Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Une piste de traitement contre l'intolérance au gluten
P.430-431

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Sujet blanc


Une piste de traitement contre l'intolérance au gluten




Voir les réponses

Partie 1 - Les conséquences de l’intolérance au gluten

Le gluten est un des constituants de plusieurs céréales dont le blé. Certaines personnes ne digèrent pas ce constituant : elles sont intolérantes au gluten. Les individus présentant une intolérance au gluten sont incapables de le dégrader correctement lors de la digestion. Cela déclenche une réaction inflammatoire du système immunitaire qui peut conduire à la destruction d’une partie de l’intestin grêle. Les personnes intolérantes au gluten ont des diarrhées, des crampes au niveau des intestins et un risque plus important de développer certains cancers. Une personne sur trois cents est touchée et aucun traitement n’est actuellement disponible. La seule solution est un régime sans gluten à vie.

1
Décrivez les effets du gluten sur l’intestin grêle des personnes intolérantes au gluten.



2
À partir du document et de vos connaissances, expliquez les difficultés d’absorption des nutriments chez les sujets intolérants au gluten.



Voir les réponses

Doc. 1
Schéma comparatif des villosités (en coupe transversale) d’un intestin normal (à gauche) et d’un intestin d’une personne intolérante au gluten mais n’ayant pas encore modifié son alimentation (à droite).

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 1</stamp> Schéma comparatif des villosités (en coupe transversale) d’un intestin normal (à gauche) et d’un intestin d’une personne intolérante au gluten mais n’ayant pas encore modifié son alimentation (à droite).

En présence de gluten, des réactions immunitaires modifient l’organisation de la paroi intestinale d’une personne intolérante au gluten. En cas de persistance de ces réactions, la paroi intestinale perd progressivement sa capacité d’absorption des nutriments.

Voir les réponses

Partie 2 - Une piste de traitement : l'élafine

Pour améliorer la digestion du gluten chez les personnes qui ont des difficultés à le dégrader, les chercheurs testent différents traitements. Le but de cette partie est d’évaluer l’un d’entre eux qui consiste à donner une molécule, l’élafine, aux personnes intolérantes au gluten.

1
Présentez les résultats et justifiez l’idée d’utiliser l’élafine comme traitement en cas d’intolérance au gluten.



Voir les réponses

Doc. 2
La quantité d’élafine chez des individus.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 2</stamp> La quantité d’élafine chez des individus.

L’élafine est une molécule naturellement présente dans l’organisme. On mesure sa quantité dans l’organisme de différents groupes d’individus.

Témoins : sans intolérance au gluten.
IG : chez des individus intolérants au gluten sans changement de régime alimentaire.
IG sans gluten : chez des individus intolérants au gluten avec un régime alimentaire sans gluten.

Voir les réponses

Partie 3 - Une autre piste de traitement : l’utilisation des microorganismes

Des chercheurs ont trouvé une piste pour lutter contre l’intolérance au gluten en ajoutant des microorganismes spécifiques à l’alimentation des personnes intolérantes au gluten.

1
À partir de ces informations, expliquez en quoi l’introduction de bactéries Lactococcus lactis productrices d’élafine est une voie prometteuse pour traiter les humains atteints d’intolérance au gluten.



2
Pourquoi s’intéresser aux conditions sans microorganismes ou aux conditions où les bactéries ne produisent pas d’élafine ?



Voir les réponses

Doc. 3
Une comparaison de la réponse immunitaire suite à l’ajout de divers microorganismes dans l’alimentation de souris intolérantes ou non au gluten.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 3</stamp> Une comparaison de la réponse immunitaire suite à l’ajout de divers microorganismes dans l’alimentation de souris intolérantes ou non au gluten.

Des chercheurs ont réussi à modifier le fonctionnement de bactéries Lactococcus lactis pour qu’elles fabriquent l’élafine. L’introduction de ces bactéries chez des souris intolérantes au gluten permet la production de l’élafine dans l’intestin grêle. Cette stratégie récente et innovante a donné ses premiers résultats sur des souris.

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.