POINT DE PASSAGE 1



Bernard de Clairvaux et la deuxième croisade (1146-1149)




Carte interactive
Fond de carte téléchargeable ici.

Fond de carte
Fond de carte
Le monde méditerranéen en 1146
La deuxième croisade
3
4
5

2
L’itinéraire de la deuxième croisade


Lors de la première croisade (1096-1099), les croisés réussissent à prendre Jérusalem et à fonder les États latins d’Orient (royaume de Jérusalem, principauté d’Antioche, comtés d’Édesse et de Tripoli). En 1144, les musulmans reprennent la grande ville d’Édesse. La deuxième croisade (1146-1149) est pensée comme une opération de secours, mais elle s’achève par un échec.

BAC
Analyse de documents

Voir les réponses
Doc 4. Identifiez les messages politiques et religieux que l’empereur souhaite diffuser.


Qu’est-ce que la deuxième croisade nous apprend sur les relations entre les différentes sociétés méditerranéennes ?


5
L’échec du siège de Damas selon un chroniqueur musulman

Cette année-là parvinrent des nouvelles selon lesquelles le roi des Francs arrivait de leur pays. Il y avait avec lui plusieurs de leurs grands seigneurs, en nombre incalculable. Ils se dirigeaient vers le territoire de l’Islam, après avoir lancé un appel dans tous leurs territoires […]. On disait que leur nombre atteignait un million de fantassins et de cavaliers, et même plus […]. Les Francs dirigèrent leur marche vers Damas avec leurs troupes réunies, leur courage et leurs armures. […] Les Francs se mirent à couper les arbres pour faire des retranchements et à détruire les ponts […]. Le lendemain, les habitants de Damas firent une sortie et attaquèrent l’ennemi. […] De nombreux archers à pied arrivèrent de plusieurs lieux, ce qui augmenta le nombre des musulmans […]. Les musulmans l’emportèrent et infligèrent de grosses pertes à leurs adversaires. […] Les Francs recevaient quantité de renseignements sur les armées musulmanes qui se ruaient à la guerre sainte : ils se convainquirent que l’affaire tournait à leur perte, au désastre et à l’anéantissement. Ils fuirent en désordre, abandonnés de Dieu et vaincus.

Ibn al-Qalanisi, Histoire de Damas, 1154-1160.

Bernard de Clairvaux et la deuxième croisade (1146-1149), dates

3
Bernard de Clairvaux prêche la deuxième croisade

Devenu moine de l’abbaye de Cîteaux en 1112, très respecté en Occident, Bernard de Clairvaux conseille les papes et les rois.

C’est en toute sécurité que les chevaliers du Christ combattent pour leur Seigneur, sans avoir à craindre de pécher en tuant leurs adversaires, ni de périr, s’ils se font tuer eux-mêmes. Que la mort soit subie, qu’elle soit donnée, c’est toujours une mort pour le Christ : elle n’a rien de criminel, elle est très glorieuse. […] Pourtant, il ne convient pas de tuer les païens si l’on peut trouver un autre moyen de les empêcher de harceler ou d’opprimer les fidèles. Mais, pour le moment, il vaut mieux que les païens soient tués.

Bernard de Clairvaux, Éloge de la nouvelle chevalerie, 1120-1136.

Miniature dans un manuscrit de Robert le Moine, Historia Hierosolymitana, 1188, bibliothèque du Vatican

Frédéric Barberousse (1122-1190), futur empereur germanique, participe à la deuxième croisade.

4
L’empereur Barberousse en croisé

Miniature dans un manuscrit de Robert le Moine, Historia Hierosolymitana, 1188, bibliothèque du Vatican.

Questions

Voir les réponses

Prélever des informations

1. Décrivez la situation du Proche-Orient avant 1146. (Doc.1 et 2)
2. Analysez l’image du croisé proposée par ces deux documents. (Doc. 3 et 4)

3. Relevez les raisons qui expliquent l’échec des croisés. (Doc. 5)


Mener une recherche

4. Sur Internet, cherchez qui sont les principaux acteurs de la deuxième croisade.

1
Les États latins d’Orient, des lieux de brassage culturel

Nous qui étions Occidentaux, nous sommes devenus Orientaux. Celui qui était Romain ou Français est devenu Galiléen ou Palestinien. L’habitant de Chartres ou de Reims est devenu Tyrien ou Antiochien. Nous avons oublié les lieux de notre origine ; plusieurs d’entre nous n’y sont jamais allé ou n’en ont jamais entendu parler. Un tel possède ici des maisons et des domestiques par droit d’héritage, tel autre a épousé une femme non parmi ses compatriotes, mais une Syrienne, une Arménienne, parfois même une Sarrasine baptisée. On se sert alternativement des diverses langues du pays ; et les langues jadis parlées à l’exclusion les unes des autres sont devenues communes à tous. La parole de l’Écriture se vérifie : « Le lion et le boeuf mangeront au même râtelier. » L’étranger est maintenant devenu presque un indigène.

Foucher de Chartres, Geste des Francs, v. 1120-1127.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?