Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Sujet brevet 8
P.398-399

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Brevet


Sujet brevet 8




Résister contre l’horreur

Marianne Cohn, Allemande entrée dans la Résistance en France, fait passer des enfants vers la Suisse. Arrêtée et torturée une première fois en 1943, elle aurait alors écrit ce poème. Elle meurt en 1944, sous la torture, sans avoir parlé ni trahi.

JE TRAHIRAI DEMAIN

Je trahirai demain pas aujourd’hui.
Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles,
Je ne trahirai pas.

Vous ne savez pas le bout de mon courage.
Moi je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures
Avec des clous.

Je trahirai demain, pas aujourd’hui,
Demain.
Il me faut la nuit pour me résoudre,
Il ne faut pas moins d’une nuit
Pour renier, pour abjurer1, pour trahir.

Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
Pour mourir.

Je trahirai demain, pas aujourd’hui.
La lime2 est sous le carreau,
La lime n’est pas pour le barreau,
La lime n’est pas pour le bourreau3,
La lime est pour mon poignet.

Aujourd’hui je n’ai rien à dire,
Je trahirai demain.


MARIANNE COHN, « Je trahirai demain pas aujourd’hui », 1943, poèmes choisis par Yves Ménager dans Paroles de déportés, Éditions ouvrières/Éditions de l’Atelier, 2001.

1. Abandonner sa croyance.
2. Peut-être une allusion à une tentative d’évasion proposée par son réseau et qu’elle a fusée, par peur des représailles sur les enfants dont elle était chargée.
3. Celui qui torture.

La Marianne aux stigmates

La Marianne aux stigmates


Le jour de l’épreuve, vous pourrez parfois vous aider du corpus d’histoire-géographie pour comprendre le contexte de l’extrait. Retrouvez dans votre manuel d’histoire-géographie la Une du journal Libération du 1er mars 1943 sur le rassemblement du Peuple français (chapitre 4).

Zoom sur la 1ᵉ partie de l'épreuve


Questions (20 points)


1
a) En vous appuyant sur la 1re strophe, résumez la situation dans laquelle se trouve la poétesse. b) À quoi fait référence ici le verbe « trahir » ? (1,5 point)



2
a) En vous appuyant sur le contexte historique, identifiez « le vous » (v. 6-7). b) De quelle manière ces personnes sont-elles déshumanisées ? (2 points)



3
a) Comment sont évoquées les tortures subies ? b) Ces formulations en atténuent-elles ou, au contraire, accentuent-elles l’horreur ? Développez votre point de vue et justifiez-le. (3 points)



4
a) Dans la 4ᵉ strophe, que pourrait-on comprendre en lisant seulement le 1er vers (« Pour renier mes amis ») ? b) Que comprend-on à la fin de la strophe ? Qui la jeune femme va-t-elle vraiment trahir ? (2 points)



5
Quelle est la figure de style employée dans la 5ᵉ strophe ? (0,5 point)











6
a) Quel changement dans la construction de la phrase constatez-vous entre les v. 20 et 22 ? b) Quel geste est ainsi mis en valeur ? (2 points)



7
a) « Je trahirai demain, pas aujourd’hui » revient comme un refrain. Quels sont les éléments qui font de ce texte un poème ? b) Selon vous, le texte aurait-il été plus fort ou moins fort s’il avait été écrit comme un récit ? Expliquez précisément votre point de vue. (3 points)



8
Quels éléments du texte font de Marianne Cohn une figure héroïque ? Répondez de manière développée en citant des passages précis. (3 points)



9
À propos de l’image. a) Quelle France représente Marianne sur cette affiche ? b) Pourquoi peut-on dire que la représentation des horreurs de la guerre est figurée de manière poétique ? c) Quels liens pouvez- vous faire avec le poème de Marianne Cohn ? (3 points)



Voir les réponses

Méthode pour les questions portant sur les figures de style

  • Au brevet, il y a souvent une question portant sur les figures de style. Vous devez donc connaitre leur définition (voir la fiche sur les figures de style p. 256) et savoir les repérer dans un texte.
  • Pour répondre de façon complète à ce type de question, commencez par rappeler la définition de la figure de style concernée. Puis, en citant le texte, expliquez sur quel(s) mot(s) porte la figure. Vous ne devez pas donner l’impression de répondre au hasard.
  • Enfin, il vous est souvent demandé d’expliquer l’effet produit. Il s’agit de dire pourquoi l’auteur n’a pas dit les choses plus simplement, de manière plus directe pourquoi il a choisi de mettre en valeur l’expression en question.
  • Aidez-vous des indications données sur la fiche p. 256 mais appliquez-les au cas précis que vous avez à analyser

2ᵉ partie : rédaction et maitrise de la langue (2 h)

Voir les réponses

Dictée et réécriture (10 points)


100% numérique

1
Dictée : Joseph KESSEL, L’Armée des ombres, 1943.

Ce sont de petits carrés de papier, misérables. Des feuilles mal venues, imprimées ou tapées à la diable. [...] On fabrique comme on peut. [...] Mais le journal parait. Les articles suivent des routes souterraines. Quelqu’un les rassemble, quelqu’un les agence en secret. Des équipes furtives mettent en page. Les policiers, les mouchards, les espions, les dénonciateurs s’agitent, cherchent, fouinent, flairent. Le journal part sur les chemins de France. Il n’est pas grand, il n’a pas bel aspect. Il gonfle des valises usées, craquantes, disjointes. Mais chacune de ses lignes est comme rayon d’or. Un rayon de la pensée libre.


J. Kessel, L’Armée des ombres, 1943.




2
Réécrivez ce passage en commençant par « Elle disait que » et en faisant toutes les modifications nécessaires. Attention aux changements de pronoms, aux modifications touchant les indications de temps, et à la concordance des temps.



Voir les réponses
Voir les réponses

Travail d’écriture (20 points)

100% numérique

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets suivants. Votre texte aura une longueur minimale de deux pages.


Sujet de réflexion
Selon vous, quel est le moyen le plus efficace pour interpeller les gens ou les faire réagir : l’art (littérature, cinéma, musique…) ou les médias (presse, internet, radio…) ? Vous répondrez de manière construite et organisée, en justifiant votre point de vue à l’aide de trois arguments illustrés d’exemples.



Sujet d'invention
Vous avez été arrêté pour acte de résistance contre l’occupant. Le geôlier vient de vous signifier que demain était votre dernier jour. La nuit arrive. Vous écrivez une lettre à votre compagne/compagnon ou à vos parents. Respectez bien les codes de la lettre. Vous pouvez commencer par une partie narrative, dans laquelle vous racontez votre arrestation, puis passer à une partie plus lyrique, pour dire au revoir à ceux que vous aimez et exprimer vos sentiments envers eux.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.