Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Lexique
P.138

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Littérature lexique


Lexique




Voir les réponses

Exercice 1

J'étudie des mots synonymes.

Consigne
Précisez si les expressions et mots suivants désignent le jour ou la nuit, et indiquez leur classe grammaticale.

aube
aurore
chant du coq
couchant
crépuscule
déclin
dès potron-minet
diurne
entre chien et loup
lever
nocturne
obscurité
pointe du jour
ténèbres
vespéral
Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2

Je cherche des mots de la même famille

1
Complétez ce tableau à l’aide de mots de la même famille.

Nom Adjectif qualificatif ou participe passé Verbe
Surprise
Alarme
Angoisse
Frayeur
Affolement
Inquiétude
Épouvante


2
Associez chaque mot à son étymologie :

    Nom Étymologie
    Surprise
    Alarme
    Angoisse
    Frayeur
    Affolement
    Inquiétude
    Épouvante
    Voir les réponses
    Voir les réponses

    Exercice 3

    Je classe les mots synonymes de peur.

    Consigne
    Classez les mots suivants en fonction du degré de peur qu’ils expriment (peur faible, peur, peur très forte) :

      Faible Moyen Fort


      Voir les réponses
      Voir les réponses

      Exercice 4

      Je distingue différentes figures de style.

      Consigne
      Identifiez les figures de style de chaque extrait :

      1. « Au fur et à mesure qu’il se rapprochait de moi, sa monstrueuse exubérance déchirait en lambeau le manteau  de la nuit. » (R. Bradbury, « Le dragon »).

      2. « J’ai peur de l’inconnu de derrière la porte, de derrière le rideau, de dans l’armoire, de sous le lit. » (G. de Maupassant, « Lui ? »).

      3. « La peur [...] c’est quelque chose d’effroyable comme une décomposition de l’âme, un spasme affreux de la pensée et du cœur dont le souvenir seul donne des frissons d’angoisse. » (G. de Maupassant, « La peur »).

      4. « La lune illuminait de sa lueur blanche les maisons pâles [...]. Ce jour nocturne, avec ses teintes ménagées, dissimulait la dégradation des édifices. » (T. Gautier, « Arria Marcella »).

      5. « Ah ! Mon cœur, mon cœur, mon pauvre cœur, comme il battait ! Je demeurai quinze jours à Rouen. L’homme-là ne revint pas. Parbleu ! parbleu ! » (G. de Maupassant, « Qui sait ? »).

        Extrait Figure de style
        1.
        2.
        3.
        4.
        5.
        Voir les réponses
        Voir les réponses

        Exercice 5

        J'étudie les manifestations physiques de la peur.

        Consigne
        Relevez les manifestations physiques de la peur dans le texte suivant.

        J’éprouvais un malaise horrible, j’avais les tempes serrées, mon cœur battait à m’étouffer ; et perdant la tête, je pensais à me sauver à la nage ; puis aussitôt une idée me fit frissonner d’épouvante. Je me vis perdu, allant à l’aventure dans cette brume épaisse, me débattant au milieu des herbes et des roseaux que je ne pourrais éviter, râlant de peur, ne voyant pas la berge, ne retrouvant plus mon bateau, et il me semblait que je me sentirais tiré par les pieds tout au fond de cette eau noire.


        G. de Maupassant, « Sur l’eau », 1876.


        Voir les réponses