur dʼune monnaie nationale par rapport aux monnaies étrangères.

  • Plan de modernisation : réalisé par le Commissariat au plan pour cinq ans, il définit les objectifs économiques à atteindre et oriente les investissements dans les secteurs prioritaires.



1
Le « nouveau franc »
Le « nouveau franc »

Prolongement numérique

Le site Internet de la Fondation Charles de Gaulle propose plusieurs dossiers thématiques, appuyés sur des documents dʼarchives, autour de « la guerre en Algérie », « la décolonisation », « la Constitution de 1958 », « la réforme de 1962 » et « moderniser la France ».
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.