Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Texte 6


Simone de Beauvoir, La Force des choses (1963)




Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Que révèlent les différents comptages de manifestants au début du texte ?


Étouffer l’opposition

2
Comment les journaux qui soutiennent De Gaulle minimisent‑ils les informations défavorables au gouvernement ? Donnez des exemples.


3
Pourquoi le discours du président n’est‑il pas retransmis en direct ?


Les limites de l’influence de la presse

4
Selon Simone de Beauvoir, pourquoi les articles des journaux de gauche ne réussissent‑ils pas à provoquer de changement dans l’opinion publique ?


5
Comparez les descriptions de l’intervention présidentielle dans les deux articles en textes échos. La diversité de la presse représente‑t‑elle un obstacle ou un avantage pour connaître la vérité ?


6
GRAMMAIRE

a. Lisez la première phrase de chaque texte. Qu’ont en commun ces trois phrases ?

b. Quel effet provoquent‑t‑elles ?


Vers le commentaire

7
Par quels moyens Simone de Beauvoir dénonce‑telle les limites de la presse ?


ORAL
Sélectionnez dans votre classe un sujet d'actualité. Formez des groupes qui choisiront chacun un journal différent. Trouvez l'article correspondant au sujet. Vous le présenterez au reste de la classe en précisant les orientations choisies par le journal. Vous pouvez utiliser l'enregistreur ci‑dessous pour vous entraîner.
Enregistreur audio

photo portrait SImone de Beauvoir
Simone de Beauvoir, La Force des choses (1963)

Simone de Beauvoir et d’autres intellectuels étaient opposés au référendum du 28 septembre 1958 avec lequel Charles de Gaulle proposait de changer la Constitution pour créer la Ve République. Le 4 septembre, ils participent à une manifestation anti‑référendum pendant que le chef du gouvernement fait un discours place de la République à Paris.

  Ignominie1 de la presse, le lendemain. Tout de même, les « centaines de manifestants » du Figaro2, c’est un peu vif. La Préfecture annonçait 150 000 personnes, il y avait 6 000 invités, 4 000 badauds, étrangers ou même gaullistes mystifiés ; nous étions donc 140 000. (Quand j’ai téléphoné le chiffre à Sartre, il a été déçu ; à Rome, les journaux parlaient de 250 000 manifestants.) Rue Beaubourg, il y a eu des balles tirées : quatre blessés par balles. L’Humanité3 et Libération4 donnent des comptes rendus qui se recoupent exactement avec celui que Lanzmann écrit pour le journal du Comité de résistance5 : le malheur c’est que personne ne les lit, sauf les gens de leur bord. Tout de même, à travers les trucages de France‑Soir6, quelques vérités sortent ; et il y a eu les lettres publiées par Le Monde7, le lendemain ; et le ton de Paris Presse8 n’est pas triomphant. Ils avouent qu’un certain « contact » ne s’est pas établi entre de Gaulle et le public. On a entendu son discours, chez Marie-Claire : pas en direct, retransmis à une demi‑heure de distance afin qu’on puisse effacer la rumeur des Non ; voix et discours de vieillard très peu vert9.

  [...] Radical trucage des Actualités, de la radio, de la télévision.


Simone de Beauvoir, La Force des choses, 1963 © Éditions Gallimard.


1. Déshonneur.
2. Journal politiquement situé à droite.
3. Journal politiquement proche du parti communiste.
4. Journal politiquement situé à gauche.
5. Il s’agit d’un comité de résistance contre le fascisme, composé d’intellectuels craignant un retour du fascisme après la guerre.
6. Journal à forte diffusion, peu marqué politiquement, à qui l’on reprochait son côté démagogique.
7. Journal politiquement situé au centre, il est considéré comme le journal de référence.
8. Journal similaire à France‑Soir, proche des gaullistes.
9. Qui n'est pas en forme.

Texte écho
Deux manières d’évoquer un même fait

Voici deux unes de journaux du 5 septembre 1958. Si Le Parisien libéré et L’Humanité placent tous les deux le discours de Charles de Gaulle en tête de l’actualité, leurs manières de l’évoquer divergent fortement.



  Heures historiques, hier, place de la République.

  Le Général de Gaulle a présenté la nouvelle Constitution.

  « La nation française refleurira ou périra selon que l’État aura ou n’aura pas assez de force, de constance, de prestige pour la conduire là où elle doit aller. » s’est écrié le chef du gouvernement qui a fait chanter la Marseillaise à la foule massée autour de la statue symbolique.

Émilien Amaury, Titre et accroche à la une du Parisien libéré, 5 Septembre 1958.



  Trois heures durant, 150.000 manifestants dans les rues autour de la République.

  Paris républicain a dit : « Non ! »

  De Gaulle a parlé devant un auditoire trié sur le volet et derrière un épais rideau de policiers. C.R.S. et gardes mobiles ont chargé brutalement la foule pacifique ; de nombreux blessés dont plusieurs par balles.

André Stil, Titre et accroche à la une de L’Humanité, 5 Septembre 1958.

Affiche de campagne pour la Ve République, 1958.
Affiche de campagne pour la Ve République, 1958.




Affiche de campagne contre la Ve République, 1958, signée notamment par Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre.
Affiche de campagne contre la Ve République, 1958, signée notamment par Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre.



Ressource complémentaire

« Qu'est‑ce que le pluralisme de la presse ? », RetroNews BnF.
Voir les réponses

L'image

1

a. Pour chacune des deux affiches (cliquez sur le bouton bleu sous l'image pour changer d'affiche), analysez les stratégies utilisées pour mettre en valeur son message. Observez notamment les couleurs, les figures et la disposition typographique employées.

b. Comparez les messages des deux affiches.


2
Selon vous, quelle affiche est la plus convaincante ? Pourquoi ?
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?