Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


EN DIRECT DU LABO



Enquêter sur les enquêteurs




Doc. 4
Une neutralité impossible ?

Voir les réponses

Questions

1. Pourquoi la neutralité dans la relation entre l’enquêteur et l’enquêté est‑elle impossible ?


2. Qu’est‑ce qui peut inciter les enquêteurs à « bidonner » leurs enquêtes ? Comment cette situation peut‑elle être évitée ?


  Dans la mesure où une interaction sociale ne saurait être « standard », il est ainsi illusoire de croire qu’il est possible, par la prescription et éventuellement par une action correctrice, d’obtenir une attitude neutre de la part des enquêteurs. […] Parvenir à accrocher un passant, à se faire ouvrir une porte ou à obtenir un entretien téléphonique relève d’une forme de séduction. En fonction des propriétés des protagonistes (sexe et âge notamment) la forme de l’interaction ainsi que son contenu (les mots, les attitudes, les regards) ne sauraient être les mêmes. […] S’ils ne s’adaptaient pas aux répondants, s’ils lisaient leur texte de manière monocorde, s’ils ne tenaient pas compte des différences de rythme d’un répondant à l’autre, s’ils ne répondaient pas aux remarques (souvent critiques) émises par les répondants sur la formulation des questions et sur le sujet d’enquête en abondant dans leur sens, les enquêteurs lasseraient leurs interlocuteurs. […]

  Mais le contournement des règles de passation s’impose pour d’autres raisons. […] Les enquêteurs étant payés au questionnaire, il permet de moduler et de réduire le temps perdu à recruter ou à passer les questionnaires de manière à « faire son chiffre ». […] « Bidonner » n’est donc pas seulement une façon de gérer l’interaction avec les répondants. L’enjeu est également de parvenir à un niveau de productivité conforme aux délais et aux cadences définis par les entreprises de sondage alors que les contraintes réelles pesant sur les enquêteurs ne sont pas prises en compte. […] Cela tient beaucoup à la politique tarifaire : à trop chercher la quantité on sacrifie la qualité. […] Dès lors et dans la mesure où les enquêteurs sont payés au questionnaire, on ne peut s’attendre à ce qu’ils acceptent de travailler pour un taux horaire qui, s’ils suivaient les consignes à la lettre, tomberait en dessous du SMIC. Et quand bien même ils le feraient, ils prendraient le risque de ne plus se voir confier de missions. Mais, outre cet aspect des choses, le type de relation que les entreprises entretiennent avec leurs enquêteurs ne jouent pas en faveur de leur implication.

Rémy Caveng, art. cit.

L'enquête
Les enquêteurs peuvent‑ils poser leurs questions de façon neutre ?


Doc. 1
Un travail sur les consignes données aux enquêteurs


Remy Caveng

L'auteur

Rémy Caveng est maître de conférences en sociologie à l’université de Picardie‑Jules Verne.

Il travaille sur les sondages et les enquêtes dites « quantitatives », que ce soit celles menées par des instituts de sondage ou par des instituts publics comme l’Insee.

Sur ces enquêtes, il s’intéresse notamment à la façon dont les personnes qui font passer le sondage sont formées et contrôlées par les instituts qui les emploient et se demande à quel point les consignes qui leur sont données peuvent être appliquées.

  Dans son article, Rémy Caveng présente les consignes données aux enquêteurs, qui ont pour but de neutraliser « l’effet enquêteur ».

  La passation des questionnaires doit obéir aux règles suivantes qui découlent du principe selon lequel tous les questionnaires doivent être réalisés dans des conditions identiques :

  - Les questions et les consignes doivent être lues mot à mot et dans leur ordre de présentation.

  - On ne doit répondre aux demandes d’explication que par la formule « c’est comme vous l’entendez ». […]

  - Si la réponse ne correspond pas (au mot près) à un des items de la liste, elle ne doit pas être interprétée. Il faut alors relancer en disant « vous diriez plutôt… » et en citant la liste une nouvelle fois.

  - Une réponse ne doit pas être déduite de celle donnée à une question précédente. […]

  - L’attitude vis‑à‑vis du répondant doit être neutre : pas de remarques sur le sujet de l’étude, pas de discussions, pas d’approbation ou de désapprobation, le ton de la voix doit être neutre et constant avec tous.

Rémy Caveng, « La production des enquêtes quantitatives », Revue d’anthropologie des connaissances, janvier 2012.

Les résultats
Le « bidonnage » des enquêtes et ses explications


Doc. 3
Des consignes toujours respectées ?

Voir les réponses

Questions

1. D’après ce document, les règles prescrites sont‑elles toujours respectées par les enquêteurs ?


2. Parmi les pratiques mentionnées, lesquelles vous paraissent nuire le plus à la fiabilité des résultats des sondages ?

Vous arrive‑t‑il de…
Oui
Non, jamais
Ens.
Reformuler une question 86 14 100
Faire répondre des membres d’un panel personnel ou de votre entourage 74 26 100
Modifier l’âge d’une personne 52 48 100
Escamoter une liste d’items ou une question 51 49 100
Interpréter une réponse 45 55 100
Modifier les habitudes de consommation 41 59 100
Remplir entièrement un questionnaire sans répondant 21 79 100

Questionnaire posé à 129 enquêteurs travaillant dans des entreprises de sondage.
Rémy Caveng, art. cit.

Doc. 2
Une enquête par observations et entretiens


  Les résultats présentés ici reposent sur deux terrains distincts. Le premier a été réalisé auprès des salariés des entreprises de sondage dans le cadre d’une thèse de sociologie portant sur les conditions d’emploi et de travail des personnels d’enquête. Le second le fut auprès des enquêteurs de l’Insee […]. L’enquête sur les entreprises de sondage s’est déroulée de l’automne 2002 à l’été 2005. Durant cette période, on a réalisé des observations quasi quotidiennes au sein d’une dizaine d’entreprises dans lesquelles on a occupé différents postes : enquêteur, chef d’équipe, opérateur de saisie, codificateur de questions ouvertes et cadre chargé de l’organisation des études. Outre les innombrables discussions et les propos recueillis pendant les journées de travail et auprès de toutes les catégories de personnel, on a réalisé vingt‑cinq entretiens semi‑directifs (dont quatre auprès de cadres). De manière à expérimenter l’ensemble des points de vue, on s’est également prêté au jeu de l’enquêté en répondant à toutes les sollicitations spontanées d’enquêteurs (dans la rue, au téléphone, à domicile).

Rémy Caveng, art. cit.
Voir les réponses

Questions

1. Docs. 1. et 2. Selon vous, qu’est-ce que l’« effet enquêteur » ?


2. Docs. 1. et 2. Comment les consignes données par les instituts de sondages aux enquêteurs cherchent‑elles à neutraliser cet effet ?


3. Docs. 1. et 2. Comment la méthode de recherche de Rémy Caveng peut‑elle lui permettre de vérifier le respect de ces consignes par les enquêteurs ?

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?