Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Penser la démocratie
P.388-389

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

EMC Concept

Penser la démocratie




« Le pouvoir du peuple » : le sens premier du mot « démocratie » a traversé les siècles, non sans évoluer. Différentes conceptions de la démocratie existent : la démocratie peut être représentative ou participative, directe ou indirecte, locale ou centralisée, etc. Vivre dans un régime démocratique suppose de participer au gouvernement, en s’intéressant aux affaires politiques, en votant, voire en assumant des responsabilités politiques.


1
Démocratie et République

Sébastien Cornu, Allégorie de la République

Cette allégorie de la République sʼorganise autour de plusieurs symboles : la figure centrale arbore à la fois une épée, symbole de justice, et une branche d’olivier, symbole de paix. Son trône est décoré de lions, symboles du suffrage universel. Le bas-relief antique rappelle l’importance de l’héritage grec et romain dans la construction des démocraties contemporaines.

2
Rousseau et la difficulté d’établir une démocratie véritable

À prendre le terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais. Il est contre l’ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouverné. On ne peut imaginer que le peuple reste incessamment assemblé pour vaquer aux affaires publiques, et l’on voit aisément qu’il ne saurait établir pour cela des commissions, sans que la forme de l’administration change. [...] D’ailleurs, que de choses difficiles à réunir ne suppose pas ce gouvernement ! Premièrement, un État très petit, où le peuple soit facile à rassembler, et où chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres ; secondement, une grande simplicité de mœurs qui prévienne la multitude d’affaires et de discussions épineuses ; ensuite, beaucoup d’égalité dans les rangs et dans les fortunes, sans quoi l’égalité ne saurait subsister longtemps dans les droits et l’autorité ; enfin, peu ou point de luxe, car ou le luxe est l’effet des richesses, ou il les rend nécessaires ; il corrompt à la fois le riche et le pauvre, l’un par la possession, l’autre par la convoitise ; il vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l’État tous ses citoyens pour les asservir les uns aux autres, et tous à l’opinion.

Rousseau, Du contrat social, livre III, chapitre IV, 1762.

Numérique

Découvrez une émission de radio qui revient sur deux essais récents portant sur la démocratie : « Penser et repenser la démocratie », Avis critique, sur France culture, novembre 2017.

3
Changer les règles de la démocratie

Guillaume Souvant, manifestation de « gilets jaunes » à Tours

4
Tocqueville et la démocratie représentative

Les Américains ont combattu par la liberté l’individualisme que l’égalité faisait naître, et ils l’ont vaincu. Les législateurs de l’Amérique n’ont pas cru que pour guérir une maladie si naturelle au corps social dans les temps démocratiques et si funestes, il suffisait d’accorder à la nation tout entière une représentation d’elle-même ; ils ont pensé que, de plus, il convenait de donner une vie politique à chaque portion du territoire, afin de multiplier à l’infini, pour les citoyens, l’occasion d’agir ensemble, et de leur faire sentir tous les jours qu’ils dépendent les uns des autres. [...]

Nos contemporains sont incessamment travaillés par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs.

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 1835.

5
Un concept purement occidental ou une aspiration universelle ?

Le soutien à la cause du pluralisme, à la diversité et aux libertés fondamentales se retrouve dans l’histoire de nombreuses sociétés. Les longues traditions consistant à encourager et à pratiquer le débat public sur les problèmes politiques, sociaux et culturels dans des pays tels que l’Inde, la Chine, le Japon, la Corée, l’Iran, la Turquie, le monde arabe et dans de nombreuses parties de l’Afrique exigent une reconnaissance beaucoup plus complète de l’histoire des idées sur la démocratie. Cet héritage global offre suffisamment matière à la remise en question de l’opinion fréquemment rappelée selon laquelle la démocratie n’est qu’une notion occidentale, et qu’elle ne serait donc qu’une forme d’occidentalisation.

Amartya Sen, La Démocratie des autres : pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident, Payot, 2005.

Questions

1
Quelles sont les différentes conceptions de la démocratie qui s’expriment dans ces documents ?


2
Quels sont les avantages et les forces des régimes démocratiques ?


3
À quels dangers la démocratie doit-elle faire face ?


4
Quels sont les 5 mots que vous associez spontanément au terme « démocratie » ?
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.