Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Transformer le monde avec des mots
P.156-157

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Transformer le monde avec des mots





Joseph Paul Schneider

Joseph Paul Schneider

JOSEPH PAUL SCHNEIDER (1940-1998)


Joseph Paul Schneider (1940-1998) est un poète français. Professeur de français à l’École européenne de Luxembourg, il s’est beaucoup engagé pour le rayonnement de la langue française.

JOSEPH PAUL SCHNEIDER, Entre l’arbre et l’écorce

Tu dis sable
Et déjà,
La mer est à tes pieds.

Tu dis forêt
Et déjà,
Les arbres te tendent leurs bras.

Tu dis colline
Et déjà,
Le sentier court avec toi vers le sommet.

Tu dis nuage
Et déjà,
Un cumulus t’offre la promesse d’un voyage.

Tu dis poème
Et déjà,
Les mots volent et dansent
Comme étincelles dans la cheminée.


JOSEPH PAUL SCHNEIDER, Entre l’arbre et l’écorce, « Tu dis », Grassin, 1965.

Le Jardin d’Eden

100% Numérique

Retrouvez un poème de Prévert où l'enfant rêveur fait écho au poète. 


Alain bosquet

Alain bosquet

ALAIN BOSQUET (1919-1998)


Alain bosquet (1919-1998) est un poète et écrivain français d’origine russe. Il reçoit le prix Goncourt de la poésie en 1989.

ALAIN BOSQUET, Un jour après la vie

[...] Le poète est passé : le ruisseau qui hésite, devient fleuve royal ; il n’a plus de repos ni de limites : il ressemble au cheval.

Le poète est passé : au milieu du silence s’organise un concert, comme un lilas ; une pensée se pense, le monde s’est ouvert.

Le poète est passé : un océan consume1 ses bateaux endormis. La plage est d’or et tous les ors s’allument pour s’offrir aux amis.

Le poète est passé : il n’est plus de délire2 qui ne soit oeuvre d’art. Le vieux corbeau devient un oiseau-lyre3. Il n’est jamais trop tard

pour vivre quinze fois : si le poète hirsute4 repasse avant l’été, consultez-le car de chaque minute il fait l’éternité.


ALAIN BOSQUET, Un jour après la vie, « Passage d’un poète », extrait, © éditions Gallimard, 1984.

1. Détruit.
2. Les rêves du poète.
3. Un oiseau poète.
4. Mal coiffé, sauvage.
Voir les réponses

Questions

COMPÉTENCE - Je distingue oral et écrit

Une parole créatrice

1
Quels sont les quatre premiers éléments qu’évoque le poète ?



2
Comparez ce texte avec celui de la création dans la Bible. a) Quels sont les points communs de ces deux textes ? b) Qu’est-ce qui les différencie ?



3
a) Quel est le dernier élément nommé ? b) Pourquoi est-il différent des autres ?



Les pouvoirs du poète

4
Nommez les strophes, les rimes et les vers utilisés. (Voir Fiche méthode p. 335)



5
Que se passe-t-il après chaque passage du poète ? Relevez toutes les transformations évoquées dans ce poème.



6
Dans la dernière strophe, à qui s’adresse le poète ?



Le pouvoir de la parole poétique

7
a) Quelle expression est régulièrement répétée dans le texte 1 (⇧) ? b) dans le texte 2 (⇧) ? c) Comment cette figure de style s’appelle-t-elle ? Aidez-vous de la Fiche méthode p. 335.



8
a) Quelle thématique est commune à ces deux poèmes ? b) À votre avis, pourquoi inspire-t-elle souvent les poètes ?



9
En vous aidant de la comparaison de ces poèmes avec les récits de la création, à qui le poète peut-il être comparé ?

Voir les réponses

La Bible

La Bible commence par deux récits de la création du monde. Vous allez lire le premier. Ce texte, qui a été écrit en hébreu, appartient au livre de la Genèse, le premier livre de l’Ancien Testament (pour les chrétiens) et de la Torah (pour les juifs).



  Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.
  La terre était informe et vide ; il y avait des ténèbres1 à la surface de l’abîme2, et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux.
  Dieu dit : « Que la lumière soit ! » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. Dieu appela la lumière « jour », et il appela les ténèbres « nuit ». Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le premier jour.
  Dieu dit : « Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. » Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi. Dieu appela l’étendue « ciel ». Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le deuxième jour.
  Dieu dit : « Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec apparaisse. » Et cela fut ainsi. Dieu appela le sec « terre », et il appela la masse des eaux « mers ». Dieu vit que cela était bon. Puis Dieu dit : « Que la terre produise de la verdure, de l’herbe et des arbres fruitiers et qu’ils aient en eux leur semence3 pour se reproduire. » Et cela fut ainsi. La terre produisit de la verdure, de l’herbe et des arbres fruitiers ayant en eux leur semence pour se reproduire. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le troisième jour.
  Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. » Et cela fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand pour présider au jour, et le plus petit pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le quatrième jour.
  [Le cinquième jour, Dieu créa les animaux de la mer et du ciel.]
  Dieu dit : « Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. » Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon leur espèce et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
  Puis Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il commande les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les reptiles qui rampent sur la terre. » Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. Dieu les bénit, et leur dit : « Soyez féconds4, multipliez-vous, remplissez la terre et commandez-la. » […] Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour.
  […] Dieu acheva au septième jour son oeuvre, il se reposa au septième jour de toute son oeuvre. Dieu bénit le septième jour et il le sanctifia5, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée. Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés.


La Bible, Ancien Testament, « Genèse », chapitres 1 et 2 (v. 1 à 4), traduction de Louis Segond, revue par Stanisław Eon du Val.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.