Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


MÉTHODE
DISSERTATION


FICHE 3

Rédiger l’introduction et la conclusion




VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆ Cochez la ou les bonnes réponses et expliquez vos choix.

1. Qu’est‑ce que « contextualiser » ?



2. Qu’est-ce que « problématiser » ?





3. Qu’est‑ce qu’une conclusion réussie de dissertation ?




4. Pourquoi faut‑il clore la dissertation sur une ouverture ?


S'EXERCER

Voir les réponses


 ► Vers le bac 


4
★★★ Sélectionnez un des sujets de dissertation suivants.
a. Procédez d’abord à l’ensemble du travail préparatoire.

b. Rédigez ensuite l’introduction complète de la dissertation.


1. Chapitre 9 « Conversations après un enterrement est un exemple de ce qui constitue l’une des caractéristiques du théâtre de Reza : […] on frôle toujours la tragédie et elle est toujours écartée. » Ces propos de Montserrat Serrano Mañes vous semblent‑ils justifiés ? Vous fonderez votre réponse sur vos connaissances sur le genre et la tonalité tragique, mais aussi sur votre lecture de la pièce.

2. Chapitre 10 « Ce livre, s’il brûle, ne peut brûler qu’à la manière de la glace. » Que pensez‑vous de cette sentence de Charles Baudelaire au sujet des Liaisons dangereuses ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur votre lecture du roman épistolaire de Laclos, votre connaissance des enjeux de cette œuvre et des ambitions de son auteur, et en sollicitant des références à d’autres œuvres dont vous estimez qu’elles partagent les mêmes desseins.

3. Chapitre 11 « Je n’ai pas besoin qu’on m’explique, qu’on me prouve [...]. Je n’ai pas besoin qu’on m’explique la fatalité : j’ouvre un roman de Faulkner, et je comprends, je “vois” que je suis dans un monde soumis à la fatalité. Je n’ai pas besoin qu’on m’explique le mal : j’ouvre Mauriac, et je “vois” le mal. » Développez le raisonnement de Paul Gadenne dans À propos du roman (1983) en montrant que le roman est, en effet, un outil de compréhension du monde et des hommes. Votre développement sera illustré de références romanesques diverses et, particulièrement, de citations de La Curée et des autres textes du chapitre.

4. Chapitre 12 Dans un entretien, Annie Ernaux définit ainsi son écriture : « Puiser à sa vie [...], à sa mémoire, pour élaborer, de livre en livre, “une autobiographie qui se confonde avec la vie du lecteur”. » Cette définition correspond- elle à votre lecture de La Place ? Appuyez‑vous sur des citations précises ainsi que sur vos lectures personnelles.

5. Chapitre 13 Commentez cette citation de Nicolas Bouvier en vous appuyant sur votre lecture de L’Usage du monde et d’autres textes issus de récits de voyage : « Le voyage ne vous apprendra rien si vous ne lui laissez pas aussi le droit de vous détruire. C’est une règle vieille comme le monde. Un voyage est comme un naufrage et ceux dont le bateau n’a pas coulé ne sauront jamais rien de la mer. Le reste c’est du patinage ou du tourisme. » (Le Japon de Nicolas Bouvier, album photographique de Nicolas Bouvier, 2002)

6. Chapitre 14 Quels sont les enjeux de la représentation de la violence en littérature ? Vous répondrez à cette question en un développement soigné et nourri de références diverses, et en citant plus particulièrement le récit d’Emmanuel Carrère, L’Adversaire.
Voir les réponses

3
★★☆
a. Reportez‑vous aux pages « Repères historiques » et « Repères art et littérature » qui correspondent aux sujets suivants et rédigez le paragraphe de contextualisation de chaque sujet.

b. Rédigez ensuite le paragraphe de problématisation pour chacun des sujets.

1. Chapitre 5 Dom Juan est‑elle une pièce classique ou une pièce baroque ? Vous répondrez à cette question en vous aidant de la pièce de Molière et d’autres pièces du XVIIe siècle.

Paragraphe de contextualisation :

Paragraphe de problématisation :

2. Chapitre 6 En quoi Andromaque est‑elle une tragédie classique ? Vous fonderez votre réponse sur votre connaissance de la pièce de Racine et d’autres pièces et textes classiques.

Paragraphe de contextualisation :

Paragraphe de problématisation :

3. Chapitre 7 La Colonie est‑elle une pièce des Lumières ? Vous vous appuierez sur votre lecture de la pièce de Marivaux et sur vos connaissances sur les philosophes des Lumières pour répondre à cette question.

