Texte 2


L’incompréhension





Texte écho
Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non (1982)

H1 rend visite à H2 qu’il n’a pas vu depuis longtemps. Amis de longue date, ils se sont éloignés.

H1. – […] Pourquoi ne veux-tu pas le dire ? Il y a donc eu quelque chose…
H2. – Non… vraiment rien… Rien qu’on puisse dire…
H1. – Essaie quand même…
H2. – Oh non… je ne veux pas…
H1. – Pourquoi ? Dis-moi pourquoi ?
H2. – Non, ne me force pas…
H1. – C’est donc si terrible ?
H2. – Non, pas terrible… ce n’est pas ça…
H1. – Mais qu’est-ce que c’est alors ?
H2. – C’est… c’est plutôt que ce n’est rien… ce qui s’appelle rien… Ce qu’on appelle ainsi…

Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, 1982, Éditions Gallimard.

Voir les réponses

Entrer dans le texte

1

Quelle est l’attitude de Pierre envers Alex ?


Alex et son père

2

Comment Alex cherche-t-il à faire revivre son père au début de l’extrait ?


3

Quelle relation le père et le fils entretenaient-ils, d’après Alex ? Justifiez votre réponse en citant le texte.


Alex et Pierre

4
Relevez deux occurrences du verbe « comprendre » et des mots de la même famille. Que nous montrent-elles ?


5

a. Que révèlent les didascalies et les points de suspension du texte ?

b. Texte écho Comparez l’usage de la ponctuation dans les textes de Yasmina Reza et Nathalie Sarraute.

c. Texte écho Quel(s) autre(s) point(s) commun(s) relevez-vous entre ces deux textes ?


6

Quelle est la raison de la tension entre Pierre et Alex à partir de « Tu crois que je le reverrai ? » jusqu'à « Moi je ne dis rien... » ?


7
GRAMMAIRE

a. Du début de l'extrait jusqu'à « Oh non ! Bien avant ! », relevez toutes les marques de la négation et proposez un classement de ces dernières.

b. Comment interprétez-vous cet usage de la négation dans l’extrait ?


Vers le commentaire

8

Comment la souffrance d’Alex est-elle exprimée dans cet extrait ?


ORAL

Deux amis se disputent au sujet du ton d’un texto mal compris. Improvisez la scène avec un camarade.
Enregistreur audio

◈ Ressource complémentaire


Franz Kafka, Lettre au père (1535)


Dans cette lettre destinée à son père (à qui elle ne fût jamais remise), Franz Kafka tente d'analyser les relations complexes qu'il entretient avec lui. Il lui reproche notamment son autorité et son manque de compréhension.

  À cette époque, ce n'était qu'un modeste début, mais ce sentiment de nullité qui s'empare si souvent de moi (sentiment qui peut être aussi noble et fécond sous d'autres rapports, il est vrai) tient pour beaucoup à ton influence. Il m'aurait fallu un peu d'encouragement, un peu de gentillesse, j'aurais eu besoin qu'on dégageât un peu mon chemin, au lieu de quoi tu me le bouches, dans l'intention louable, certes, de m'en faire prendre un autre. Mais à cet égard, je n'étais bon à rien. Tu m'encourageais, par exemple, quand je marchais au pas et saluais bien, mais je n'étais pas un futur soldat ; ou bien tu m'encourageais quand je parvenais à manger copieusement ou même à boire de la bière, quand je répétais des chansons que je ne comprenais pas ou rabâchais tes phrases favorites, mais rien de tout cela n'appartenait à mon avenir. Et il est significatif qu'aujourd'hui encore, tu ne m'encourages que dans les choses qui te touchent personnellement, quand ton sentiment de ta valeur est en cause, soit que je le blesse (par exemple, par mon projet de mariage), soit qu'il se trouve blessé à travers moi […].


Franz Kafka, Lettre au père, 1919.


Voir les réponses

L'image

1

a. Que figure le rectangle de lumière ?

b. Qu’est venu faire Alex ?

2

a. À quelle interprétation la posture des personnages nous invite-t-elle ?

b. Qu’attend-on d’Alex ?

Ressource complémentaire

Retrouvez un ensemble de photographies de la première mise en scène de Conversations après un enterrement.

L’incompréhension

ALEX. – Tu sais le plus incompréhensible ?… J’ai envie de lui demander pardon… Quand il était malade, je venais m’asseoir sur son lit, incapable de trouver les mots, j’ai voulu un jour lui prendre la main, il a bougé pour replacer son drap ou la couverture… je n’ai pas insisté… Il m’a dit « Ça marche la critique ? » « Oui… » « Tu lis de bons livres ? »… Tellement d’amertume dans sa voix !...
Silence.
ALEX. – Tu crois que je le reverrai ?… Ça te fait rire ?
PIERRE. – Non, non ! Ce n’est pas ta question ! … Ce n’est pas ta question qui me fait sourire…
ALEX. – C’est quoi ?
PIERRE. – Rien… C’est une manière de… Tu as eu une expression qui m’a rappelé quelque chose… Certaines de tes expressions quand tu étais petit… Voilà.