Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Quelle est la différence entre risque et aléa ?
P.44-45

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Activité en groupe
Différenciation


Quelle différence entre risque et aléa ?




Introduction

Le risque et l’aléa sismique ne sont pas les mêmes partout. Des régions connues pour avoir un important aléa continuent à être peuplées. À partir des documents de votre équipe, répondez à la problématique.

Problématique

Pourquoi distingue-t-on aléa et risque ?

Compétence

Lire et exploiter des supports.

Document commun


Doc. 1
La répartition des aléas dans le monde.

Les aléas sismiques et volcaniques sont inégalement répartis sur Terre. Certaines régions, comme le Japon, sont très peuplées et ont donc un fort risque sismique ou volcanique alors que d’autres, comme l’Alaska, sont très peu peuplées et présentent donc un faible risque.


<stamp theme='svt-green1'>Doc. 1</stamp> La répartition des aléas dans le monde.

Équipe jaune

Aléa et risque sismique en France métropolitaine

Doc. 2
Le risque sismique et la prévention en France métropolitaine.

Le Réseau national de surveillance sismique enregistre en permanence les séismes d’une magnitude supérieure à 2. Un séisme de magnitude 3 peut n’être ressenti que par quelques personnes en haut d’un immeuble. Dans chaque ville, les normes de construction dépendent du risque sismique : un risque faible ou très faible n’entraine pas de contraintes comme à Paris ou à Lyon. Dès qu’il y a un risque modéré ou supérieur, les normes parasismiques sont appliquées, comme à Bron, une commune limitrophe de Lyon.

Doc. 3
La répartition des séismes de magnitude et plus en France entre 2010 et 2015.


<stamp theme='svt-green1'>Doc. 3</stamp> La répartition des séismes de magnitude et plus en France entre 2010 et 2015.

Équipe violette

Aléa et risque sismique au large des côtes

Doc. 4
Aléa et risque sismique aux Antilles.

« C’est l’un des plus grands dangers qui menacent les Antilles : le fameux "Big One"! Un scénario envisagé pour la Guadeloupe et la Martinique, seules régions françaises classées en zone rouge : zone sismique maximale. Dans cette partie du monde, plus de 480 secousses ont été enregistrées en un semestre rien que cette année.
En Guadeloupe en 2004, un tremblement de terre de magnitude 6,3 réveille les habitants des Saintes. Maisons et églises détruites, routes coupées. Bilan : un mort.
Aux Antilles, au XIXe siècle, un séisme supérieur à 8 a fait des milliers de morts. Si cela devait se reproduire, [...] les dégâts seraient alors considérables. Sans compter qu’un fort séisme peut aussi provoquer un tsunami. Mais ça… c’est une autre histoire. »

D’après « Séismes aux Antilles : le risque du "Big one" » France Ô, 16 septembre 2016.

Doc. 5
Une digue anti-tsunami construite devant une centrale nucléaire à Hamaoka, au Japon.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 5</stamp> Une digue anti-tsunami construite devant une centrale nucléaire à Hamaoka, au Japon.

Face aux risques de tsunami, les gouvernements essayent de protéger les populations par exemple en construisant des digues qui vont bloquer ou ralentir les vagues d’un tsunami.


Doc. 6
Un système d’alerte aux tsunamis déclenchés par un séisme.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 6</stamp> Un système d’alerte aux tsunamis déclenchés par un séisme.

La majorité des tsunamis sont déclenchés par un séisme. C’était le cas pour le tsunami ayant dévasté la côte de Honshu au Japon en 2011 ou pour celui ayant détruit Messine (Sicile) en 1908. Les réseaux d’alerte aux tsunamis se sont développés ces vingt dernières années, y compris en Méditerranée, afin de surveiller les zones fortement peuplées où le risque est le plus grand.

Vocabulaire

Un aléa : probabilité qu’un phénomène affecte une zone donnée.
Un enjeu : vulnérabilité d’une zone où se trouvent des êtres humains face à un aléa.
Un risque : probabilité des dommages liés à un aléa dans une région aux enjeux connus.
Un tsunami : immense vague circulant à 800 km/h au large puis grandissant et ralentissant en arrivant sur la côte.

J'ai réussi cette activité si j'ai :

  • Comparé des données pour délimiter des zones à fort risque sismique.
  • Expliqué la différence entre un risque et un aléa.
  • Résumé les moyens permettant de diminuer le risque sismique dans un texte.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.