Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Expression écrite
P.192

Expression écrite


Expression écrite




Voir les réponses

Exercice 1

J’imagine un dialogue à partir d’un tableau

Consigne
Rédigez un dialogue à partir du tableau proposé. Vous pouvez vous aider de l'extrait de Jules Vallès. ()



Séparation

Voir les réponses

Exercice 2

Je prends une décision suite à un conflit

Un violent conflit vient de vous opposer à un membre de votre entourage. 

Consigne
Rédigez un texte de vingt à trente lignes qui exprimera le chemin de vos pensées jusqu’à une prise de décision.

Voir les réponses

Exercice 3

J’imagine une suite de texte

Consigne
Imaginez la suite du voyage jusqu’à l’ouverture des portes du camion.

« Arrête tes bobards, coupa l’Africain qui ne croyait pas un seul instant l’histoire abracadabrante de l’Indien. Nous sommes dans le même bateau.
– Dans le même camion…, rectifia l’autre à voix basse. »


R. Puértolas, L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA, Le Dilettante, 2013.


Voir les réponses

Exercice 4

Je transpose un dialogue romanesque en dialogue théâtral

Consigne
Transformez ce dialogue en scène de théâtre.

Deux époux se disputent.

– Daignerez-vous m’apprendre, madame, lui dit-il, où vous avez passé la matinée et peut-être la nuit ? 
Ce peut-être apprit à madame Delmare que son absence avait été signalée assez tard. Son courage s’en augmenta.
– Non, monsieur, répondit-elle, mon intention n’est pas de vous le dire.
Delmare verdit de colère et de surprise.
– En vérité, dit-il d’une voix chevrotante, vous espérez me le cacher ?
– J’y tiens fort peu, répondit-elle d’un ton glacial. Si je refuse de vous répondre, c’est absolument pour la forme. Je veux vous convaincre que vous n’avez pas le droit de m’adresser cette question.
– Je n’en ai pas le droit, mille couleuvres ! Qui donc est le maître ici, de vous ou de moi ? qui donc porte une jupe et doit filer une quenouille ? Prétendez-vous m’ôter la barbe du menton ? Cela vous sied bien, femmelette !
– Je sais que je suis l’esclave et vous le seigneur. La loi de ce pays vous a fait mon maître. [...] Vous avez le droit du plus fort, et la société vous le confirme ; mais sur ma volonté, monsieur, vous ne pouvez rien.


G. Sand, Indiana, 1832.


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.