Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Curiosités de l’ailleurs
P.24-25

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Curiosités de l’ailleurs




Objectif

Je lis des descriptions du Nouveau Monde.

1. Le grand Montezuma

  Cortés et son armée sont accueillis favorablement par Montezuma, empereur des Aztèques, à l’entrée de la ville nommée Tenochtitlán (devenue Mexico).

  Le grand Montezuma s’avançait, superbement vêtu, comme il en avait l’habitude. Ses pieds étaient chaussés de sandales aux semelles d’or et enrichies de pierreries. Les quatre seigneurs qui se tenaient à ses côtés étaient aussi très brillamment vêtus. Outre ces seigneurs, d’autres, grands caciques1 s’occupaient à porter le dais2 qui recouvrait leurs têtes, tandis que quelques-uns encore s’avançaient devant Montezuma en balayant le sol sur lequel ses pieds devaient se poser, prenant soin de le couvrir de tapis afin qu’il ne foulât jamais la terre. Aucun de ces grands seigneurs n’osait lever les yeux sur lui.
  [Plus tard, Cortés s’émerveille de l’architecture de la ville et entre dans un des temples consacrés aux dieux.]
  Sur chaque autel s’élevaient deux masses comme de géants avec des corps obèses. Le premier, situé à droite, était, disait-on, Huichilobos, leur dieu de la guerre. Son visage était très large, les yeux énormes et épouvantables ; tout son corps, y compris la tête, était recouvert de pierreries, d’or, de perles grosses et petites adhérant à la divinité au moyen d’une colle faite avec des racines farineuses. Le corps était peint de grands serpents fabriqués avec de l’or et des pierres précieuses ; d’une main il tenait un arc et, de l’autre, des flèches. [...] Non loin se voyaient des cassolettes3 contenant de l’encens fait avec le copal4 ; trois cœurs d’Indiens, sacrifiés ce jour-là même, y brûlaient et continuaient avec l’encens le sacrifice qui venait d’avoir lieu. Les murs et le parquet de cet oratoire5 étaient à ce point baignés par le sang qui s’y figeait qu’il s’en exhalait une odeur repoussante.


BERNAL DÍAZ DEL CASTILLO, Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne, 1575, traduction de Denis Jourdanet, © FM / La Découverte, 1980.

1. Chef indigène muni d'une fonction importante.
2. Ici : pièce de tissu qui décore et protège du soleil.
3. Boîte de métal dans laquelle on fait brûler des parfums.
4. Résine d'arbres tropicaux.
5. Lieu destiné à la prière.

BERNAL DÍAZ DEL CASTILLO

BERNAL DÍAZ DEL CASTILLO

(1492-1585)


BERNAL DÍAZ DEL CASTILLO (1492-1585), compagnon d’Hernán Cortés, l’Espagnol qui a conquis le Mexique, explore le pays en 1519 et participe à la conquête de la capitale de l’empire aztèque en 1521. Cinquante ans plus tard, il fait le récit de son voyage.

La Grande Cité de Tenochtitlán

Tenochtitlán

2. Saveurs nouvelles

  Premièrement, la plante qui produit le fruit nommé par les sauvages ananas est de forme semblable aux glaïeuls, et encore ayant les feuilles un peu courbées et cannelées1 tout autour, elles s’approchent plus de celles de l’aloès2. Elle croît aussi non seulement amoncelée comme un grand chardon, mais son fruit aussi, qui est de la grosseur d’un melon moyen, et ressemble à une pomme de pin, sans pendre ni pencher d’un côté ni de l’autre, pousse comme nos artichauts.
  Et du reste, quand ces ananas sont venus à maturité, étant de couleur jaune azuré, ils ont une telle odeur de framboise que, non seulement en allant par les bois et les autres lieux où ils croissent, on les sent de fort loin, mais aussi leur goût fondant dans la bouche est naturellement si doux qu’il n’y a confiture qui les surpasse : je soutiens que c’est le plus excellent fruit de l’Amérique. Et, de fait, moi‑même, là-bas, j’en ai pressé un dont j’ai fait sortir près d’un verre de suc, et cette liqueur ne me semblait pas inférieure au vin de Malvoisie3.

JEAN DE LÉRY, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, 1578, traduction en français moderne, © Flammarion, 2013.

1. Qui présentent des rainures, des entailles sur la longueur.
2. Plantes aux feuilles charnues des zones désertiques.
3. Vin grec doux et liquoreux portant le nom d'une île grecque.

ananas

JEAN DE LÉRY

JEAN DE LÉRY

(1536-1613)


JEAN DE LÉRY (1536-1613), est un explorateur et écrivain français. Âgé d’à peine 21 ans, il part au Brésil, découvert cinquante ans auparavant. Profondément marqué par ce qu’il observe, il raconte à son retour le mode de vie des populations indigènes et partage son émerveillement pour la faune et la flore.
Voir les réponses

Les textes

COMPÉTENCE - J'interprète des textes littéraires en percevant un effet de style

Coutumes aztèques

1
Quels détails montrent la richesse de l’empire aztèque ?



2
a) Comment les personnes se comportent-elles à l’égard de l’empereur ? b) Comme quoi celui-ci est-il considéré ?



3
Quelle pratique, inhabituelle pour les Occidentaux, est relatée à la fin du texte ?



Comment décrire l’inconnu ?

4
Quelles figures de style l’auteur utilise-t-il pour décrire un fruit inconnu ? Citez le texte.



5
Parmi les cinq sens, lesquels sont sollicités pour décrire le nouveau fruit ?



6
Comment faut-il comprendre l’expression « les sauvages » (première phrase, texte 2) ? Cherchez son origine.

Voir les réponses
Voir les réponses

L’image

1
Distinguez les deux plans de la fresque murale. Que représente chacun d’eux ?



2
Comment Montezuma est-il mis en valeur ?



3
Quelles sont les caractéristiques de la ville de Tenochtitlán ?



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.