Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


DOSSIER NUMÉRIQUE
DIFFÉRENCIATION

L’aventure de l’Encyclopédie






L’Encyclopédie, également nommée Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, constitue une synthèse inégalée de toutes les connaissances du XVIIIe siècle, en particulier pour les sciences et les techniques. Avec ses 150 contributeurs et ses quelques 72 000 articles, cet immense succès commercial et public est un puissant instrument de diffusion des idées des Lumières.

Plan de travail

En quoi l’Encyclopédie est-elle une entreprise éditoriale promouvant les idées des Lumières ?


1
Le projet de l’Encyclopédie

Le but d’une Encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été des travaux inutiles pour les siècles qui succéderont ; que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux, et que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. […] Ouvrage qui ne s’exécutera que par une société de gens de lettres et d’artistes, épars, occupés chacun de sa partie, et liés seulement par l’intérêt général du genre humain, et par un sentiment de bienveillance réciproque. [...] Il n’appartient qu’à un siècle philosophe de tenter une Encyclopédie, parce que cet ouvrage demande plus de hardiesse dans l’esprit [...]. Il faut tout examiner, tout remuer, sans exception et sans ménagement.


Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, article « Encyclopédie », Encyclopédie, t. 5, 1751.


2
Une planche de l’Encyclopédie : les lunetiers et le travail du verre

Une planche de l’Encyclopédie
Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie. Planches, 1751.

3
L’article « intolérance »

Le mot intolérance s’entend communément de cette passion féroce qui porte à haïr et à persécuter ceux qui sont dans l’erreur. […] L’intolérance ecclésiastique consiste à regarder comme fausse toute autre religion que celle que l’on professe, et à le démontrer sur les toits, sans être arrêté par aucune terreur, par aucun respect humain, au hasard même de perdre la vie. […] L’intolérance civile consiste à rompre tout commerce et à poursuivre, par toutes sortes de moyens violents, ceux qui ont une façon de penser sur Dieu et sur son culte, autre que la nôtre.


Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, article « Intolérance », Encyclopédie, t. 8, 1766.

4
La première interdiction en 1752

Sa Majesté [Louis XV] a reconnu que dans ces deux volumes on a affecté d’insérer plusieurs maximes tendant à détruire l’autorité royale, à établir l’esprit d’indépendance et de révolte, et, sous des termes obscurs et équivoques, à élever les fondements de l’erreur, de la corruption des mœurs, de l’irréligion et de l’incrédulité. Sa Majesté […] a ordonné et ordonne que les deux premiers volumes de l’ouvrage intitulé Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, Arts et Métiers, par une Société de gens de Lettres, seront et demeureront supprimés. Fait très expresses inhibitions et défenses à tous imprimeurs, libraires et autres, de réimprimer ou faire réimprimer lesdits deux volumes ; comme aussi de vendre, débiter, ou autrement distribuer les exemplaires imprimés qui leur restent, sous peine de mille livres d’amende […].

Arrêt du Conseil d’État du Roi, 7 février 1752.

5
La diffusion de l’Encyclopédie

La diffusion de l’Encyclopédie

6
Une critique de l’Encyclopédie

J’ai mis beaucoup d’impartialité dans la guerre des philosophes ; je ne saurais adorer leur encyclopédie, qui peut-être est adorable, mais dont quelques articles que j’ai lus m’ont ennuyée à la mort. Je ne saurais admettre pour législateur des gens qui n’ont que de l’esprit, peu de talent et point de goût ; qui, quoique très honnêtes gens, écrivent les choses les plus malsonnantes1 sur la morale, dont tous les raisonnements sont des sophismes2, des paradoxes.

Lettre de la marquise du Deffand à Voltaire, 1er novembre 1760


1. Contraire à la morale.
2. Raisonnements et arguments faux malgré une apparence de vérité.

Questions

Voir les réponses

Comparer des documents

1. Repérez les objectifs poursuivis par l’Encyclopédie. (Doc. 1, 2 et 3)

2. Expliquez pourquoi, selon Diderot, le projet de l’Encyclopédie exige de la « hardiesse ». (Doc. 1)

3. Identifiez les éléments qui font de l’Encyclopédie un succès public à la diffusion massive. (Doc. 5 et 6)

4. Montrez à quels obstacles le projet s’est heurté. (Doc. 3, 4 et 6)


Mener une recherche

Parcours 1

Répondez à la problématique sous forme d’une réponse développée.


Parcours 2

Explorez le premier tome de l’Encyclopédie : Quelles sont les ressemblances et les différences avec les encyclopédies actuelles, sur papier ou en ligne ?
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?