LANGUE
GRAMMAIRE


FICHE 14

L’expression de la condition




RÉACTIVER SES CONNAISSANCES

Voir les réponses

1
★☆☆ Vous demandez à vos parents la permission de sortir. Imaginez trois conditions qu’ils pourraient vous donner.

Chaque phrase commencera par « Tu pourras sortir… ». Vous utiliserez à chaque fois une formulation différente.

Condition 1 :


Condition 2 :


Condition 3 :

RETENIR


La condition peut être exprimée par une proposition subordonnée circonstancielle.
  • Introduite par si, à partir du moment où, elle est à l’indicatif.
  • Introduite par à condition que, en supposant que, à moins que, pourvu que, elle est au subjonctif.
    • → Tu le verras ce soir, à condition qu’il vienne.
  • Introduite par au cas où, elle est au conditionnel.
    • Au cas où tu aurais oublié, nous allons au théâtre ce soir.


Elle peut être exprimée par d’autres moyens :
  • Une proposition juxtaposée au conditionnel.
    • M’offririez‑vous un empire, je le refuserais.
      Tu te serais exercé, tu aurais réussi.
  • Une proposition coordonnée de type injonctif.
    • Respecte‑le et il te respectera aussi (= Si tu le respectes...)
      Qu’il me parle et je lui répondrai (= S’il parle…)
  • Un adjectif épithète détachée + verbe au conditionnel
    • Attentif, tu aurais compris la leçon. (= Si tu avais été attentif...)

VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆
Cochez la bonne réponse.

1. Si est suivi du conditionnel :

Vrai Faux

2. L’expression de la condition n’est possible qu’avec des propositions subordonnées :
Vrai Faux

S'EXERCER

Voir les réponses

3
★★☆
a. Par quels moyens syntaxiques la condition est‑elle exprimée ?


b. Quels sont les temps et modes employés dans la subordonnée et dans la principale ?


  Si tu viens et que nous partons ensemble, il vaut mieux que tu arrives tôt : à supposer qu’il y ait du monde sur la route, nous risquons d’être en retard pour la réunion. Ou, stressés, nous risquerions d’avoir un accident. Qu’un pépin survienne, et c’est le retard assuré ! Quand bien même ce n’est pas loin, je préfère être prévoyant.
Voir les réponses

4
★★☆
a. Dans les deux premières phrases, identifiez les moyens utilisés pour exprimer la condition.

b. Rétablissez la condition sous‑entendue dans la dernière phrase.

1. Averti de la géographie de la ville, Wallas n’aurait pas perdu autant de temps dans ce dédale.


2. Vous l’auriez voulu, vous n’auriez pas trouvé mieux.


3. Ne craignez rien, murmure l’inconnu, et surtout, n’appelez pas ! Vous me perdriez.
D’après Alain Robbe-Grillet, Les Gommes, 1963.
Voir les réponses

5
★★★
a. Relevez les conditions exprimées.


b. Quelle condition est sous‑entendue ? Exprimez‑la.


c. Quelle relation le narrateur crée‑t‑il avec le lecteur ?


  Je conviendrai de tout ce qu’il vous plaira, mais à condition que vous ne me tracassiez point sur ce dernier gîte de Jacques et de son maître. [...]

  Vous voyez, lecteur, combien je suis obligeant ; il ne tiendrait qu’à moi de donner un coup de fouet aux chevaux qui traînent le carrosse drapé de noir, d’assembler, à la porte du gîte prochain, Jacques, son maître, les gardes des Fermes ou les cavaliers de maréchaussée avec le reste de leur cortège, d’interrompre l’histoire du capitaine de Jacques et de vous impatienter à mon aise ; mais pour cela, il faudrait mentir, et je n’aime pas le mensonge, à moins qu’il ne soit utile et forcé.

D’après Denis Diderot, Jacques le Fataliste, 1796.


Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable