Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Portrait de l'artiste en jongleur
P.56-57

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Portrait de l'artiste en jongleur




Objectif

J'analyse la signification d'une vocation artistique.

ROMAIN GARY

ROMAIN GARY

(1914-1980)


ROMAIN GARY (1914-1980) nait à Vilnius (alors dans l’Empire russe), dans une famille juive. Pour échapper à l’antisémitisme, sa mère et lui émigrent à Nice en 1928. En 1940, il rejoint le général de Gaulle à Londres, combat dans les Forces aériennes françaises libres et est nommé Compagnon de la Libération. Après la guerre, il devient romancier, cinéaste et diplomate.

ROMAIN GARY, La Promesse de l’aube

Le jeune Romain et sa mère sont contraints de quitter Wilno (Vilnius) car la maison de couture de la mère du narrateur a fait faillite. Ils vont s’installer à Varsovie, où l’enfant se découvre une nouvelle passion : le jonglage.

  Dans les couloirs de l’école, sous le regard de mes camarades éblouis, je jonglais à présent avec cinq ou six oranges et, quelque part, au fond de moi, vivait la folle ambition de parvenir à la septième et peut-être à la huitième, comme le grand Rastelli1, et même, qui sait, à la neuvième, pour devenir enfin le plus grand jongleur de tous les temps. Ma mère méritait cela et je passais tous mes loisirs à m’entraîner.
  Je jonglais avec les oranges, avec les assiettes, avec les bouteilles, avec les balais, avec tout ce qui me tombait sous la main ; mon besoin d’art, de perfection, mon goût de l’exploit merveilleux et unique, bref, ma soif de maîtrise, trouvait là un humble mais fervent moyen d’expression. Je me sentais aux abords d’un domaine prodigieux, et où j’aspirais de tout mon être à parvenir : celui de l’impossible atteint et réalisé. Ce fut mon premier moyen d’expression artistique, mon premier pressentiment d’une perfection possible et je m’y jetai à corps perdu. Je jonglais à l’école, dans les rues, en montant l’escalier, j’entrais dans notre chambre en jonglant et je me plantais devant ma mère, les six oranges volant dans les airs, toujours relancées, toujours rattrapées. Malheureusement, là encore, alors que je me voyais déjà promis au plus brillant destin, faisant vivre ma mère dans le luxe grâce à mon talent, un fait brutal s’imposa peu à peu à moi : je n’arrivais pas à dépasser la sixième balle. J’ai essayé, pourtant, Dieu sait que j’ai essayé. Il m’arrivait à cette époque de jongler sept, huit heures par jour. Je sentais confusément que l’enjeu était important, capital même, que je jouais là toute ma vie, tout mon rêve, toute ma nature profonde, que c’était bien de toute la perfection possible ou impossible qu’il s’agissait. Mais j’avais beau faire, la septième balle se dérobait toujours à mes efforts. Le chef-d’œuvre demeurait inaccessible, éternellement pressenti, mais toujours hors de portée. La maîtrise se refusait toujours. Je tendais toute ma volonté, je faisais appel à toute mon agilité, à toute ma rapidité, les balles, lancées en l’air, se succédaient avec précision, mais la septième balle à peine lancée, tout l’édifice s’écroulait et je restais là, consterné, incapable de me résigner, incapable de renoncer. Je recommençais. Mais la dernière balle est restée à jamais hors d’atteinte. Jamais, jamais ma main n’est parvenue à la saisir. J’ai essayé toute ma vie. Ce fut seulement aux abords de ma quarantième année, après avoir longuement erré parmi les chefs-d’œuvre, que peu à peu la vérité se fit en moi, et que je compris que la dernière balle n’existait pas. 
  C’est une vérité triste et il ne faut pas la dévoiler aux enfants. Voilà pourquoi ce livre ne peut pas être mis entre toutes les mains.
  Je ne m’étonne plus aujourd’hui qu’il arrivât à Paganini2 de jeter son violon et de rester de longues années sans y toucher, gisant là, le regard vide. Je ne m’étonne pas, il savait.


ROMAIN GARY, La Promesse de l’aube, Première partie, chapitre 17, © Éditions Gallimard, 1960 .


1. Enrico Rastelli (1896-1931) : jongleur d’origine italienne, reconnu comme l’un des meilleurs jongleurs de tous les temps.
2. Voir l'Éclairage ci-dessous (⇩).

Enrico Rastelli

Voir les réponses

L'image

Le portrait d'Enrico Rastelli (⇨)

1
Qu’exprime le visage de Rastelli sur cette photo ?



2
Pourquoi un tel personnage peut-il séduire et faire rêver un enfant ?



Voir les réponses

Niccolo Paganini

Niccolo Paganini est un violoniste et compositeur italien (1782-1840). Resté célèbre pour son extraordinaire maitrise technique, il révolutionne la façon de jouer du violon. Le compositeur et pianiste virtuose Franz Liszt dit de lui : « Quel homme ! Quel violon ! Quel artiste ! Quelle souffrance, quelle angoisse, quels tourments ces quatre cordes peuvent exprimer ! »

Portrait de Niccolo Paganini

100% Numérique

Retrouvez deux pièces de théâtre dont l’exécution requiert une maitrise technique hors normes :
  • le 24e Caprice de Paganini, interprété par Julia Fischer ;
  • La Campanella, pièce que Liszt a composée à partir d’un concerto de Paganini, interprétée par Evgeni Kissin.
Voir les réponses

Le texte

COMPÉTENCE - Je connais les aspects fondamentaux du fonctionnement de la phrase

1
Quelle image ce texte donne-t-il de l’artiste et de l’art ?



La découverte de la vérité

La fonction de l’art

2
« La dernière balle n’existait pas » (l. 45), écrit le narrateur. a) De quoi prend-il conscience à ce moment-là ? b) Pourquoi comprend-il mieux l’attitude de Paganini ?



3
Comment l’acharnement de l’enfant à réussir s’exprime-t-il dans le texte ? Observez notamment la structure des phrases.



4
En quoi la figure du jongleur est-elle symbolique de celle de l’artiste en général ?



L’ambition de l’enfant

5
Pourquoi faut-il cacher cette découverte aux enfants selon lui ?



6
Pourquoi l’enfant passe-t-il autant de temps à jongler ? Donnez au moins trois raisons.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.