Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Les points chauds de la Guerre froide
P.150-151

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 3


Les points chauds de la Guerre froide





❯ Comment la rivalité entre les États‑Unis et l’URSS s’exprime-t-elle à travers des conflits locaux et régionaux ?

A
En Europe, en Amérique et en Afrique : insurrections et répressions


1
L’URSS contrôle l’Europe de l’Est

Des soulèvements populaires. La déstalinisation suscite des espoirs de démocratisation en Europe de l’Est. En 1953, les ouvriers est-allemands manifestent contre le durcissement de leurs conditions de travail. Mais le gouvernement fait appel à l’armée soviétique, qui réprime brutalement l’insurrection.

Des politiques d’autonomie.Certains gouvernements communistes réformateurs tentent de s’éloigner de l’URSS. C’est le cas de la Hongrie d’Imre Nagy (1956) et de la Tchécoslovaquie d’Alexandre Dubcek (1968-1969). Cependant, ces deux mouvements sont stoppés par des interventions militaires soviétiques.

2
Un monde instable

Des guérillas révolutionnaires. Les pays en voie de développement sont un enjeu central dans la rivalité entre les deux Grands. Le KGB et la CIA financent des guérillas et des coups d’État visant à renverser les gouvernements favorables à l’adversaire. Cette politique est particulièrement visible en Amérique latine (Cuba, Chili, etc.). Le communiste Ernesto Guevara, dit « le Che », est par exemple traqué par la CIA en Bolivie.

Biographie

Ernesto « Che » Guevara

Ernesto « Che » Guevara (1928‑1967)

Né en Argentine, ce jeune médecin s’engage en 1955 aux côtés de Fidel Castro et participe activement à la révolution communiste à Cuba. De 1959 à 1965, il dirige la répression politique et la politique industrielle cubaine. Il tente par la suite d’organiser des guérillas révolutionnaires au Congo, puis en Bolivie, sans parvenir à ses fins. Traqué par la CIA, il est capturé et exécuté en 1967 par l’armée bolivienne. Après sa mort, il devient une icône révolutionnaire mondialement connue.


B
Au Proche et au Moyen‑Orient : une région sous tension


1
De nouveaux équilibres

Une région qui concentre les enjeux. Les pays du Proche et du Moyen-Orient occupent une place particulière dans l’équilibre géopolitique du monde. Leurs gisements d’hydrocarbures représentent des ressources énergétiques convoitées, et le canal de Suez constitue une voie de passage stratégique à l’échelle mondiale.

La crise de Suez. En 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser annonce la nationalisation du canal de Suez. Le 29 octobre, la France, la Grande-Bretagne et Israël lancent une invasion de l’Égypte. Cependant, elles doivent se retirer le 7 novembre sous la pression des États-Unis, de l’URSS et de l’ONU (► doc. 1)

2
Israël et l’Iran

Les conflits israélo-arabes. Deux brefs conflits opposent Israël, soutenu par les États-Unis, et ses voisins arabes, soutenus par l’URSS. La guerre des Six Jours (1967), déclenchée par Israël, lui permet d’occuper de nouveaux territoires. Elle est suivie par une attaque infructueuse des États arabes : la guerre du Kippour (1973).

L’Iran déstabilisé. Élu en 1951, le premier ministre iranien Mohammad Mossadegh souhaite renforcer l’indépendance de l’Iran : il nationalise les gisements de pétrole iraniens et exproprie la compagnie britannique Anglo-Iranian Oil Company. En 1953, il est renversé par un coup d’État organisé par les services secrets britanniques et américains. Le régime du Chah, le souverain dʼIran, est soutenu par les États-Unis.

Vocabulaire


CIA


Déstalinisation


Guérilla


Nationalisation


  • CIA : Central Intelligence Agency. Organisation gouvernementale américaine fondée en 1947, chargée de l’espionnage et des opérations clandestines à l’étranger.

  • Déstalinisation : politique mise en place en URSS par Khrouchtchev à partir de la mort de Staline en 1953. Elle se traduit par une relative libéralisation politique.

  • Guérilla : forme de guerre asymétrique menée par de petits groupes de combattants dissimulés dans la population et qui sʼopposent à une armée régulière.

  • Nationalisation : fait, pour un État, de reprendre le contrôle d’une ressource ou d’une entreprise.



1
La crise de Suez
Koukryniksy, Retour d’Égypte, 1958, carte postale


C
En Asie : un nouvel équilibre régional


1
De violents conflits

La guerre de Corée. En 1950, la Corée du Nord, soutenue par l’URSS, envahit sa voisine du Sud. À la demande de l’ONU, les États-Unis dirigent une coalition qui repousse l’invasion. À son tour, l’armée chinoise se porte au secours du camp communiste (► doc. 2). Le conflit se termine en 1953 par un retour aux frontières initiales.

La guerre du Vietnam. Malgré la doctrine de la coexistence pacifique, les deux Grands se livrent un nouveau conflit par alliés interposés (► doc. 2). Les communistes nord-vietnamiens bénéficient du soutien matériel de la Chine et de l’URSS, tandis que l’armée américaine intervient directement aux côtés du Sud-Vietnam de 1965 à 1973.

2
Le rôle de la Chine

La Chine de Mao. Mao Zedong impose un régime totalitaire. Alors soutenu par l’URSS, il lance un programme de modernisation industrielle du pays. Mais le « Grand Bond en avant » désorganise l’économie chinoise et entraîne une famine qui cause environ 45 millions de morts. Un temps écarté du pouvoir, Mao revient au premier plan lors de la Révolution culturelle (1966-1969), au cours de laquelle il s’appuie sur les gardes rouges.

La Chine, une nouvelle puissance régionale. Au cours des années 1960, la puissance militaire de la Chine et son influence grandissante sur les pays voisins entraînent de fortes tensions avec l’URSS. Les deux anciens alliés vont jusqu’à se livrer un bref conflit frontalier en 1969.

Biographie

Mao Zedong

Mao Zedong (1893‑1976)

Fils de paysans aisés, il devient le dirigeant du Parti communiste chinois dans les années 1930. Il proclame la République populaire de Chine en 1949 à Pékin et en devient le président de 1954 à 1959. Il impose alors à la population le collectivisme communiste et la dictature du parti unique. Il demeure le numéro un du régime jusqu’à sa mort en 1976.

Vocabulaire


Coexistence pacifique


Gardes rouges


  • Coexistence pacifique : doctrine suivie par le gouvernement soviétique à partir de 1953, visant à éviter les affrontements directs avec les États-Unis.

  • Gardes rouges : lycéens et étudiants chinois inspirés par les principes du Petit Livre rouge de Mao Zedong.



2
La Guerre froide en Asie

Cliquez ici pour télécharger cette carte.

Fond de carte

I. Une région bipolarisée
États issus de la décolonisation
L’URSS et ses alliés
État communiste en rupture avec l’URSS
Les alliés des États-Unis
Bases militaires américaines
Flotte américaine

II. Crises et conflits
Principales guérillas communistes
Aide logistique soviétique et chinoise
Interventions militaires américaines
Conflits armés

Histoire et fiction

La guerre du Vietnam a inspiré un grand nombre de cinéastes. L’ancien combattant français Pierre Schoendoerffer décrit de l’intérieur la guerre d’Indochine dans La 317e section (1965). Avec Apocalypse Now (1979), Francis Ford Coppola livre une vision mystique de la guerre du Vietnam, marquée par la pop culture des années 1970. Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (1987) s’impose quant à lui comme un exceptionnel manifeste antimilitariste.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.