Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Elans d’indépendance
P.168-169

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Elans d’indépendance




Objectif

Je lis un texte qui questionne la place de la femme dans la société.

MOLIÈRE, Le Malade imaginaire

  Argan accueille dans sa maison monsieur Diafoirus et son fils, en vue de conclure les fiançailles avec Angélique.

  
Acte II, scène 6
 Béline, Argan, Toinette, Angélique, M. Diafoirus, Thomas Diafoirus

  
  ARGAN. – Allons, ma fille, touchez dans la main de monsieur, et lui donnez votre foi, comme à votre mari.
  ANGÉLIQUE. – Mon père !
  ARGAN. – Eh bien, mon père ! Qu’est-ce que cela veut dire ?
  ANGÉLIQUE. – De grâce, ne précipitez pas les choses. Donnez-nous au moins le temps de nous connaître, et de voir naître en nous, l’un pour l’autre, cette inclination1 si nécessaire à composer une union parfaite.
  THOMAS DIAFOIRUS. – Quant à moi, mademoiselle, elle est déjà toute née en moi ; et je n’ai pas besoin d’attendre davantage.
  ANGÉLIQUE. – Si vous êtes si prompt2, monsieur, il n’en est pas de même de moi ; et je vous avoue que votre mérite n’a pas encore assez fait d’impression dans mon âme.
  ARGAN. – Oh ! bien, bien ; cela aura tout le loisir de se faire quand vous serez mariés ensemble.
  ANGÉLIQUE. – Eh ! mon père, donnez-moi du temps, je vous prie. Le mariage est une chaîne où l’on ne doit jamais soumettre un cœur par force ; et, si monsieur est honnête homme, il ne doit point vouloir accepter une personne qui serait à lui par contrainte.
  THOMAS DIAFOIRUS. – Nego consequentiam3, mademoiselle ; et je puis être honnête homme et vouloir bien vous accepter des mains de monsieur votre père.
  ANGÉLIQUE. – C’est un méchant moyen de se faire aimer de quelqu’un, que de lui faire violence. [...] Chacun a son but en se mariant. Pour moi, qui ne veux un mari que pour l’aimer véritablement, et qui prétends en faire tout l’attachement de ma vie, je vous avoue que j’y cherche quelque précaution. Il y en a d’autres qui prennent des maris seulement pour se tirer de la contrainte de leurs parents et se mettre en état de faire tout ce qu’elles voudront. Il y en a d’autres, madame4, qui font du mariage un commerce de pur intérêt ; qui ne se marient que pour gagner des douaires5, que pour s’enrichir par la mort de ceux qu’elles épousent, et courent sans scrupule de mari en mari pour s’approprier leurs dépouilles. Ces personnes-là, à la vérité, n’y cherchent pas tant de façon et regardent peu à la personne.
  BÉLINE. – Je vous trouve aujourd’hui bien raisonnante, et je voudrais bien savoir ce que vous voulez dire par là.
  ANGÉLIQUE. – Moi, madame, que voudrais-je dire que ce que je dis ?
  BÉLINE. – Vous êtes sotte, mamie, qu’on en saurait plus vous souffrir6.

MOLIÈRE, Le Malade imaginaire, acte II, scène 6, 1673.

1. Cette attirance.
2. Rapide.
3. Expression latine : Je nie la conséquence (dans la phrase que vous venez de prononcer).
4. Elle s'adresse à Béline, sa belle‑mère.
5. Argent qui, à la mort du mari, revient à l'épouse pour mener sa vie.
6. Supporter de vous.

Le mariage : enfermement ou épanouissement ?

Il n’est pas facile d’être femme au XVIIe siècle. La femme n’a pas un statut social égal à celui de l’homme. Enfant, elle est sous la tutelle de son père jusqu’à son mariage, où elle passe alors sous l’autorité de son mari. Deux alternatives existent : soit elle devient religieuse, mais elle est soumise aux règles du couvent, soit elle devient veuve après un mariage et elle acquiert ainsi une liberté sociale et peut‑être financière.
Voir les réponses

Le texte

COMPÉTENCE - J'utilise l'écrit pour penser et pour apprendre

La parole à la victime

1
a) Que réclame Angélique au début de l’extrait ? Citez deux phrases du texte. b) Pourquoi demande-t-elle cela ?



2
Comment les deux hommes réagissent-ils ?



3
Qu’en déduisez-vous sur la relation entre homme et femme au XVIIᵉ siècle ?



4
Selon vous, pourquoi Angélique, qui avait laissé parler Toinette dans l’extrait 1 (p. 92), prend-elle ici la parole ?



Traité sur le mariage

5
Combien de cas de figure Angélique évoque-t-elle sur l’attitude de la femme face au mariage dans cet extrait ? Reformulez chacun en commençant par « On se marie par/pour… ».



6
a) Quel cas de figure concerne Angélique ? b) Lequel concerne en revanche sa belle-mère ? c) Relevez des termes qui opposent les deux comportements.



7
Comment Béline réagit-elle ?



8
a) Quels traits de caractère Angélique montre-t-elle sur l’ensemble de cet extrait ? b) Que peut-il, à votre avis, se passer ensuite ?

Voir les réponses

Le Malade imaginaire
Voir les réponses

L'image

1
a) Qui sont les personnages à gauche de l’image ? b) Qu’exprime le visage de chacun d’eux ?



2
a) Qui est le personnage debout ? b) De quoi peut-il parler avec Argan ?

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.