Paragraphe de contextualisation :

Paragraphe de problématisation :

4. Chapitre 8 En quoi le personnage de Lorenzo illustre‑t‑il l’évolution du héros théâtral dans le théâtre du XIXe siècle ? Appuyez‑vous sur les modifications apportées au genre théâtral par les écrivains romantiques, particulièrement Victor Hugo dans la Préface de Cromwell.

Paragraphe de contextualisation :

Paragraphe de problématisation :

5. Chapitre 11 En quoi La Curée est‑il un roman naturaliste ? Appuyez‑vous sur votre lecture du roman et des textes étudiés dans le chapitre, ainsi que sur vos connaissances du mouvement naturaliste.

Paragraphe de contextualisation :

Paragraphe de problématisation :
Voir les réponses

5
★★★ Poursuivez le travail entamé dans l’exercice précédent.
a. Rédigez le paragraphe bilan de votre conclusion en rappelant les axes de réponse que votre plan a proposés dans l’introduction.


b. Trouvez ensuite une ouverture permettant d’élargir le débat soulevé par le sujet de dissertation.

RETENIR

La rédaction de l’introduction

Après avoir trouvé et formulé la problématique et différents arguments, la rédaction débute. La première étape correspond à la rédaction au brouillon, puis « au propre » de l’introduction. L’introduction se rédige en trois étapes :

1
La contextualisation du sujet

C’est la porte d’entrée de votre devoir : vous y présentez le thème de la dissertation en accord avec l’œuvre étudiée.

2
L’ouverture sur la problématisation

C’est l’étape la plus importante : c’est ici que vous rappelez le sujet (dans sa totalité, si le sujet est court) ou le reformulez (s’il est long) et que vous rédigez la problématique.

3
L’annonce du plan

C’est la matrice de votre devoir : vous y exposez la démarche que vous avez choisie. À l’instar de l’annonce du plan de commentaire, cette étape est rédigée ; elle ne peut être présentée sous la forme d’une liste. Seuls les axes sont annoncés ; il est inutile de mentionner les sous-parties.

La rédaction de la conclusion

Après avoir écrit l’introduction au brouillon, la conclusion peut aussi être envisagée : vous pouvez en établir le plan au brouillon, voire la rédiger. La conclusion est composée de deux mouvements :

1
Un temps de clôture

C’est le bilan de la dissertation, l’éclaircissement final, soit le rappel des principales idées qui ont été développées et qui ont fourni des réponses à la problématique.

2
Un temps d’ouverture

C’est la chute de la dissertation, facultative mais attendue. L’ouverture est une proposition d’élargissement du débat : une nouvelle question soulevée sur le même sujet ou sur un thème annexe, voire un avis personnel.

OBSERVER

Voir les réponses

1
★☆☆ Chapitres 6 et 8 Lisez cette introduction de dissertation.

a. Quelles sont les citations rédigées sur le sujet de dissertation ?


b. Quel est le thème de la dissertation ?


c. Quelle est la problématique de la dissertation ?


d. Quel pourrait être le sujet proposé à l’élève ? Formulez‑le.


e. Dans quelle partie l’élève utilisera‑t‑il l’exemple d’Andromaque ? de Lorenzaccio ? les deux pièces ensemble ?



  Le classicisme est un mouvement littéraire et culturel né en France au XVIIe siècle. Parmi les genres privilégiés sous le règne de Louis XIV, le théâtre occupe une place de choix tant les noms et les œuvres des grands dramaturges classiques sont restés célèbres. Inspiré par Aristote, le poète Nicolas Boileau, théoricien de l’esthétique classique, fixe dans son Art poétique les principales règles qui contraignent le théâtre de son temps, parmi lesquelles la règle dite « des trois unités », soit les unités de temps, de lieu et d’action. Les vers suivants tiennent alors lieu de marche à suivre et ces règles s’imposent comme inamovibles pendant plus de cent cinquante ans : « Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli. » Au XIXe siècle, Victor Hugo crée un nouveau genre dramaturgique : le drame romantique. Or ce nouveau genre naît dans la contestation de la règle des trois unités. Dans la Préface de Cromwell, Hugo écrit : « L’action, encadrée de force dans les vingt‑quatre heures, est aussi ridicule qu’encadrée dans le vestibule. Toute action a sa durée propre comme son lieu particulier. » Ces propos nous invitent à nous demander quelle est la valeur des unités dans des pièces comme Andromaque (1667) et Lorenzaccio (1834). Dans un premier temps, nous verrons donc que l’action théâtrale gagne en intensité par le fait des unités de lieu et de temps. Dans un deuxième temps, nous montrerons, au contraire, que l’intrigue se trouve renforcée par le mépris des vingt‑quatre heures et du lieu unique. Enfin, nous verrons que la réussite d’une pièce tient moins au respect des unités qu’à la vraisemblance des actions représentées.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?