Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


L'ESSENTIEL


Quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ?





2
La déviance est produite par la société

  • Le respect des normes dans la société repose en partie sur l’existence d’un contrôle social. Celui-ci repose sur des sanctions, négatives quand les comportements s’écartent des normes et positives quand ils respectent les normes. Les sanctions négatives peuvent aller d’un regard désapprobateur à des peines de prison, en passant par la moquerie, la mise à l’écart ou encore des sanctions financières.
  • Il faut distinguer deux formes de contrôle social : on parle de contrôle social formel quand il est fait par des instances spécifiques sur la base de règles codifiées. Par exemple, le contrôle social mené par la police ou les autorités judiciaires est un contrôle social formel, qui repose donc sur les normes juridiques. Il coexiste avec un contrôle social informel, qui correspond à des sanctions données lors des interactions quotidiennes, de manière moins officielle.
  • La déviance peut être définie comme un comportement de non‑respect des normes sociales ou juridiques et qui est sanctionné par la société. La délinquance est la partie de la déviance qui correspond aux comportements sanctionnés, car ces derniers ne respectent pas les lois. En termes de délinquance, les contraventions sont les comportements les moins sévèrement punis ; viennent ensuite les délits, puis les crimes.
  • Parmi les évolutions fortes concernant le contrôle social, on a pu observer, dès le XIXe siècle, une montée du contrôle social formel au détriment du contrôle informel, notamment du fait du changement social dû aux révolutions industrielles. C’est une tendance qui s’est confirmée ces dernières années, avec la montée de la pénalisation des comportements, qui conduit à une augmentation de la population carcérale. (→ voir dossier 2)

Supplément numérique

Attention aux notions


Ne pas
confondre

Délinquance et déviance

  • La délinquance correspond au non‑respect des normes juridiques tandis que la déviance est le non‑respect des normes sociales, sanctionné par la société ou un groupe.
  • La plupart du temps, la délinquance est une forme de déviance. Par contre, la déviance est une notion plus large que la délinquance : ne pas avoir de téléphone portable peut être une forme de déviance qui est pourtant légale.

Comprendre
le lien

Délinquance et enquêtes de victimation

  • La délinquance mesurée par les autorités (police et gendarmerie, justice) donne une vision partielle de la totalité des délits commis.
  • C’est pourquoi des enquêtes de victimation peuvent être menées. Elles mesurent les délits subis sur une période, déclarés à la police ou non. Il existe aussi des enquêtes de « délinquance auto‑déclarée ».

Les notions à connaître

Carrière déviante

Notion liée à celle d’étiquetage. Une personne qui a commis un acte déviant peut être étiquetée comme déviante par la société ou par certains groupes. Elle en vient alors à modifier son comportement et petit à petit est totalement identifiée à son comportement déviant.

Chiffre noir de la délinquance

Différence entre le nombre d’infractions enregistrées par les services de police et de gendarmerie et le nombre d’infractions commises sur le territoire. Il s’explique par la sous‑déclaration de la part des victimes.

Contrôle social formel

Forme du contrôle social qui est exercée par des groupes et des institutions spécifiques comme la police et l’école. Il est concrétisé par l’application de sanctions juridiques (amendes, prison), morales (blâmes) ou religieuses.

Contrôle social informel

Contrôle social mis en oeuvre quotidiennement dans les interactions entre individus. Il s’exerce par des sanctions positives ou négatives (un sourire ou un froncement de sourcil par exemple).

Délinquance en col blanc

Crimes et délits commis par des personnes de classe sociale élevée dans le cadre de leurs fonctions.

Déviance

Ensemble des comportements qui s’écartent des normes d’un groupe ou d’une société et qui donnent lieu à des sanctions formelles et/ou informelles selon leur gravité.

Entrepreneur de morale

Personne ou groupe qui cherche à imposer des normes pour une société et à faire reconnaître certains comportements comme déviants ou délinquants.

Enquête de victimation

Enquête dont l’objectif est de connaître les faits de délinquance dont les ménages et leurs membres ont pu être victimes.

