Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Aux origines des régimes totalitaires
P.60-61

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 1


Aux origines des régimes totalitaires





❯ Comment et dans quels contextes les régimes totalitaires se développent-ils ?

A
L’URSS


1
De la Révolution bolchévique à l’URSS

La révolution dʼOctobre. En février 1917, une révolution met fin au pouvoir du tsar. Sous lʼimpulsion de Lénine et de Léon Trotski, les bolcheviks prennent le pouvoir dans la nuit du 24 au 25 octobre 1917. Lénine instaure alors un régime autoritaire dʼinspiration communiste, reposant sur un parti unique.

La fondation de l’URSS. En décembre 1922, Lénine crée l’URSS, Union des républiques socialistes soviétiques, comprenant alors la Russie, la Transcaucasie (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan), lʼUkraine et la Biélorussie.

2
Staline succède à Lénine

La succession de Lénine. À la mort de Lénine en janvier 1924, Joseph Staline et Léon Trotski se font face. Leur conception de la nature du Parti communiste diverge : Trotski souhaite la reconstruction de tendances plurielles au sein du Parti, tandis que Staline préfère un Parti discipliné et monolithique.

Le « socialisme dans un seul pays ». Se présentant comme l’héritier de Lénine, Staline élimine ses opposants par une série de « purges ». Contrairement à Trotski qui voulait la révolution mondiale, Staline prône la construction du « socialisme dans un seul pays », et étend la bureaucratisation du Parti et de l’État.

Biographie

Joseph Staline (1878-1953)

Joseph Staline (1878‑1953)

D’abord révolutionnaire en octobre 1917 en Russie, il devient secrétaire général du comité central du Parti communiste en 1922. Après la mort de Lénine en 1924, il transforme l’URSS en un État totalitaire. Il construit alors un véritable culte de sa personnalité, via un recours incessant à la propagande. Son régime de terreur mène à la mise à mort ou à la déportation dans des camps de travail (les camps du Goulag) de millions de personnes.


B
L’Italie fasciste


1
L’émergence du fascisme en Italie

Des revendications territoriales insatisfaites. Après la Première Guerre mondiale, de nombreux Italiens considèrent que l’Italie n’a pas obtenu assez de territoires. L’impression d’une « victoire mutilée » contribue à fragiliser une démocratie encore balbutiante.

L’Italie en crise. Par ailleurs, le pays connaît de profonds troubles économiques et sociaux liés aux plaies du conflit. Dans les campagnes du sud du pays et dans la plaine du Pô, les paysans réclament des salaires, des contrats et des meilleures conditions de vie. Avec 600 000 chômeurs en 1921, les villes industrielles sont également touchées par l’agitation.

La naissance du fascisme. Benito Mussolini fonde en mars 1919 les Fasci italiani di combattimento, les Faisceaux de combat, mouvement qui se transforme en Parti national fasciste en novembre 1921. Les squadre (escouades) de « Chemises noires », soutenues par les milieux industriels, se chargent de réprimer les manifestations socialistes et communistes. La violence de la guerrre sʼintroduit dans les luttes politiques : on parle de « brutalisation des sociétés européennes » (un concept forgé plus tard par lʼhistorien George L. Mosse).

2
Mussolini au pouvoir

L’essor du fascisme. Les élections de mai 1921 n’amènent à la Chambre des députés que 32 fascistes. Après de nombreuses hésitations, Mussolini mise sur l’action directe pour s’emparer du pouvoir.

La marche sur Rome. Le 28 octobre 1922, Mussolini fait pression sur le pouvoir en place en organisant une marche paramilitaire sur Rome. Il est alors nommé légalement à la tête du gouvernement. Lors des premiers mois du régime, il maintient un certain pluralisme politique mais, entre 1925 et 1926, une série de lois dites « fascistissimes » fait basculer l’Italie du côté de la dictature en supprimant toute forme d’opposition.

