Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Un cauchemar ?
P.130-131

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Un cauchemar ?





Abbaye dans une forêt de chênes


GUY DE MAUPASSANT

GUY DE MAUPASSANT

(1850-1893)


GUY DE MAUPASSANT (1850-1893) a écrit de nombreux romans et nouvelles réalistes. Mais à la fin de sa vie, le déclin de sa santé et ses angoisses lui inspirent plus d’une trentaine de nouvelles fantastiques, dans lesquelles il développe son gout pour l’étrange et l’inquiétant. Ces nouvelles connaissent un immense succès et font de lui un des maitres de ce genre.

GUY DE MAUPASSANT, « La morte »

  Quand la nuit fut noire, très noire, je quittai mon refuge et me mis à marcher doucement, à pas lents, à pas sourds, sur cette terre pleine de morts.
  J’errai longtemps, longtemps, longtemps. Je ne la retrouvais pas. Les bras étendus, les yeux ouverts, heurtant des tombes avec mes mains, avec mes pieds, avec mes genoux, avec ma poitrine, avec ma tête elle-même, j’allais sans la trouver. Je touchais, je palpais comme un aveugle qui cherche sa route, je palpais des pierres, des croix, des grilles de fer, des couronnes de verre, des couronnes de fleurs fanées ! Je lisais les noms avec mes doigts, en les promenant sur les lettres. Quelle nuit ! quelle nuit ! Je ne la retrouvais pas !
  Pas de lune ! Quelle nuit ! J’avais peur, une peur affreuse dans ces étroits sentiers, entre deux lignes de tombes ! Des tombes ! des tombes ! des tombes ! Toujours des tombes ! À droite, à gauche, devant moi, autour de moi, partout, des tombes ! Je m’assis sur une d’elles, car je ne pouvais plus marcher tant mes genoux fléchissaient.
  J’entendais battre mon cœur ! Et j’entendais autre chose aussi ! Quoi ? Un bruit confus innommable ! Était-ce dans ma tête affolée, dans la nuit impénétrable, ou sous la terre mystérieuse, sous la terre ensemencée de cadavres humains, ce bruit ? Je regardais autour de moi !
  Combien de temps suis-je resté là ? Je ne sais pas. J’étais paralysé par la terreur, j’étais ivre d’épouvante, prêt à hurler, prêt à mourir.
  Et soudain il me sembla que la dalle de marbre sur laquelle j’étais assis remuait. Certes, elle remuait, comme si on l’eût soulevée. D’un bond je me jetai sur le tombeau voisin, et je vis, oui, je vis la pierre que je venais de quitter se dresser toute droite ; et le mort apparut, un squelette nu qui, de son dos courbé, la rejetait. Je voyais, je voyais très bien, quoique la nuit fut profonde. Sur la croix je pus lire : « Ici repose Jacques Olivant, décédé à l’âge de cinquante et un ans. Il aimait les siens, fut honnête et bon, et mourut dans la paix du Seigneur. »
  Maintenant le mort aussi lisait les choses écrites sur son tombeau. Puis il ramassa une pierre dans le chemin, une petite pierre aiguë, et se mit à les gratter avec soin, ces choses. Il les effaça tout à fait, lentement, regardant de ses yeux vides la place où tout à l’heure elles étaient gravées ; et du bout de l’os qui avait été son index, il écrivit en lettres lumineuses comme ces lignes qu’on trace aux murs avec le bout d’une allumette :
  « Ici repose Jacques Olivant, décédé à l’âge de cinquante et un ans. Il hâta par ses duretés la mort de son père dont il désirait hériter, il tortura sa femme, tourmenta ses enfants, trompa ses voisins, vola quand il le put et mourut misérable. »
  Quand il eut achevé d’écrire, le mort immobile contempla son œuvre. Et je m’aperçus, en me retournant, que toutes les tombes étaient ouvertes, que tous les cadavres en étaient sortis, que tous avaient effacé les mensonges inscrits par les parents sur la pierre funéraire, pour y rétablir la vérité.
  Et je voyais que tous avaient été les bourreaux de leurs proches, haineux, déshonnêtes, hypocrites, menteurs, fourbes, calomniateurs1, envieux, qu’ils avaient volé, trompé, accompli tous les actes honteux, tous les actes abominables, ces bons pères, ces épouses fidèles, ces fils dévoués, ces jeunes filles chastes2, ces commerçants probes3, ces hommes et ces femmes dits irréprochables.
  Ils écrivaient tous en même temps, sur le seuil de leur demeure éternelle, la cruelle, terrible et sainte vérité que tout le monde ignore ou feint4 d’ignorer sur la terre.
  Je pensai qu’elle aussi avait dû la tracer sur sa tombe.
  Et sans peur maintenant, courant au milieu des cercueils entrouverts, au milieu des cadavres, au milieu des squelettes, j’allai vers elle, sûr que je la trouverais aussitôt.
  Je la reconnus de loin, sans voir le visage enveloppé du suaire5.
  Et sur la croix de marbre où tout à l’heure j’avais lu : « Elle aima, fut aimée, et mourut. », j’aperçus : « Étant sortie un jour pour tromper son amant, elle eut froid sous la pluie, et mourut. » Il paraît qu’on me ramassa, inanimé, au jour levant, auprès d’une tombe.


GUY DE MAUPASSANT, « La morte », 1887.

1. Qui calomnient, qui dénigrent.
2. Pures.
3. Honnêtes.
4. Du verbe feindre : faire semblant.
5. Voile servant à couvrir le visage d’un mort.

Dire la peur

L’auteur peut utiliser le champ lexical de la peur et de l’angoisse. Il peut aussi insister sur ses manifestations physiques (battement de cœur, sueurs...). La ponctuation, le rythme des phrases, les interjections et les onomatopées traduisent aussi la peur, ainsi que les verbes d’impuissance et d’ignorance.

En visite ou La Mort vêtue de fourrures

Voir les réponses

Questions

COMPÉTENCE - Je lis des textes variés et me sers d'éléments du récit pour les comprendre

Le surnaturel

1
Quel procédé l’auteur utilise-t-il pour illustrer l’errance physique et mentale de son narrateur ? (l. 19 « Était-ce dans ma tête affolée, dans la nuit impénétrable, ou sous la terre mystérieuse, sous la terre ensemencée de cadavres humains, ce bruit ? Je regardais autour de moi ! »)



2
Dans le deuxième paragraphe l’essentiel des verbes est à l’imparfait. a) Relevez ces verbes. b) Quelle est la valeur de l’imparfait ?



3
Quel changement se produit à partir de la ligne 22 (« Et soudain il me sembla que la dalle de marbre sur laquelle j’étais assis remuait. ») ?



4
Le narrateur est-il sûr de ce qu’il voit ? Expliquez votre réponse.



5
Relevez le champ lexical de la peur. Quelle progression constatez-vous ?



La chute et le sens de la nouvelle

6
Comparez les deux inscriptions funèbres du premier revenant. Quelles sont les différences ?



7
À la fin du texte, quel portrait de l’humanité dresse le narrateur ? Appuyez votre réponse sur le champ lexical dominant et les figures de style.



8
Comparez les deux inscriptions qui concernent la femme aimée. Que comprend-on ?



9
a) Sait-on exactement ce qui est arrivé au narrateur ? Citez le texte pour justifier votre réponse. b) Comment pourrait-on expliquer ce qui s’est produit au cimetière ? Nuancez votre réponse.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.