Couverture

Histoire-Géographie 1re

Feuilleter la version papier






























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 4


Vers la fin de la guerre





Comment les pays de l’Entente et leurs alliés ont‑ils remporté la Première Guerre mondiale ?


1
Les révolutions russes : la fin de la guerre à l’Est

La révolution de février. Entre le 23 février et le 3 mars 1917, la Russie connaît une révolution spontanée qui provoque l’abdication du tsar Nicolas II. Le gouvernement provisoire décide de continuer la guerre, mais l’agitation révolutionnaire, entretenue par les soviets, persiste (doc. 1) et de nombreux soldats russes désertent.

La révolution d’octobre. Lénine, un socialiste révolutionnaire exilé en Suisse, rentre en Russie et organise la révolution du 25 octobre qui amène les bolcheviks au pouvoir. Avec Trotski, il met en place le gouvernement et signe une paix séparée avec l’Allemagne pour faire face à la guerre civile : le 5 mars 1918, par le traité de Brest‑Litovsk, la guerre s’achève à l’Est.

2
À l’Ouest, l’entrée en guerre des États-Unis

La déclaration de guerre. Excédés par la guerre sous‑marine à outrance et inquiets d’une tentative de l’Allemagne pour s’allier avec le Mexique (c’est l’affaire du « télégramme Zimmermann »), les États‑Unis décident d’entrer en guerre contre l’Allemagne le 6 avril 1917 (doc. 2).

Une contribution décisive. En plus d’un apport économique majeur, les États‑Unis enrôlent sous les drapeaux quatre millions d’hommes, dont deux millions traversent l’Atlantique pour se battre en Europe. Les généraux alliés planifient de grandes offensives à destination de l’Allemagne et dressent des plans de guerre allant jusqu’en 1920.

3
La victoire et l'armistice

La dernière offensive allemande du printemps 1918. L’état‑major allemand profite de la fin du conflit à l’Est pour engager une très grande offensive sur le front Ouest. Pour la première fois depuis quatre ans, le front est rompu et les forces de l’Entente reculent. Les Allemands se retrouvent à quelques dizaines de kilomètres de Paris, comme en 1914. Mais Ferdinand Foch, qui vient d’être nommé général en chef des armées alliées, réussit à sauver la situation. Le 18 juillet, les Allemands sont repoussés.

La contre‑offensive. À partir de l’été 1918, les Américains sont opérationnels et sont engagés en nombre sur le front. L’arrivée de troupes fraîches et des chars d’assaut américains rompent l’équilibre des forces : dès lors, les Allemands ne cessent de reculer.

Vers la paix. Dès le 7 novembre 1918, les Allemands commencent à négocier la paix avec les Français et les Anglais (doc. 3). Le 9 novembre, Guillaume II abdique et est remplacé par un gouvernement républicain : c’est le début de la République de Weimar. Le socialiste Ebert dirige le gouvernement qui accepte la fin de la guerre : l’armistice est signé le 11 novembre au matin et prend effet le jour même à 11h. Le Français Augustin Trébuchon, tué à 10h50, est le dernier soldat à périr lors du conflit. Le 12 novembre, les journaux annoncent la fin de la guerre (doc. 4).


La guerre s’achève d’abord à l’Est, du fait de la révolution russe, puis à l’Ouest avec la capitulation de l’Allemagne.

Repères

Ferdinand Foch

Ferdinand Foch
(1851-1929)

Après une brillante carrière militaire sur plusieurs fronts entre 1914 et 1918 (Artois, Somme mais aussi Italie), il devient le 14 avril 1918 le général en chef des armées alliées en France (ou généralissime). C’est sous son action que les armées alliées repoussent la dernière offensive allemande et passent à l’offensive à l’été 1918. C’est à Rethondes, dans son wagon de commandement, que Foch signe avec les Allemands l’armistice le 11 novembre 1918.

Vocabulaire

Armistice : convention signée par plusieurs gouvernements mettant fin à des hostilités entre des armées en temps de guerre. L’armistice ne marque que la fin des combats et doit être complété par un traité de paix entre les belligérants qui, lui, marque la fin officielle de la guerre.

Bolcheviks : socialistes révolutionnaires russes désirant créer une société égalitaire de type communiste.

Soviets : organisations de soldats, d’ouvriers et de paysans en Russie, qui soutiennent les bolcheviks.



1
La révolution russe

L’ancien régime a conduit le pays à la ruine et la population à la famine. Il était impossible de le supporter plus longtemps et les habitants de Petrograd sont sortis dans les rues pour dire leur mécontentement. […] Mais les soldats n’ont pas voulu agir contre le peuple et se sont tournés contre le gouvernement. Ensemble, ils ont saisi les arsenaux, les fusils et d’importants organes du pouvoir. […] Afin de gagner ce combat pour la démocratie, le peuple doit créer ses propres organes de gouvernement. […] Nous invitons la population tout entière à […] organiser des comités locaux […]. Tous ensemble […] nous vaincrons pour balayer complètement le vieux gouvernement et pour réunir une Assemblée constituante sur la base du suffrage universel, égal, secret, et direct.


Appel du soviet ouvrier de Petrograd à la population de Russie, 28 février - 13 mars 1917.

2
L’entrée en guerre des États-Unis

Affi che de propagande américaine, 1917.
Affiche de propagande américaine, 1917.

3
L’armistice vu par un soldat français

Le 7 novembre : on apprend brusquement ce jour‑là que les délégués allemands sont partis au quartier général de Foch pour demander l’armistice. On commence à entrevoir la fin de la guerre et la perspective de la paix prochaine.

Le 9 novembre : il faut remonter sur le front en attendant le résultat des négociations. […] Nous montons avec peine : nous nous attendions à l’armistice. Mais déjà, le front est bien calme. On sent quelque chose de nouveau.


Lettre de l’abbé Joseph Chansou, date inconnue.

4
La fin du conflit

La une du Journal du 12 novembre 1918
La une du Journal du 12 novembre 1918.

Écho des temps

En 2018, le centenaire de l’armistice donne lieu à une importante mobilisation politique et culturelle, portée par de nombreux acteurs et institutions.

centenaire de l'armistice

En France, musées, communes, ministère de la Défense et sites patrimoniaux travaillent ensemble dans le cadre d’une « Mission centenaire ». Pendant plusieurs mois, documentaires, expositions, performances artistiques et publications scientifiques se multiplient.

Le 11 novembre 2018 est marqué par des commémorations solennelles partout en France. Plusieurs dizaines de dirigeants politiques, représentant notamment les principaux États belligérants, se réunissent à Paris autour de l’Arc de Triomphe.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?