Couverture

Histoire-Géographie 1re

Feuilleter la version papier





























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


POINT DE PASSAGE 2



Les massacres de Chios : la lutte pour l’indépendance de la Grèce





Comment la guerre d’indépendance grecque devient‑elle progressivement une cause européenne ?

Questions

Voir les réponses

Comparer des documents

1. Présentez et décrivez le document. (Doc. 1)
2. Montrez comment se manifeste l’engagement des intellectuels et des artistes européens pour la cause grecque. (Doc. 1, 2, 3 et 4)

3. Analysez le rapport de Kolokotronis aux États européens. (Doc. 5)

4. Comparez les deux documents en insistant sur leurs différences. (Doc. 4 et 5)


Définir une notion

5. À partir des documents, proposez une définition argumentée de « philhellénisme ».

4
L’appel à la solidarité européenne

Héritier des Lumières, témoin des bouleversements engendrés par la Révolution française, Benjamin Constant est un écrivain d’origine suisse qui a pris fait et cause pour la lutte des Grecs contre les Ottomans.

Un dernier mot sur la légitimité du barbare qui campe à Constantinople. […] La légitimité s’établit-elle par le parricide1, le fratricide2, les révoltes des soldats, les insurrections de la populace ? Telles sont les bases du trône des sultans. Ils y montent sur les cadavres les uns des autres. […] La cause des Grecs est la nôtre, elle n’est pas perdue car aucune cause n’est perdue quand elle a ses racines dans le cœur d’un peuple. Nous pouvons la secourir puissamment. […] C’est dans ce but que le Comité s’adresse à tous les chrétiens, à tous les Européens, à tous les Français.


Benjamin Constant, Appel aux Nations chrétiennes en faveur des Grecs, 1825.

1. Meurtre du père.
2. Meurtre du frère.

BAC
Analyse de documents

Voir les réponses
Doc 1. Après avoir présenté le document, vous expliquerez comment Victor Hugo cherche à éveiller les consciences de ses contemporains.

Image interactive

Eugène Delacroix, Scène des massacres de Scio, 1824, huile sur toile, 419 x 354 cm, musée du Louvre, Paris.
1
2
3
4
5

2
Les massacres de Chios

Traditionnellement, la peinture d’histoire figure les hauts faits des grands personnages historiques. Ici, c’est le peuple grec qu’Eugène Delacroix choisit de mettre en scène. L’œuvre, présentée au Salon de 1824, a un retentissement fulgurant.
Eugène Delacroix, Scène des massacres de Scio, 1824, huile sur toile, 419 x 354 cm, musée du Louvre, Paris.

Les massacres de Chios : la lutte pour l’indépendance de la Grèce

1
La désolation de Chios

Victor Hugo, l’un des grands écrivains romantiques du XIXe siècle, est aussi un intellectuel engagé dans la vie politique de son temps.

Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l’île des vins, n’est plus qu’un sombre écueil,
Chio, qu’ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelque‑fois
Un chœur dansant de jeunes filles.
Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée. […]
Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux‑tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?
– Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.


Victor Hugo, Les Orientales, 1829.

3
Le philhellénisme en Europe

Thomas Phillips, Lord Byron en costume albanais, 1813, huile sur toile,
76,5 x 63,9 cm, National Portrait Gallery, Londres.

George Byron est un célèbre poète britannique. Il s’engage aux côtés des Grecs dans leur lutte pour l’indépendance et meurt à Missolonghi en 1824.
Thomas Phillips, Lord Byron en costume albanais, 1813, huile sur toile, 76,5 x 63,9 cm, National Portrait Gallery, Londres.

Au XIXe siècle, l’Empire ottoman, un vaste empire multiethnique, est encore une grande puissance politique et militaire, mais est fragilisé et contesté par la multiplication des aspirations nationalistes. En 1821, les Grecs se révoltent et réclament leur indépendance, déclenchant une violente répression. En avril 1822, les Ottomans massacrent plusieurs dizaines de milliers de Grecs sur l’île de Chios, pour faire un exemple. Le massacre marque l’opinion internationale, qui se prend de sympathie pour la cause grecque. La Grèce obtient finalement son indépendance en 1827.

5
La guerre vue par un Grec

Je compris alors que nous devions agir par nous-mêmes, sans compter sur l’aide des puissances étrangères. […] J’appris que l’Hetairia1 était formée, et je décidai alors de me dévouer uniquement à la libération de mon propre pays […].

Selon moi, la Révolution française et les actions de Napoléon ont ouvert les yeux au monde entier. Avant, les nations ne savaient rien, et les gens pensaient que les rois étaient des dieux sur terre, et qu’on était obligé de dire que tout ce qu’ils accomplissaient était bien fait. Cela a changé maintenant et il est plus difficile de gouverner le peuple.

[… En 1827] Le gouverneur [Ioannis Kapodistrias] entreprit alors d’organiser l’État. Il envoya des gouverneurs dans les différents districts, mit en place des tribunaux et institua un service militaire régulier. […] Il systématisa l’Union panhéllenique et en nomma tous les chefs. […] De nombreuses personnes étaient prêtes à agir contre lui, car elles craignaient qu’un gouvernement centralisé soit sur le point d’être mis en place, ce qui empêcherait chacun d’agir comme il le voulait2.


Théodore Kolokotronis, Mémoires, 1892.

1. Société secrète fondée afin d’obtenir l’indépendance.
2. Le gouverneur est assassiné quelques semaines plus tard.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?