Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La lutte du Larzac (1971-1981)
P.270-271

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

DOSSIER 1



La lutte du Larzac (1971-1981)





En octobre 1971, le ministre de la Défense annonce l’extension d’un camp militaire sur le plateau du Larzac, en Aveyron. Des agriculteurs locaux s’organisent pour refuser le projet. Ils sont bientôt rejoints par des milliers de militants venus d’horizons politiques divers, qui y voient l’occasion d’exprimer leur opposition à l’armée, à l’État ou encore au nucléaire.

Plateau du Larzac

❯ Comment comprendre la mobilisation pour le Larzac ?


1
Manifester pour le Larzac

Manifester pour le Larzac

Deuxième édition du rassemblement de la marche non violente pour le Larzac, rassemblant plus de 100 000 personnes. Comme la première édition (1973), celle-ci réunit des paysans, de jeunes hippies et militants de tous bords, des représentants des luttes révolutionnaires, du Chili, de Grèce, d’Italie et d’Irlande.

2
Essai d’analyse du conflit du Larzac en 1976

Dès le début, le Larzac était apparu comme un lieu de convergence d’une multitude de courants informels de gauche ou d’extrême gauche jaillis de mai 1968 [...]. Leurs points de convergence étaient, ici : l’antibureaucratisme, l’antimilitarisme, l’anticapitalisme et l’anti-impérialisme. Ils étaient, également, la remise en cause de l’État et de la société industrielle et urbaine (problèmes de l’écologie, de la sauvegarde de l’environnement, de la croissance, etc.). La lutte du Larzac apparaissait comme exemplaire sur tous ces points. [...] En acceptant l’aide de tous les mouvements contestataires au nom de la liberté et de la tolérance, les paysans puisaient dans chacun d’eux des éléments de leur propre libération et des arguments de lutte. [...] La crise de la société urbaine et des valeurs qu’elle sécrète, présente dans tous les discours écologiques, leur donnait une utopie et une idéologie de revanche communautaire. Ils retrouvaient une inébranlable fierté d’être paysans et avivaient leur conscience de classe exploitée par la ville. De même, la valorisation de leur langue et de leur culture par le mouvement occitan [...] renversait la hiérarchie des valeurs en vigueur en donnant un contenu positif à leur identité populaire de paysans occitans.

Wanda Holohan, « Le conflit du Larzac : chronique et essai d’analyse », Sociologie du travail, 1976.

3
Le parcours dʼune militante

Quand on a commencé la lutte du Larzac, moi personnellement, je me sentais concernée mais je [...] voyais pas ce que je pouvais faire contre une armée, contre un gouvernement [...]. Faut dire aussi que je suis [...] pas tellement militante, je le suis devenue [...]. Puis je sentais aussi que c’était difficile de rester à l’écart. Alors j’ai essayé, avec d’autres femmes et même avec Pierre, de participer davantage. Aux actions, je participais autant que je le pouvais, enfin c’était pas toujours facile à cause des enfants [...]. Et quand Pierre allait faire des actions à Paris où je savais qu’il pouvait y avoir du danger, j’aimais bien aller avec lui participer, par tranquillité plutôt que de me faire du souci à la maison. Mais ma participation s’arrêtait là [...]. Quand il s’agissait de porter mon témoignage sur ce qu’était la lutte, ma lutte à moi, je me sentais toujours à l’écart. Et c’est pour ça d’ailleurs qu’il y a beaucoup de gens qui pensent, qui pensaient, surtout au début, que la lutte du Larzac c’était une lutte d’hommes. Mais en fait, les femmes, on était quand même bien derrière, c’est peut-être parce qu’on n’a pas fait le service militaire qu’au départ on s’est senties moins concernées que nos maris, mais enfin, on était quand même là, présentes, on faisait tout ce qu’on pouvait mais... enfin pour moi, personnellement, ça a été très dur, le départ. C’est beaucoup moins dur maintenant. [...] C’est très épanouissant.

Interview de Christiane Burguière dans l’émission Paysannes, 1er janvier 1979.

4
Un mouvement qui se diffuse

Affiche Larzac Partout !

Entre 1971 et 1980, environ 150 « comités Larzac » se créent en France. Ils diffusent des informations, organisent des manifestations locales et envoient des délégués sur le plateau.

5
Relayer d’autres luttes

Stand Larzac

Les militants dénoncent ici à la fois le chantier du surgénérateur nucléaire Superphénix de Creys-Malville (Isère) et la répression de la manifestation du 31 juillet 1977 par les forces de l’ordre, qui a fait de nombreux blessés et un mort chez les manifestants.

Questions

Analyser des documents

1
Doc. 1 (⇧) , Doc. 2 (⇧) et Doc. 3 (⇧) Expliquez quels ont été les éléments déclencheurs de la crise du Larzac.


2
Doc. 1 (⇧) , Doc. 3 (⇧) , Doc. 4 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Identifiez les acteurs et les formes de la mobilisation.


3
Doc. 1 (⇧) , Doc. 2 (⇧) , Doc. 3 (⇧) , Doc. 4 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Montrez la diversité des motivations des défenseurs du Larzac.


4
Doc. 4 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Montrez comment la jonction s’est faite avec d’autres luttes en France.


5
Doc. 3 (⇧) et Doc. 5 (⇧) Montrez quels ont été la place et le rôle des femmes dans la lutte du Larzac.


Question de synthèse

6
Remplissez le tableau suivant :
Motivations Modes dʼaction
Agriculteurs
Militants de gauche et dʼextrême gauche
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.