Étiquetage

Processus par lequel la société ou des groupes spécifiques désignent des individus comme déviants.

Norme juridique

Sous‑ensemble des normes sociales, constitué par des règles de droit. Leur non‑respect peut faire l’objet d’une sanction pénale.

Norme sociale

Principe ou modèle de comportement propre à un groupe social ou à une société donnée. Le groupe ou la société considère ces règles de comportement comme normales et légitimes.

Stigmatisation

Situation où un individu se voit attribuer un stigmate. Le stigmate est un attribut de la personne (qui peut être lié à son passé, mais aussi physique, par exemple un handicap, ou signe d’une appartenance à un groupe, par exemple une couleur de peau) qui la conduit à être jugée comme anormale et modifie ses relations avec les autres.

4
La délinquance est difficile à mesurer

  • La délinquance désigne les actes prohibés et punis par la loi. Ce sont des actes cachés et donc difficiles à dénombrer. On mesure la délinquance par les statistiques de police ou de justice, mais tous les actes qui ne sont pas pris sur le fait ou ne donnent pas lieu à une plainte ne sont alors pas comptés. Pour désigner cette partie non mesurée de la délinquance, on parle de chiffre noir de la délinquance. Les enquêtes de victimation ou bien les enquêtes de délinquance autoproclamée (demander aux personnes quels sont les actes qu’elles ont commis) permettent d’avoir une idée de l’importance de ce chiffre noir.
  • La délinquance donne lieu à une réponse juridique, mais aussi à une réponse sociale, qui peut être par exemple, le fait de sanctionner moralement les actes délinquants. Ces réponses peuvent varier selon les actes et la délinquance en col blanc connaît un traitement particulier. Des instances spécifiques la prennent en charge et les sanctions sont également particulières. (→ voir dossier 4)

3
Les processus qui mènent à la déviance

  • Le sociologue Howard Becker insiste sur le fait que la déviance est une relation sociale : ce qui est déviant est ce qui est reconnu comme tel. Une telle définition conduit à penser que ce qui est considéré comme déviant varie en fonction des groupes, des époques et des lieux et qu’il peut y avoir une lutte pour la définition des normes. Il appelle « entrepreneurs de morale » ceux qui cherchent à imposer des normes à toute la société.
  • Penser la déviance comme ce qui est sanctionné permet aussi de comprendre que plusieurs situations sont possibles en termes de déviance : la déviance peut être cachée et donc échapper aux sanctions, mais une personne peut aussi être désignée et traitée comme déviante sans pour autant l’être.
  • Surtout, l’existence de normes produit de façon automatique des actes considérés comme hors normes et donc déviants. Un premier acte déviant peut alors conduire à un processus d’étiquetage : la personne est désignée comme déviante et peut être identifiée à sa déviance. Elle risque alors d’entrer dans une carrière déviante, ce qui modifie sa place dans la société et ses relations avec les autres. La sanction, surtout quand elle a été formelle, peut aussi conduire à une stigmatisation de la personne. (→ voir dossier 3)

1
Les normes sociales et juridiques évoluent

  • Les normes sociales et juridiques sont liées entre elles : les normes juridiques sont souvent la transformation en lois de normes sociales. Par exemple, si le meurtre est puni par la loi, c’est qu’il est un comportement inacceptable pour la société.
  • Au fil du temps, les normes sociales et juridiques évoluent. Pour ce qui est des normes sociales, par exemple, des comportements considérés aujourd’hui comme inacceptables auraient pu paraître tout à fait normaux auparavant (→ En théorie). L’évolution des normes sociales est particulièrement forte, en France comme dans de nombreux pays, sur les questions liées à la place des femmes et à la famille. Dans ces domaines, comme dans bien d’autres, on peut observer une relation circulaire entre normes sociales et normes juridiques : les évolutions dans les normes sociales ou les luttes pour que ces évolutions se fassent peuvent entraîner une modification des lois qui peuvent, à leur tour, modifier les normes sociales. Parfois, ce sont même les normes juridiques qui changent plus vite que les normes sociales. Ces changements ne se font pas sans résistance. (→ voir dossier 1)
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?