Histoire Terminale
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Thème 1 : Fragilités des démocraties, totalitarismes, Seconde Guerre mondiale (1929-1945)
Ch. 1
L’impact de la crise de 1929 : déséquilibres économiques et sociaux
Ch. 2
Les régimes totalitaires
Ch. 3
La Seconde Guerre mondiale
Thème 2 : La multiplication des acteurs internationaux dans un monde bipolaire (de 1945 au début des années 1970)
Ch. 4
La fin de la Seconde Guerre mondiale et les débuts d’un nouvel ordre mondial
Ch. 5
Une nouvelle donne géopolitique : bipolarisation et émergence du tiers-monde
Ch. 6
La France : une nouvelle place dans le monde
Thème 3 : Les remises en cause économiques, politiques et sociales des années 1970 à 1991
Ch. 7
La modification des grands équilibres économiques et politiques mondiaux
Ch. 8
La France de 1974 à 1988, un tournant social, politique et culturel
Thème 4 : Le monde, l’Europe et la France depuis les années 1990, entre coopérations et conflits
Ch. 9
Nouveaux rapports de puissance et enjeux mondiaux
Ch. 10
La construction européenne entre élargissement, approfondissement et remises en question
Ch. 11
La République française
EMC
Axe 1
Fondements et expériences de la démocratie
Axe 2
Repenser et faire vivre la démocratie
Annexes
Chapitre 2
Point de passage 1

1937-1938 : la Grande Terreur en URSS

Introduction
En juillet 1937, sur ordre de Staline, le NKVD, organisme chargé de maintenir l'ordre en URSS, instaure des quotas d'individus à arrêter dans chaque région, selon des critères très flous visant toutes les personnes suspectes. Entre août 1937 et novembre 1938, au moins 700 000 personnes sont exécutées par le pouvoir stalinien. Il s'agit du plus grand massacre d'État commis en temps de paix en Europe.
En quoi la Grande Terreur est-elle un massacre de masse ?
Frise 1937-1938 : la Grande Terreur en URSS
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Doc. 1
Maintenir le secret

Jusqu'à ce qu'on ait terminé cette opération, sachez que celle-ci est absolument secrète, un secret d'État. Quand je vous présenterai le Plan attribué à notre région, les chiffres que vous entendrez, vous devrez les faire disparaître de votre tête. Ceux qui ne parviendront pas à extirper ces chiffres de leur tête devront se faire violence et les chasser d'une manière ou d'une autre, car la moindre diffusion de ces chiffres, la moindre mention de ces chiffres vous conduirait sur-le-champ devant un tribunal militaire [...]. Maintenant, quelques aspects techniques. Prenons, par exemple, le secteur de Tomsk, ou d'autres secteurs. Pour chacun d'entre eux, en moyenne, il faudra exécuter 1 000 individus et, dans certains cas, jusqu'à 2 000. Que devra faire le responsable opérationnel du secteur quand il viendra sur place ? Trouver un lieu pour les exécutions et un lieu pour les inhumations. Si l'on enterre les cadavres dans un bois, par exemple, il faut au préalable découper la mousse, puis en recouvrir la terre fraîchement retournée pour masquer le lieu [...]. Notre appareil même ne doit absolument pas savoir où les individus ont été exécutés, personne ne doit rien savoir, car c'est de notre propre appareil qu'un jour ces informations pourraient bien sortir.
Instructions données par Mironov, chef du NKVD de Sibérie, à ses subordonnés, vers le 20 juillet 1937.

