Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Prendre le large
P.50-51

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Prendre le large




Objectif

J'étudie les sentiments des personnages.

HERMAN MELVILLE, Moby Dick

Ishmaël et Queequeg se sont fait embaucher sur un baleinier comme simple matelot pour l’un et harponneur pour l’autre. C’est le jour du départ et, comme le veut la tradition, le baleinier est accompagné par un bateau qui le guide jusqu’à la pleine mer.

  Enfin, l’ancre levée et les voiles hissées, nous partîmes, glissant sur l’eau. C’était Noël, il faisait froid et les journées, dans le Nord, étaient courtes. Tandis que la nuit se mêlait au jour, nous nous trouvions presque en plein océan hivernal et les embruns1 gelés nous enserraient dans la glace comme dans une armure étincelante. Les longues rangées de dents qui avaient poussé sur le bastingage2 luisaient au clair de lune et, comme les défenses d’ivoire d’un gigantesque éléphant, d’immenses glaçons recourbés étaient suspendus à la proue3.
  En tant que pilote, le maigre Bildad était chef du premier quart et de temps à autre, quand le vieux navire plongeait profondément dans les eaux vertes et qu’il se recouvrait d’écume4 frissonnante, quand les vents hurlaient et que les cordages sifflaient, on l’entendait chanter d’une voix ferme […]. Malgré cette nuit d’hiver glaciale dans l’Atlantique déchainé, malgré mes pieds mouillés et ma veste trempée, il y avait pourtant, me semblait-il alors, de nombreux ports accueillants qui m’attendaient, des prairies et des clairières si pures que l’herbe du printemps demeurait verte et intacte jusqu’au cœur de l’été.
  Parvenus en pleine mer, nous n’avions plus besoin de pilote. Le solide bateau à voiles qui nous avait conduits jusque-là vint se ranger à côté de nous.
  Il était curieux et touchant de voir combien Peleg et Bildad étaient émus par ce moment particulier, surtout le capitaine Bildad. Il avait du mal à partir, beaucoup de mal à laisser pour de bon un bateau en route pour un si long et périlleux voyage, au-delà des deux caps tempétueux […], un bateau qui avait pour capitaine un ancien compagnon de bord, un homme presque aussi vieux que lui et qui, une fois encore, partait affronter ces mâchoires terribles et impitoyables. Il avait du mal à dire au revoir à ce qui, pour lui, débordait d’intérêt. Le pauvre vieux Bildad s’attarda longtemps, arpenta le pont avec anxiété, courut jusqu’à la cabine pour y dire un dernier mot d’adieu, retourna sur le pont et regarda en direction du vent, regarda l’océan vaste et infini, borné seulement par les continents de l’Est, lointains et invisibles, regarda vers la côte, regarda vers le ciel, regarda à droite et à gauche, regarda partout et nulle part. […]
  Quant à Peleg, il prenait la chose avec plus de philosophie, mais malgré toute sa sagesse, on vit une larme briller dans son œil quand la lanterne s’approcha un peu trop près. Lui aussi courut de la cabine au pont, dit un mot en bas, puis un mot à Starbuck, le second5.
  Enfin, après un dernier regard autour de lui, il se tourna vers son camarade :
  – Capitaine Bildad, vieux compagnon, allez, faut qu’on parte. […] Adieu et bonne chance à tous. Et dans trois ans jour pour jour un souper bien chaud fumera pour vous dans le vieux Nantucket. Hourra, et en route !

HERMAN MELVILLE, Moby Dick, chap. XXII, 1851, traduction de S. Eon du Val, 2015.

1. Fines gouttes d'eau de mer projetées quand la mer est agitée.
2. Entourant le pont du bateau, il empêche les marins de tomber à l'eau.
3. Partie avant du bateau.
4. Mousse qui se forme quand la mer est agitée.
5. Ajoint du capitaine, sous-chef.

L’Erebus et le Terror

Le Lexington et l’Omega

100% Numérique

Retrouvez l'exposition en ligne de la BnF « La mer, terreur et fascination ».
Voir les réponses

Le texte

COMPÉTENCE - Je lis des textes variés et me sers d'éléments du récit pour les comprendre

Le cadre de la scène

1
À quel moment de la journée la scène se déroule-t-elle ?



2
Quelles sont les conditions climatiques ? Répondez en citant des mots du texte.



3
a) Que faut-il comprendre quand on lit que « les vents hurlaient et que les cordages sifflaient » (deuxième paragraphe) ? b) Quelle est la figure de style utilisée ? c) Pourquoi employer cette figure de style ?



Une aventure périlleuse

4
a) De quelle manière les baleines sont-elles évoquées dans le quatrième paragraphe ? b) Quelle image cela donne-t-il de la chasse à la baleine ?



5
Relisez la description du baleinier dans le premier paragraphe. Comment le narrateur suggère-t-il que l’équipage est prêt pour le « combat » ? Citez des mots du texte.



6
Trouvez d’autres expressions qui montrent que ce voyage sera une aventure dangereuse.



L’émotion du départ

7
Relevez les preuves de l’anxiété du capitaine Bildad.



8
Peleg est-il aussi ému que le capitaine Bildad ? Justifiez en citant le texte.



9
Qu’est-ce qui explique le tourment de ces personnages ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Les images

1
Comment les peintres représentent-ils le froid ?



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.