Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

Sganarelle, médecin malgré lui

DYS

Sganarelle, médecin malgré lui

Géronte, le maitre de Valère, présente sa fille Lucinde à Sagnarelle, pour que celui-ci l’examine. Pris au piège par sa femme, Sganarelle doit examiner la jeune fille, qui ne peut dire que « Han, hi, hon, han ».
1
L
UCINDE. – Han, hi, hon.
  SGANARELLE, la contrefaisant1. – Han, hi, hon, han, ha : je ne vous entends point2. Quel diable de langage est-ce là ?
  GÉRONTE. – Monsieur, c’est là sa maladie : elle est devenue muette, sans que jusques ici on en ait pu savoir la cause, et c’est un accident qui a fait reculer son mariage.
  SGANARELLE. – Et pourquoi ?
  GÉRONTE. – Celui qu’elle doit épouser veut attendre sa guérison pour conclure les choses.
  SGANARELLE. – Et qui est ce sot-là, qui ne veut pas que sa femme soit muette ? Plût à Dieu que la mienne eût cette maladie ! Je me garderais bien de la vouloir guérir.
  GÉRONTE. – Enfin, Monsieur, nous vous prions d’employer tous vos soins pour la soulager de son mal. […]
  SGANARELLE, se tournant vers la malade. – Donnez-moi votre bras. Voilà un pouls qui marque que votre fille est muette.
  GÉRONTE. – Eh oui, Monsieur, c’est là son mal ; vous l’avez trouvé tout du premier coup.
  SGANARELLE. – Ah, ah !
  JACQUELINE. – Voyez comme il a deviné sa maladie !
  SGANARELLE. – Nous autres grands médecins, nous connaissons d’abord les choses. Un ignorant aurait été embarrassé, et vous eût été dire : « C’est ceci, c’est cela » ; mais moi, je touche au but du premier coup, et je vous apprends que votre fille est muette.
&