Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Combattre l’esclavage
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Enquête


Combattre l’esclavage




Objectif

Vous êtes membre de la société pour l’abolition de la traite depuis sa création en 1787. Vous êtes invité à Londres pour tenir un discours contre l’esclavage. Après avoir lu le témoignage d’Olaudah Equiano, Ma véridique histoire, vous êtes bien décidé à l’utiliser dans votre lutte contre les négriers !
En utilisant la vie d’Olaudah Equiano, puis en la confrontant aux arguments de Snelgrave, rédigez un discours demandant l’abolition de la traite et de l’esclavage.

Doc. 1
Un esclave témoigne

Capture et transport jusqu’au golfe de Guinée, 1756 - 1757 :
« Un jour où tous nos parents étaient allés à leurs travaux comme d’habitude, deux hommes et une femme franchirent nos murs et, en un instant, sans nous laisser le temps de nous défendre, ils nous bâillonnèrent1, nous lièrent les mains et nous emportèrent vers la forêt [...]. La première chose que je vis en arrivant à la côte […], six ou sept mois après ma capture […],  fût un navire négrier qui attendait son chargement. »

Traversée sur un navire négrier, 1757 :
« Lorsque j’observai tout autour du bateau, je vis une multitude de Noirs de tous âges enchaînés les uns aux autres […]. Dans la cale, régnait une insupportable et écœurante puanteur. L’étroitesse de l’endroit, la chaleur et l’entassement […] nous étouffaient presque […]. L’air était irrespirable, ce qui provoqua des maladies, dont beaucoup d’esclaves moururent […]. Un jour, deux de mes compatriotes fatigués qui étaient enchaînés l’un à l’autre passèrent à travers les filets et sautèrent à la mer. »

Marché au esclave de Bridgtown, à la Barbade, 1757 :
« Après notre débarquement, on nous dirigea vers la cour d’un marchand où nous fûmes parqués comme des moutons, sans souci du sexe ni de l’âge. Nous étions là depuis quelques jours quand on procéda à notre vente. Au signal du roulement de tambour, les acheteurs, marchands ou planteurs, se précipitaient tous ensemble dans l’enclos où étaient massés les esclaves et choisissaient le lot qu’il préféraient. »

L’esclavage, à la Barbade, à Montserrat, puis à Philadelphie. 1757 - 1766 :
« Pendant quelques semaines, je fus employé à désherber et à ramasser des pierres dans une plantation. […] En entrant dans la maison, je vis une esclave noire qui préparait le dîner : la pauvre était cruellement chargée de divers instruments en fer, dont un qu’elle portait sur la tête et qui lui fermait si étroitement la bouche qu’elle pouvait à peine parler, manger ou boire. Je fus choqué par ce dispositif, dont j’appris plus tard qu’on l’appelait une muselière de fer. A Montserrat, M. King, mon nouveau maître, m’avait acheté car comme je comprenais un peu l’arithmétique, lorsque nous arriverions à Philadelphie, il m’inscrirait à l’école, et me formerait au métier de commis. Il me rebaptisa Gustave Vasa. »

Le maître d’Olaudah Equiano accepte de l’affranchir contre la somme de 70 livres, 10 juillet 1766 :
« Ces mots de mon maître furent comme une voix céleste pour moi : en un instant toute mon appréhension3 se transforma en un indescriptible bonheur absolu ; et je m’inclinai de la manière la plus révérencielle4 en reconnaissance, incapable d’exprimer mes sentiments, excepté par mes yeux inondés de larmes, et le cœur rempli de remerciements envers Dieu. »


Olaudah Equiano, Ma véridique histoire, 1789.

Doc. 2
Olaudah Equiano

<stamp theme='his-green2'>Doc. 2</stamp> Olaudah Equiano

Une fois libre, Olauda Equiano devient barbier à Londres en 1767, puis s’embarque successivement vers la Nouvelle-Angleterre, le Nicaragua, et l’Arctique en 1773. Il meurt en 1797 à Londres.

100% Numérique

Pour réaliser l'exercice 1, l’outil numérique Scribble Map permet de positionner des textes et images sur une carte de l’océan Atlantique.
Voir les réponses

Exercice 1 : Illustrez votre discours

Votre instrument de travail est un fond de carte de l’hémisphère occidental.

1
Retracez, sous la forme d’une carte, la vie d’Olaudah Equiano. Vous présenterez cette carte sous la forme d’un diaporama ou d’une carte animée pendant votre discours.



Voir les réponses

Doc. 3
L’esclavage selon Snelgrave

Premièrement, on sait d’une manière à n’en pouvoir douter qu’un grand nombre de captifs pris à la guerre seraient exposés à être massacrés cruellement, si les vainqueurs ne trouvaient pas à s’en défaire, en les vendant aux Européens. Voilà donc un commerce qui sauve la vie à une quantité de personnes, uniquement redevables de ce bienfait à ceux qui font la traite des nègres.
En second lieu, quand ils sont rendus aux colonies, généralement parlant, ils y mènent une vie plus douce et plus commode qu’ils n’avaient jamais fait dans leur propre pays. La raison en est claire. Comme les maîtres de ces colonies achètent leurs esclaves fort cher, il est naturellement de leur intérêt d’en prendre tout le soin possible.
Troisièmement, le secours de ces esclaves a fait tant de bien aux colonies anglaises, qu’on aurait de la peine à croire l’avantage considérable que la nation en a tiré, surtout par rapport aux îles ou l’on fait le sucre. Comme ces îles sont dans un climat presque aussi chaud que la côte de Guinée, les Nègres y sont plus propres à cultiver les terres que les Blancs.


William Snelgrave, Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée et du commerce d’esclave qu’on y fait, Amsterdam, 1735
Voir les réponses

Exercice 2 : Informez-vous sur les idées adverses

Relevez les arguments de Snelgrave en faveur de l’esclavage.

1
Ce document résume les arguments des esclavagistes. Classez les dans le tableau suivant :

Les arguments des esclavagistes Vos contre-arguments
Arguments économiques
Arguments moraux
Autres arguments
Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3 : Présentez vos arguments dans votre discours

Confrontez les arguments de Snelgrave au récit d’Olaudah Equiano.

1
Relevez les éléments du récit d’Olaudah Equiano qui permettent de contredire les arguments de Snelgrave.



2
À l’aide de votre carte et de votre tableau, présentez votre discours !

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.