Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

  • 3
    . Expression orale
    AZOUZ BEGAG
DYS

Expression orale

Dans les années 1960, le jeune Azouz et ses amis, enfants d’immigrés algériens, grandissent au « Chaâba », un bidonville situé à Villeurbanne, près de Lyon. Il raconte son intégration à l’école primaire.
J’ai honte de mon ignorance. Depuis quelques mois, j’ai décidé de changer de peau. Je n’aime pas être avec les pauvres, les faibles de la classe. Je veux être dans les premières places du classement, comme les Français1.
  [Les efforts d’Azouz ont payé. Il fait maintenant partie des meilleurs élèves et son professeur lui a suggéré de s’asseoir à côté de Jean-Marc Laville, le premier de la classe.]
  – Je croyais que tu n’allais pas venir aujourd’hui. Tu sais qu’on doit se mettre ensemble dans la classe ?
  […] Je ne sais pas ce que j’allais lui répondre lorsque j’ai aperçu Moussaoui, Nasser et deux autres Algériens de ma classe qui s’approchaient de nous.
  – Toi, casse-toi de là ! ordonne Moussaoui à Jean-Marc en lui lançant un coup de pied dans le cartable.
  Terrorisé, le génie se retire sur la pointe des pieds.
  – Alors ? dit Moussaoui en me fixant d’un œil malicieux et plein de reproches.
  – Alors quoi ? fais-je, sans me douter le moins du monde de ce qu’il peut bien me vouloir.
  Ses yeux se font lance-roquettes et, méprisant, il lâche :
  – T’es pas un Arabe, toi !
  Aussitôt, sans même comprendre la signification de ces mots, je réagis :
  – Si. Je suis un Arabe !
  – Non, t’es pas un Arabe, j’te dis !
  – Si, je suis un Arabe !
  – J’te dis que t’es pas comme nous !
  Alors là, plus aucun mot ne parvient à sortir de ma bouche. Le dernier est resté coincé entre mes dents. C’est vrai que je ne suis pas comme eux. Moussaoui sent mon hésitation et il poursuit :
  – Ah ! Ah ! Ah ! T’as bien ri la dernière fois quand le maître a dit : « Premier : Ahmed Moussaoui. Deuxième : Nasser Bouaffia2. »
  – Non, j’ai pas ri.
  – T’as ri, j’te dis !
  – Bon, ben, si tu veux, j’ai ri !
  – Eh ben, t’es un con. C’est ce qu’on voulait te dire.
  Une terrible impression de vide s’empare de moi. Mon cœur cogne lourdement dans mon ventre. Je reste là, planté devant eux, et, sur mon visage, mille expressions se heurtent, car j’ai envie de pleurer, puis de sourire, résister, craquer, supplier, insulter. Nasser intervient :
  – Et en plus, tu veux même pas qu’on copie sur toi !
  Un autre renchérit :
  – Et en plus, t’es un fayot. […]
  Il ajoute :
  – Et à la récré, pourquoi tu restes toujours avec les Français ?
  Chaque phrase résonne dans ma tête comme une porte que l’on défonce à coups de pied. J’ai honte. J’ai peur. Je ne peux pas crâner car je crois qu’ils ont raison.
  […] Moussaoui me regarde droit dans les yeux :
  – Je ne veux pas me battre avec toi, dit-il, parce que t’es un Algérien. Mais faut savoir si t’es avec eux ou avec nous ! Faut le dire franchement.
DYS

Exercice 2

Je construis une argumentation

Question 1

DOC 3

Énoncé
1. Relisez le texte extrait du Gone du Chaâba d’Azouz Begag (p. 72).

Question 2

DOC 3

Énoncé
2. Azouz a fini par se battre avec Moussaoui et Nasser et s’est fait punir par le maitre. Imaginez le discours qu’il pourrait tenir auprès du maitre pour lui expliquer son geste. Jouez-le ensuite devant vos camarades.
Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.