Vocabulaire


Bolcheviks


Chemises noires


Fascisme


Purges


  • Bolcheviks : membres d’une des deux factions du Parti ouvrier social-démocrate de Russie fondé par Lénine. Ils prennent le pouvoir après la révolution de 1917.

  • Chemises noires : milices du régime fasciste de Mussolini, constituées d’anciens soldats, de chômeurs et de jeunes bourgeois.

  • Fascisme : tirant son nom des Faisceaux de combat (le faisceau de licteur était un emblème de l’autorité sous la République romaine), le fascisme désigne le régime autoritaire et totalitaire instauré par Mussolini en Italie en 1922.

  • Purges : éliminations des éléments indésirables au sein de l’appareil d’État et du Parti.


C
L’Allemagne nazie


1
La fragile République de Weimar

Un État affaibli. La République de Weimar, fondée après la guerre, est affaiblie par les violences commises par des groupes paramilitaires, les corps francs. Ces derniers rejettent notamment le traité de Versailles, vu comme une humiliation. De plus, la crise de 1929 frappe de plein fouet une économie déjà très fragile.

Les débuts du nazisme. Adolf Hitler s’illustre d’abord par un coup d’État raté en novembre 1923, qui lʼenvoie en prison pendant neuf mois. Cʼest là quʼil écrit Mein Kampf (« mon combat »), un ouvrage dans lequel il expose la doctrine nazie : une vision du monde raciste et antisémite, mêlée à un programme politique ultra-nationaliste et belliqueux. En sortant de prison, Hitler décide de conquérir légalement le pouvoir : selon lui, les nazis doivent parvenir au pouvoir par la force des urnes et non par la force des armes (▶ doc 1). En réalité, les nazis nʼont utilisé le système démocratique de la République de Weimar que pour mieux le détruire.

2
L’ascension fulgurante du nazisme

La conquête du pouvoir. Aux élections législatives de 1930, le NSDAP obtient 107 sièges et six millions et demi de voix, avant de devenir le premier parti d’Allemagne en 1932. Hitler est alors nommé chancelier par le président Hindenburg le 30 janvier 1933.

L’effondrement de la démocratie. L’opposition est rapidement démantelée par Hitler. Le Reichstag est dissous le 1er février et de nouvelles élections sont organisées. Le 27 février 1933, le palais du Reichstag est incendié par les nazis, qui accusent les communistes, un prétexte permettant de pourchasser ces derniers et d’interdire le Parti communiste. Le 24 mars, les pleins pouvoirs sont confiés à Hitler et, dès juillet 1933, le NSDAP devient le seul parti officiel.

Biographie

Adolf Hitler (1889-1945)

Adolf Hitler (1889-1945)

Né en Autriche, membre puis dirigeant du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Nommé légalement chancelier le 30 janvier 1933, il instaure en Allemagne une dictature totalitaire et impérialiste, désignée sous le nom de IIIe Reich, et mène une politique pangermaniste, antisémite et belliqueuse qui aboutit à la Seconde Guerre mondiale.

Vocabulaire


Corps francs


NSDAP


Reichstag


  • Corps francs : milices paramilitaires d’extrême droite composées d’anciens officiers ou sous-officiers.

  • NSDAP : Parti national-socialiste des travailleurs allemands, fondé en 1920 et dirigé par Hitler à partir de 1921.

  • Reichstag : nom désignant le Parlement allemand, ainsi que le bâtiment de Berlin qui l’abrite.



1
La percée électorale du NSDAP
La percée électorale du NSDAP

Décentrement

Pendant que Hitler accède au pouvoir et supprime toute forme d’opposition, en août 1933, le massacre de Simelé commis par le gouvernement irakien décime la population assyrienne chrétienne dans la région de Duhok et Mûsul. Raphael Lemkin, le juriste qui forge le concept de « génocide » en 1943, s’inspire grandement à la fois du génocide arménien et du massacre de Simelé. Dès 1933, il tente de faire reconnaître le crime de barbarie dans le droit pénal international.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.