Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

La critique du journalisme dans le roman

DYS

Une leçon de journalisme

Dans cet extrait des Illusions perdues, le journaliste Étienne Lousteau donne une leçon au jeune Lucien de Rubempré auquel il demande de rédiger un article sur un livre qui vient de paraitre.
1
«V
oici un exemplaire du livre de Nathan que Dauriat vient de me donner, la seconde édition paraît demain ; relis cet ouvrage et broche1 un article qui le démolisse. [...]
  – Mais que peut-on dire contre ce livre ? Il est beau, s’écria Lucien.
  – Ha ! Ça, mon cher, apprends ton métier, dit en riant Lousteau. Le livre, fût-il un chef d’œuvre, doit devenir sous ta plume une stupide niaiserie, une œuvre dangereuse et malsaine.
  – Mais comment ?
  – Tu changeras les beautés en défauts.
  – Je suis incapable d’un pareil tour de force.
  – Mon cher, un journaliste est un acrobate, il faut t’habituer aux inconvénients de l’état. Tiens, je suis bon enfant, moi ! Voici la manière de procéder en semblable occurrence. Attention, mon petit ! Tu commenceras par trouver l’œuvre belle, et tu peux t’amuser à écrire alors ce que tu en penses. Le public se dira : Ce critique est sans jalousie, il sera sans doute impartial2. Dès lors le public tiendra ta critique pour consciencieuse. Après avoir conquis l’estime de ton lecteur, tu regretteras d’avoir à blâmer3 le système dans lequel de semblables livres vont faire entrer la littérature française. [...] »
  Lucien fut stupéfait en entendant parler Lousteau : à la parole du journaliste, il lui tombait des écailles des yeux4, il découvrait des vérités littéraires qu’il n’avait même pas soupçonnées.
  La cruelle leçon d’Étienne ouvrait des cases dans l’imagination de Lucien qui comprit admirablement ce métier.