Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Expression orale
P.39

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Expression orale


Expression orale




Voir les réponses

Exercice 1

J’analyse une œuvre d’art moderne

Consigne
Analysez cette œuvre hyperréaliste du sculpteur Ron Mueck en suivant la méthode proposée ci-dessous.



Young couple


Young couple
Voir les réponses

🔎


Méthode

Faites une recherche sur les œuvres de Ron Mueck. Quelles sont les principales caractéristiques de son art ?

Analysez la première photographie. a) Que représente-t-elle ? b) Quel lien peut unir les deux personnages ?

Passez à la seconde photographie. Observez en détail la position. Que remarquez-vous ?

Exprimez vos opinions et débattez en classe entière.
Voir les réponses

Exercice 2

Je débats sur l’amour

1
Par petit groupe, choisissez l’un des sujets suivants, préparez vos arguments en quelques minutes puis débattez entre vous.

  • Peut-on s’aimer à distance ?
  • L’amour peut-il durer toujours ?
  • Comment être sûr que l’on est vraiment amoureux ?
  • Peut-on être amoureux sans être jaloux ?



2
Résumez au reste de la classe les termes du débat, les arguments avancés et la position choisie par le groupe



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

Je lis à voix haute et avec expressivité

Consigne
Lisez à voix haute l’incipit de ce roman.

La première fois qu’Aurélien vit Bérénice,/ il la trouva franchement laide.// Elle lui déplut,/ enfin.// Il n’aima pas comment elle était habillée.// Une étoffe qu’il n’aurait pas choisie.// Il avait des idées sur les étoffes.// Une étoffe qu’il avait vue sur plusieurs femmes.// Cela lui fit mal augurer de celle-ci / qui portait un nom de princesse d’Orient / sans avoir l’air de se considérer dans l’obligation d’avoir du goût.// Ses cheveux étaient ternes ce jour-là,/ mal tenus.// Les cheveux coupés,/ ça demande des soins constants.// Aurélien n’aurait pas pu dire si elle était blonde ou brune.// Il l’avait mal regardée.// Il lui en demeurait une impression vague,/ générale,/ d’ennui et d’irritation.// Il se demanda même pourquoi.// C’était disproportionné.// Plutôt petite,/ pâle, je crois…// Qu’elle se fût appelée Jeanne ou Marie,/ il n’y aurait pas repensé,/ après coup. //Mais Bérénice.// Drôle de superstition.// Voilà bien ce qui l’irritait.//Il y avait un vers de Racine que ça lui remettait dans la tête, /un vers qui l’avait hanté pendant la guerre,/ dans les tranchées,/ et plus tard démobilisé.// Un vers qu’il ne trouvait même pas un beau vers,/ ou enfin/ dont la beauté lui semblait douteuse,/ inexplicable,/ mais qui l’avait obsédé,/ qui l’obsédait encore ://
Je demeurai longtemps/ errant dans Césarée…


L. Aragon, Aurélien, 1944.


Voir les réponses