Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La violence nazie : ghettos et Einsatzgruppen
P.96-97

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Dossier


La violence nazie : ghettos et Einsatzgruppen




Compétence

Je mets en relation des documents et je les confronte à mes connaissances

Problématique

Quelles violences sont perpétrées par les nazis à l’encontre des Juifs ?

Introduction

Dès 1939, les nazis enferment les Juifs polonais dans des ghettos, où les conditions de vie sont effroyables. Après l’invasion de l’URSS en juin 1941, des unités spéciales nazies, les Einsatzgruppen, commettent des massacres à grande échelle.

Doc. 1
Le ghetto juif de Lodz en Pologne occupée (1940-1941)

<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp> Le ghetto juif de Lodz en Pologne occupée (1940-1941)

Un soldat allemand et un policier juif surveillent la circulation vers le ghetto, fermé par un grillage et dont le panneau indique : « Quartier juif, entrée interdite ».

Doc. 2
La vie dans le ghetto de Varsovie

Octobre 1940. L’impossibilité pour les Juifs de sortir du ghetto après sept heures du soir est un coup sévère pour la population juive.
Mai 1941. La famine et la mortalité étaient à l’ordre du jour. Ces jours derniers, les décès ont atteint le chiffre de 150 environ par jour.
Aout 1941. Après la faim, c’est le typhus qui préoccupe le plus.
Janvier 1942. La semaine dernière, trois Juifs ont été tués en un seul jour à Varsovie en essayant de passer des marchandises à travers le mur.


Emanuel Ringelblum, Chroniques du ghetto de Varsovie, La Découverte, 1995.

Doc. 3
Ghettos et Einsatzgruppen dans l’Europe occupée (1939-1942)

800h33c2


Doc. 4
Les massacres de Juifs par les Einsatzgruppen

<stamp theme='his-green2'>Doc. 4</stamp> Les massacres de Juifs par les Einsatzgruppen

Doc. 4
Les massacres de Juifs par les Einsatzgruppen

Une fois déshabillés, les Juifs étaient conduits dans [Babi Yar]1. Deux ou trois entrées étroites menaient à ce ravin vers lequel les Juifs étaient poussés. Quand ils arrivaient au fond, des membres de la Schutzpolizei2 les attrapaient et les forçaient à s’allonger sur ceux qui avaient déjà été tués. Tout se passait très vite. Les cadavres formaient de véritables couches. Un tireur d’élite de la police arrivait avec une mitraillette et tuait chaque Juif dans le cou [...]. Dès qu’un Juif était tué, le tireur marchait sur les cadavres jusqu’au suivant, qui s’était allongé entre temps, et le tuait. Et ainsi de suite, sans arrêt, sans qu’on fasse la différence entre les hommes, les femmes et les enfants.


Récit de Höfer, chauffeur de camion dans un Einsatzkommando, cité dans Richard Rhodes, Extermination : la machine nazie. 1941-1943, Autrement, 2004.

Doc. 4
Les massacres de Juifs par les Einsatzgruppen

Les 27-28 septembre 1941, une semaine après l’arrivée des Allemands à Kiev, on vit apparaitre sur les murs des immeubles un avis imprimé en lettres capitales sur du gros papier bleu et rédigé en ukrainien et en russe : « Juifs de la ville de Kiev et de ses environs ! Lundi 29 septembre à sept heures du matin, vous devrez vous présenter avec effets personnels [...] près du cimetière juif. »


Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman, Le Livre noir, Actes Sud, 1995.

Vocabulaire

  • Les Einsatzgruppenunités de soldats SS et de policiers allemands chargés d’arrêter et d’exécuter les Juifs dans les territoires soviétiques occupés.
  • Un ghetto : quartier fermé destiné à isoler une communauté.

<stamp theme='his-green2'>Doc. 5</stamp>

Exercice 1

Voir les réponses
1
Dans quel type de lieu les Juifs sont-ils enfermés à partir de 1939 ? Où ces lieux sont-ils situés ?



2
Dans quelles conditions les Juifs y vivent-ils ?



3
Dans quels espaces opèrent les Einstazgruppen ?



4
Quels crimes ces unités spéciales nazies commettent-elles ?



5
Montrez le caractère systématique et méthodique des crimes nazis envers les Juifs.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.