Doc. 2
Animaliser les victimes

« 900 têtes de bétail ont été achetées. 290 bêtes ont été abattues pour la viande. Le bétail continue d'arriver de divers lieux. Il est évident que dans les trois ou quatre prochains jours, il y aura un peu plus d'un millier de têtes. Par conséquent, d'ici le 10 mars, je n'aurai pas le temps de procéder à l'abattage du bétail. Comment faire ? » [...] « J'ai reçu l'autorisation pour 157 têtes aujourd'hui seulement, le 10 mars. Nous avons creusé quatre fosses. Il a fallu procéder à des explosions car le sol est gelé en profondeur. J'ai affecté six hommes à l'opération programmée. Mais c'est moi-même en personne qui mettrai à exécution toutes les sentences. Je ne confierai en aucun cas cette tâche à quiconque. À cause des routes impraticables, il faut utiliser des traîneaux de trois ou quatre places. J'ai sélectionné six traîneaux. Nous assurerons nous-mêmes le transport et l'exécution par balles. Il faudra faire sept ou huit trajets. Cela prendra un temps fou, mais je ne me risquerai pas à affecter d'autres hommes à cette tâche de la plus haute importance. »
Lettres de Boris Koulvets, lieutenant de la Sécurité d'État, à Boris Malychev, chef du NKVD d'Irkoutsk, vers 1937.

Doc. 3
Le charnier de Sandarmokh (Carélie)

Découverte de fosses communes à Sandarmokh, 6 août 1997, photographie anonyme.
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : Universal Images Group/Sovfoto/AKG

Découverte de fosses communes à Sandarmokh, 6 août 1997, photographie anonyme.

Doc. 4
Carte interactive
Géographie de la répression

Cliquez sur un élément de légende ou un titre pour l'afficher ou le masquer

Doc. 5
Une victime des « opérations de masse » : Alexandra Petrovna Nikolaieva, marchande de fleurs

Âgée de 74 ans, Alexandra Petrovna Nikolaieva vend des fleurs artificielles dans un cimetière de Leningrad. Accusée d'avoir répandu des rumeurs antisoviétiques, elle est arrêtée en novembre 1937, interrogée puis exécutée.

Réponse : Les fossoyeurs m'ont dit qu'en ce moment ils amenaient plein de morts la nuit, des gens sans famille. Quand je leur ai demandé quel type de gens, ils ont dit : « ça ne te regarde pas [...] on n'a pas le droit d'en parler ». [...]

Question : À qui avez-vous dit qu'on amenait plein de morts au cimetière la nuit ?

Réponse : Je n'ai parlé à personne de ça.

Question : Vous mentez ! J'exige que vous disiez la vérité ! [...]

Question : Qui vous a dit que les personnes qu'on enterrait de nuit étaient des fusillés ?

Réponse : Personne. Je l'ai deviné toute seule, car je sais que les morts ordinaires sont amenés de jour, tandis que les fusillés ont les amène vers 8 heures du soir et ils sont enterrés de nuit.

« Nikolaieva A.P., tout en vendant des fleurs au cimetière, diffusait systématiquement parmi les gens qui se rendaient au cimetière des rumeurs contre-révolutionnaires provocatrices et hostiles. Menait en outre une propagande terroriste contre les dirigeants du parti communiste. Verdict : FUSILLER ».
Interrogatoire d'Alexandra Petrovna Nikolaieva par le NKVD, le 29 novembre 1937 ; condamnation, le 15 décembre 1937.
Questions
Parcours 1

Analyser des documents

1. Doc. 1, Doc. 2, Doc. 3 et Doc. 4 Relevez les informations permettant d'affirmer que la Grande Terreur est un meurtre de masse.

2. Doc. 1, Doc. 2 et Doc. 5 Indiquez comment les autorités soviétiques dissimulent et manipulent les chiffres, les informations et les témoignages.

3. Doc. 4 À partir des informations fournies par la carte, relevez les régions les plus touchées et celles qui sont les moins concernées par la répression.

Question de synthèse

4. Répondez à la problématique sous la forme d'un développement construit.

Parcours 2

Faire une carte mentale

Répondez à la problématique sous la forme d'une carte mentale. Vous pouvez utiliser le logiciel
Mindmeister
pour faire une carte mentale.
Lien de votre carte mentale :

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.