Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

Victimes de la magie de Circé

DYS

Victimes de la magie de Circé

Après avoir échappé aux Lestrygons, Ulysse arrive sur l’ile de la magicienne Circé.
1
N
ous arrivons sur l’île d’Aiaiè, c’est là qu’habite Circé aux beaux cheveux, terrible déesse à la voix humaine, sœur d’Aiétès1 aux cruelles pensées. Et tous deux sont nés d’Hélios qui éclaire les hommes, et leur mère est Persée, la nymphe océanide. […]
  Mes compagnons trouvent, dans une vallée, en un lieu découvert, les demeures de Circé, construites en pierres polies. [...] Ils entendent Circé chantant d’une belle voix dans sa demeure et tissant une grande toile divine, telle que sont les ouvrages légers, gracieux et brillants des déesses. Alors Polytès, chef des hommes, le plus cher de mes compagnons, et que j’honore le plus, parle le premier :
  « Ô amis, quelqu’un, tissant une grande toile, chante d’une belle voix dans cette demeure, et tout le mur en résonne. Est-ce une déesse ou une mortelle ? Allons ! Crions sans plus tarder. »  
  Il les persuade a