Français 5e
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Thème 1 : Se chercher, se construire
Ch. 1
Les grandes découvertes : vers un nouveau monde
Ch. 2
Moby Dick : sur les traces d'une baleine mythique
Thème 2 : Vivre en société, participer à la société
Ch. 3
Bandes de jeunes !
Ch. 4
En famille : Molière : Le malade imaginaire
Thème 3 : Regarder le monde, inventer des mondes
Ch. 5
La magie des Mille et Une Nuits
Ch. 6
Territoires imaginaires
Thème 4 : Agir sur le monde
Ch. 7
Héros d'hier, héros d'aujourd'hui
Thème complémentaire
Ch. 8
Sommes-nous maîtres de la nature ?
La langue au cycle 4
Lexique
Grammaire
Conjugaison
Orthographe
EPI
Méthode
Tableaux de conjugaison
Chapitre 2
Texte et image

Le portrait de Queequeg

Je m'intéresse au portrait d'un personnage littéraire.

Texte

Ishmaël vient d'arriver au port de New Bedford car il souhaite s'engager sur un baleinier. Il décide de passer la nuit dans une auberge et doit partager son lit avec un mystérieux harponneur1 indien du nom de Queequeg.

Mon Dieu, quel spectacle ! Quel visage ! D'une couleur sombre, ocre, violacée, recouverte ça et là de grands carrés noirâtres. Oui, c'est bien ce que je pensais, un terrible compagnon de lit ! Il s'est bagarré, a été affreusement balafré2, et le voici devant moi, tout juste revenu d'entre les mains du chirurgien !
Mais au moment où il se tourna vers la lumière, je vis clairement que ces grands carrés noirs qu'il avait sur les joues ne pouvaient pas être des pansements. [Le narrateur se rend compte que ce sont des tatouages.] Après tout ! pensai-je. Il ne s'agit que de son apparence ; on peut être un honnête homme dans n'importe quelle peau. Mais alors que penser de ce teint irréel, je veux dire, là où son visage n'était pas tatoué ? Bien sûr, sa peau pouvait tout simplement être tannée par des années passées sous le soleil des tropiques. Mais je n'avais jamais entendu qu'un soleil brûlant pouvait donner à un homme blanc un teint ocre violacé. Cependant, je n'avais jamais été dans les mers du Sud. Peut-être que là-bas le soleil produisait sur la peau cet effet étrange. Tandis que toutes ces idées fulgurantes me traversaient l'esprit, le harponneur ne remarqua absolument pas ma présence. Ayant enfin ouvert son sac, il se mit à fouiller à l'intérieur et en tira une sorte de tomahawk3 et une petite pochette en peau de phoque. Plaçant tout cela sur le vieux coffre qui se trouvait au milieu de la chambre, il prit alors la tête de Nouvelle-Zélande4, objet pour le moins effrayant, et la fourra dans son sac. Ensuite, il enleva son chapeau – en peau de castor, tout neuf – et là je faillis lâcher un cri de surprise. Il n'avait pas de cheveux, à l'exception d'une sorte de scalp, d'une petite queue de cheval entortillée sur son front. Sa tête chauve, violacée, ressemblait maintenant à un crâne en décomposition. [...]
Il continuait de se déshabiller, et je pus voir sa poitrine et ses bras. Je vous le jure : ces parties de son corps étaient couvertes des mêmes carrés sombres que son visage ; son dos, également. On aurait dit qu'il venait de s'enfuir d'une guerre de Trente Ans, avec de larges pansements en guise de chemise. Ses jambes aussi étaient couvertes de marques, comme si des colonies de grenouilles vert sombre grimpaient sur des troncs de jeunes palmiers. J'en étais sûr, à présent : il devait s'agir de quelque sauvage abominable, embarqué à bord d'un baleinier dans les mers du Sud, et qui s'était retrouvé de la sorte sur cette terre chrétienne.
L'instant d'après, la lumière était éteinte et ce sauvage cannibale, le tomahawk entre les dents, sauta dans le lit près de moi. Cette fois-ci, je ne pus me retenir d'hurler et lui, après avoir émis un grognement d'étonnement, se mit à me palper. Bafouillant quelque chose, je ne sais même pas quoi, je me roulai contre le mur pour m'éloigner de lui et je suppliai cet homme ou cette chose de rester tranquille, de me laisser me lever et rallumer la lampe. Ses réponses gutturales5 m'indiquèrent aussitôt qu'il ne comprenait pas vraiment ce que je voulais.
  – Vous qui, hein ? finit-il par dire. Vous parler… ah, moi tuer !
Herman Melville
Moby Dick, chap. III, 1851, traduction de S. Eon du Val, 2015.

1. Personne qui chasse les baleines à l'aide d'une longue lance (le harpon).
2. Qui porte des cicatrices.
3. Petite hache.
4. Le harponneur vend des têtes momifiées de Nouvelle-Zélande.
5. Qui viennent du fond de la gorge.
Tête de chef maori
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : De Agostini Picture Library/Akg
Tête de chef maori, tatouée et momifiée (musée ethnologique, Oxford).

Repères

L'art du portrait

Le portrait a pour but de représenter un individu, pour que l'on se souvienne de lui ou pour montrer des traits particuliers de sa physionomie.
Portrait d'un Maori
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Sydney Parkinson, Portrait d'un Maori, 1769.

Questions

Le texte

Je connais les aspects fondamentaux du fonctionnement de la phrase

Le portrait du harponneur


1. Que ressent Ishmaël à la vue de Queequeg ? Observez le vocabulaire mais aussi la ponctuation.


2. Comment le narrateur explique-t-il l'apparence étrange du harponneur dans un premier temps ?


3. Retrouvez dans le texte un passage qui montre qu'Ishmaël voit un homme d'une autre origine que lui pour la première fois.


4. Selon vous, qu'apporte la description d'un tel personnage dans un roman d'aventures ?


Accepter la différence


5. a. Comment faut-il comprendre le nom « sauvage » (troisième paragraphe) ? b. À quel mot de la même phrase s'oppose‑t‑il ?


6. a. Reformulez les paroles de Queequeg pour qu'elles soient grammaticalement correctes. b. Pourquoi l'auteur a-t-il écrit de cette manière, selon vous ?


7. Comment expliquez-vous la réaction de Queequeg quand il découvre Ishmaël ?


8. Quelle valeur morale est exprimée par la phrase : « On peut être un homme honnête dans n'importe quelle peau » (deuxième paragraphe) ?

L'image

1. Comparez le Portrait d'un Maori à celui de Queequeg. Quels points communs et quelles différences remarquez-vous ?


2. Pourquoi était-il intéressant au XVIIIe siècle de représenter de telles personnes ?

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.