Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Les risques du métier ? L’exemple des artistes de cirque
P.288

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

UN AUTRE REGARD



Les risques du métier ? L’exemple des artistes de cirque




Objectifs

La perception des risques dépend de facteurs sociaux. C’est un point particulièrement important quand on s’intéresse à la socialisation professionnelle : certains métiers conduisent à une forte exposition au risque et la gestion de ce risque doit être apprise. C’est le cas pour les artistes de cirque.


Doc. 1

Apprendre à maîtriser les risques



Mademoiselle Lala au cirque Fernando, Edgar Degas, 1879.

  Le cirque est une activité à risque dans le sens où les artistes engagent leur intégrité physique. […] Dans les écoles de cirque, on ne parle guère du risque. Pourtant, comme dans de nombreux groupes professionnels, le rapport au risque constitue un élément central de la culture professionnelle. […]

  Les entretiens successifs montrent que la définition des risques professionnels évolue au fil de la formation. Partant d’une définition essentiellement axée sur l’intégrité physique, les étudiant‑e‑s développent une définition élargie articulant les risques physiques aux risques de la création et de la scène et à ceux de l’insertion professionnelle. Le risque de se montrer, de « perdre la face » en tant qu’artiste, émerge. […]

  Les étudiant‑e‑s en fin de formation abordent systématiquement le risque lié à l’insertion professionnelle à venir :

  « Oui, le risque de se lancer dans le métier ! Celui‑là il me stresse parfois beaucoup plus que les autres ! ». […]

  La maîtrise de la sécurité matérielle, l’acquisition des savoirs corporels, physiologiques, biomécaniques, se réalise tout au long de la formation. Dans une approche que l’on pourrait qualifier de rationnelle et technique, ces savoirs et savoir‑faire sont considérés comme des clés pour maîtriser les facteurs de la prise de risque physique. C’est une idée largement partagée dès le début de la formation : « Si tu n’as pas de technique, c’est là où c’est dangereux. » (Laurent1, acrobate). […] La maîtrise des techniques, la connaissance de ses forces, de ses limites, la conscience de son corps permettent aux étudiant‑e‑s de vaincre la peur, de rendre un risque physique « acceptable ». Ils finissent par se convaincre qu’ils maîtrisent le risque. Ils se sentent plus sûrs d’eux, de leurs compétences, de leur force. Les contenus de la formation véhiculés par les enseignants constituent des ressources importantes […] pour construire cette posture, toutefois d’autres expériences sont également sources d’apprentissage.

Florence Legendre, « Devenir artiste de cirque : l’apprentissage du risque », Travail, genre et sociétés, février 2016.

1. En première année de formation.
Voir les réponses

Questions

1. Quels sont les risques liés à la pratique du cirque ?


2. Quels sont les principaux risques mis en avant par les étudiants et les étudiantes en formation ?


3. Comment parviennent‑ils à gérer le risque physique ?

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.