Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Le pouvoir totalitaire en fonctionnement
P.64-65

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 2


Le pouvoir totalitaire en fonctionnement





❯ Comment s’exerce le pouvoir dans les régimes totalitaires ?

A
Les idéologies


1
Une direction autoritaire de l’économie

Communisme et socialisation de l’économie. L’économie de l’Union soviétique se caractérise par la collectivisation des terres agricoles et des moyens de production industriels. Dès 1928, Staline met un terme à la nouvelle politique économique et entreprend une vaste planification de l’économie. De grandes fermes d’État, les sovkhozes, et de grandes exploitations collectives, les kolkhozes, sont instituées.

Un État corporatif en Italie. L’Italie fasciste maintient des liens étroits avec les intérêts privés et les riches industriels. L’État organise les relations entre les salariés et les employeurs et devient le régulateur de la vie économique, en particulier après l’institution de la charte du travail en 1927.

L’interventionnisme d’État en Allemagne. Adolf Hitler mène une politique de grands travaux, développe le secteur industriel allemand et prône une économie autarcique pour résorber le chômage de masse.

2
Le chef et l’homme nouveau

Le culte de la personnalité. Dans les sociétés allemande, italienne et soviétique, le chef, investi d’une autorité absolue, fait l’objet d’un véritable culte. Hitler fédère ainsi le peuple allemand autour de la devise « Ein Volk, ein Reich, ein Führer » (un peuple, un empire, un chef).

Créer un homme nouveau. Les régimes totalitaires entendent façonner un homme nouveau dans une société nouvelle et régénérée. Cela passe par la discipline physique et sportive, l’hygiène, l’exaltation des valeurs militaires ainsi que le culte du travail.

3
La spécificité du nazisme

La biologie comme loi de l’histoire. Les nazis estiment que les lois de la nature conditionnent les sociétés humaines. Persuadés dʼappartenir à une race aryenne supérieure, ils mettent en place des politiques d’eugénisme visant à éliminer les races considérées comme « inférieures », les homosexuels et les handicapés.

Un antisémitisme virulent. Aux yeux des nazis, les Juifs sont situés en bas de l’échelle des races (▶ doc 1). Dès 1933, le boycott de leurs commerces est mis en place. Le 15 septembre 1935, les lois de Nuremberg excluent les Juifs de la société allemande. Les violences envers eux se multiplient. Les 9 et 10 novembre 1938, sous l’impulsion des autorités nazies, les populations du Reich s’en prennent aux synagogues et aux commerces des Juifs, tandis que des assassinats sont commis en toute impunité. Après cette date, environ 30 000 Juifs sont envoyés en camp de concentration, tandis que des milliers de Juifs allemands préfèrent fuir le pays.

La conquête d’un espace vital. Selon Hitler, la race allemande ne peut se maintenir et s’étendre que si les populations de sang allemand sont réunies sous la tutelle d’un seul et même empire. L’idée selon laquelle le Reich doit conquérir en Europe de lʼEst un « espace vital », le Lebensraum, s’impose avec force dès les années 1920.

Vocabulaire


Eugénisme


Nouvelle politique économique


Race aryenne


  • Eugénisme  : pratiques consistant à vouloir améliorer l’espèce humaine par la sélection des personnes considérées comme « les plus saines » et par l’élimination des personnes considérées comme « inférieures ».

  • Nouvelle politique économique : politique économique plus souple instaurée par Lénine en 1921, rétablissant une ouverture minimale à la concurrence et le développement d’un secteur privé.

  • Race aryenne : concept forgé à la fin du XIXe siècle, selon lequel les peuples nordiques et germaniques formeraient une race à part. Dans la classification nazie, cette race est la race supérieure, qui doit naturellement dominer toutes les autres.



1
L’antisémitisme nazi
Affiche anonyme de lʼexposition « Le Juif éternel », 1937


B
Le pouvoir


1
Des régimes dictatoriaux

La concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul homme est une caractéristique commune aux trois régimes. En Italie, même si la royauté est officiellement maintenue, Mussolini, surnommé le Duce, concentre de fait tous les pouvoirs dès 1925. En URSS, Staline impose la pratique du candidat unique, désigné au préalable par le Parti communiste. Dans l’Allemagne nazie, enfin, Hitler exerce une autorité absolue.

Le parti unique. Les trois régimes totalitaires se caractérisent également par lʼabsence de pluralisme politique : un seul parti est légalement autorisé – le Parti fasciste en Italie, nazi en Allemagne, communiste en URSS. Les responsables du Parti occupent des fonctions politiques importantes, et le Parti finit par se confondre avec lʼÉtat.

2
Des sociétés étroitement contrôlées

Embrigader la jeunesse. Les sociétés totalitaires cherchent à encadrer et à embrigader la jeunesse. Dès l’âge de 4 ans, les Italiens et Italiennes sont par exemple encouragés à rejoindre les « fils de la Louve ». Des organisations similaires existent dans les autres régimes totalitaires (Jeunesses hitlériennes en Allemagne, Komsomol en URSS) : on y enseigne aux enfants des valeurs martiales et, surtout, la dévotion au chef du régime.

Les régimes totalitaires utilisent massivement la propagande pour glorifier le pouvoir du chef. Cinéma, radio, presse, livres et affiches sont contrôlés par le pouvoir et contribuent à garantir l’adhésion des populations. Celles-ci adhèrent massivement aux programmes des nouveaux régimes, même si des actes de résistance existent.

3
La terreur de masse

Surveiller et réprimer. Les opposants politiques font l’objet d’une étroite surveillance et d’une répression féroce. Des polices politiques sont créées dans chacun des États totalitaires : le NKVD en URSS, la SS et la Gestapo en Allemagne, l’OVRA en Italie.

Déporter et enfermer. En Allemagne, les premiers camps de concentration sont créés en 1933 à Dachau et Oranienburg. En URSS, les violences staliniennes revêtent de multiples formes : les opposants politiques peuvent être enfermés dans les camps du Goulag (▶ doc 2), exilés ou exécutés.

Biographie

Benito Mussolini (1883-1945)

Benito Mussolini (1883-1945)

Homme politique italien, il fonde le Parti national fasciste en 1921. Au pouvoir à partir dʼoctobre 1922, il instaure progressivement un régime totalitaire et se rapproche de lʼAllemagne nazie.

Vocabulaire


Camps du Goulag


Gestapo


SS (Sections de sécurité)


  • Camps du Goulag : camps de travail où sont envoyées les personnes déviant de la ligne officielle du Parti.

  • Gestapo : police politique du IIIe Reich, fondée par Hermann Göring en avril 1933, s’attaquant aux ennemis de l’État, dont les Juifs et les communistes.

  • SS (Sections de sécurité) : initialement chargées de la protection personnelle de Hitler, les SS deviennent ensuite une vaste organisation aux fonctions à la fois répressives, politiques et militaires.



2
Un camp de travail en URSS en 1932
Prisonniers au travail vers 1932, photographie anonyme.

Écho des temps

La Corée du Nord n’est certes pas la seule dictature dans le monde actuel, mais il s’agit vraisemblablement du dernier État à exercer un contrôle totalitaire sur les populations. Les libertés individuelles y sont inexistantes, les opposants politiques persécutés. Le dirigeant du pays, Kim Jong-un, maintient un puissant culte de la personnalité. Lʼéconomie planifiée et l’ultra militarisation de la société nord-coréenne la rapprochent également des régimes totalitaires.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.