Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


MÉTHODE BAC
ANALYSE DE DOCUMENT


Comparer deux textes





Les différentes perceptions de Napoléon III

Texte 1 - Un ministre de Napoléon III porte un toast à l’empereur

Que les causeries familières […] s’arrêtent un moment pour que la pensée se reporte sur le chef de la grande famille. C’est que le Prince représente le Pays et qu’en prononçant son nom, nous évoquons au milieu de nous l’image de la Patrie elle‑même. Dans quel temps, en effet, s’est‑il vu un accord plus complet entre le peuple et le souverain ? La Restauration n’entendait gouverner qu’au profit d’une minorité qui, en plein XIXe siècle, rêvait encore du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. […] Le gouvernement impérial est allé au peuple entier. L’Empereur s’est imposé comme une tâche personnelle le soin de travailler sans relâche à améliorer la condition matérielle et morale du plus grand nombre […] Les ouvriers, les paysans, sont les pauvres, les faibles, les déshérités. C’est pour cela que l’Empereur montre une telle sollicitude à l’égard de ceux qui n’ont ni le capital, ni l’expérience, et dont l’esprit est encore enveloppé des ténèbres de l’ignorance. Ceux qui ont l’aisance ou la fortune n’ont besoin que d’ordre et de justice. L’Empereur leur assure ces deux biens et, pour eux, développe l’industrie, le commerce, l’agriculture et la science, comme il développe pour ceux qui sont en bas de l’échelle sociale les écoles, les institutions de bienfaisance et de crédit […]. Voilà comment le progrès général s’accomplit au sein de la société française. Aussi dirons‑nous, Messieurs, […] « Longue vie au Protecteur des classes laborieuses ! »


Victor Duruy, toast porté à l’empereur Napoléon III lors d’un banquet donné après un Conseil des ministres, sans date. Rapporté dans ses Notes et souvenirs, volume 2, 1902.


Texte 2 - Victor Hugo critique Napoléon III, un « tyran ridicule »

L’auteur de ce crime [le coup d’État du 2 décembre 1851] est un malfaiteur de la plus cynique et de la plus basse espèce. Que tous ceux qui portent une robe [de juge], une écharpe ou un uniforme, que tous ceux qui servent cet homme le sachent, s’ils se croient les agents d’un pouvoir, qu’ils se détrompent, ils sont les camarades d’un pirate. […] Quoique [Napoléon III] ait commis des crimes énormes, il restera mesquin. Il ne sera jamais que l’étrangleur nocturne de la liberté ; il ne sera jamais que l’homme qui a soûlé les soldats, non avec de la gloire, comme le premier Napoléon, mais avec du vin ; il ne sera jamais que le tyran‑pygmée d’un grand peuple. […] Dictateur, il est bouffon ; qu’il se fasse empereur, il sera grotesque […] Il sera hideux, et il restera ridicule. Voilà tout. L’histoire rit et foudroie. […] C’est un peu un brigand et beaucoup un coquin. […] [Depuis le coup d’État], cette France dont le nom voulait dire liberté, cette espèce d’âme du monde qui rayonnait en Europe, cette lumière, eh bien ! Quelqu’un a marché dessus, et l’a éteinte. Il n’y a plus de France. C’est fini. Regardez, ténèbres partout.


Victor Hugo, Napoléon le Petit, 1852.

Consigne

Après avoir présenté les deux documents, vous montrerez comment les deux auteurs jugent la personne de Louis-Napoléon Bonaparte et le pouvoir qu’il exerce.

Méthode et Application guidée


1
Lire les textes

Lisez attentivement les deux textes.

Identifiez les auteurs des documents et relevez les informations présentes dans le paratexte.

Conseil : Prêtez attention aux dates des différents documents. Un texte rédigé « sur le vif » n’a pas le même statut qu’un texte rédigé des années après.

Victor Duruy est un historien français qui devient ministre de l’Instruction Publique de 1863 à 1869, pendant la phase de libéralisation du Second Empire. Il rapporte ici un discours prononcé pendant son ministère, mais écrit trente ans plus tard, quand il consigne ses mémoires. Quand Victor Duruy prononce ce discours, Victor Hugo, célèbre poète et homme politique, est en exil en Angleterre : dès 1851, il a publiquement pris position contre Louis Napoléon Bonaparte, notamment en publiant le texte dont nous commentons ici un extrait.

2
Analyser les textes

Repérez les façons opposées dont les deux auteurs décrivent Louis‑Napoléon Bonaparte.

Conseil : La personnalité, la position sociale ou les opinions politiques d’un auteur peuvent expliquer sa vision et sont des éléments importants à utiliser.

Le texte de Victor Hugo, très célèbre, est un pamphlet engagé contre Louis‑Napoléon Bonaparte : l’auteur l’attaque avec des termes très durs. Au contraire, Victor Duruy cherche à donner une bonne image de l’empereur. Au moment où il prononce le discours qu’il rapporte ici, il est ministre de l’empereur : il ne s’agit donc pas d’un discours neutre, car il émane d’un acteur impliqué dans le gouvernement impérial.

3
Préparer le plan

Au brouillon, élaborez la structure de votre réponse, en comparant et en croisant les documents tout au long de votre plan.

Conseil : Vous ne devez jamais consacrer une première partie à un texte et une seconde à un autre !

I. Le progrès ou les ténèbres
II. La question de la place du peuple
III. Napoléon III, prince ou pirate ?

4
Rédiger

Rédigez votre commentaire en veillant à citer des extraits des documents pour les commenter. Votre raisonnement doit être clair et structuré.

Conseil : Lorsque vous citez un texte, pensez à indiquer les numéros de lignes.

Selon Victor Duruy, Napoléon III se soucie particulièrement des pauvres et sa politique entraîne un « progrès général au sein de la société française » (ligne 13).

Au contraire, pour Victor Hugo, le coup d’État du 2 décembre 1851 entraîne la fin de la République, seul régime à même de garantir la liberté, ce qui a des conséquences néfastes sur l’image de la France en Europe : « il n’y a plus de France » (ligne 11).

Exercice d’application

En appliquant la méthode présentée ci‑dessus, comparez le texte de George Sand (Point de passage 2, Doc. 5) et celui de Louis‑Napoléon Bonaparte (Point de passage 3, Doc. 1) et demandez‑vous quelle vision du peuple et de la politique ils proposent.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?